Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Taverne > La gazette du CUL
La gazette du CUL 1 2 3 4 -5- 6 7  
Auteur Message
Faye
Faye
Connecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 23/12/2018 à 14:44:08 

Après le festin à NK, et les "discussions" pour remettre ou non des révolutionnaires aux mains du bourreau, la brunette avait décidé de se retirer un peu au campement paria. Elle avait d'abord fait un détour par le bar de la plage, faisant la connaissance du ministre du commerce hollandais, messire Bart, et tenté vainement de trouver ces fameux jeux de cartes au tripot, dont on lui avait parlé.

Puis, enfin arrivée au campement, présentant ses respects sur la tombe d'Alanis, elle avait ensuite passé un moment au coin du feu, tentant de digérer la disparition de Fëantir, et occupant son esprit en s'entraînant à maîtriser ses pouvoirs. Elle avait bien progressé, depuis qu'elle en était devenue consciente. La Reine avait d'ailleurs semblé fière d'elle, et ce simple constat la motivait à aller plus loin.

La grossesse la fatiguait vite, quand elle marchait, quand elle tentait de voyager aux quatre coins de l'île. Mais tout se passait bien selon le señor JeF. Et ça ne semblait pas interférer avec la magie. Alors tout allait bien, pour le moment. Aussi bien qu'il était possible d'aller.

Et elle avait même eu la sensation d'avoir une visite, pendant ces quelques jours. Un doux parfum qui lui rappelait fortement celui d'Althéa. Elle souriait, paisible, en regrettant de s'être endormie et d'avoir manqué son passage.

Au bout de quelques jours, cependant, une étrange sensation se nicha en elle. Un sentiment d'urgence. Elle avait l'impression... Que quelqu'un avait besoin de câlins ? Fronçant les sourcils, elle ne réagit pas tout de suite. Passant une nuit de plus au coin du feu, elle ne réussit guère à dormir, harcelée par ce besoin qui semblait l'attirer.

Le lendemain, à l'aurore, elle prit donc la route. Elle ne savait pas où elle allait, mais elle se laissait guider par son instinct. Un petit contretemps la renvoya au campement, cela dit, après avoir été assommée. Bien sûr, elle était heureuse si son agresseur s'en sentait mieux après. Elle était là pour ça, pour aider les gens à évacuer leur rage, leur trop plein de frustration. Que ce soit par des câlins, ou par le sacrifice de son corps. 

Et elle reprit le chemin, boitillant légèrement, et ses pas l'emmenèrent à OLK. Elle retrouva Ayon avec plaisir, discutant un peu avec lui, passant la nuit sous sa protection. Et suivit à nouveau son instinct, se retrouvant cette fois-ci à LLG. Toujours heureuse d'offrir ses services, elle y resta un petit peu.

Mais de nouveau, la sensation étrange la reprit. Non, elle n'avait pas envie de faire pipi. Elle avait vérifié. Et elle quitta l'avant-poste français, croisant Heinrich, qui ne tarda pas à la rejoindre. Elle s'aventura cette fois-ci dans le Temple, au centre de l'île. Dispensant son affection, ses câlins réconfortants, elle se sentait utile. Et c'était une sensation qu'elle ne voulait jamais perdre.

C'est enchantée qu'elle retrouva le señor Rodrigo, qu'elle discuta un peu avec Corbeau, et avec messire Patator. Toujours accompagnée d'Heinrich, elle s'aventura un peu plus loin dans le temple, bataillant pour essayer de trouver Andras, à l'aide de quelques sortilèges de localisation. Et de l'aide d'un certain rituel impliquant des bouteilles d'alcool, de la part de son compagnon français.

Que ce soit sa magie, ou ce rituel d'Heinrich, ou le hasard, ça porta ses fruits, et alors qu'elle bataillait pour convaincre le Descendant Maya -qui lui barrait la route- d'aller faire un tour ailleurs, ce fut Andras qui les trouva.

Qu'allait réserver la suite ? La courtisane ne s'en préoccupait pas trop. Adviendrait ce qui arriverait ! Elle était plutôt confiante, s'en remettant à son éternel optimisme.
Don JeF
Don JeF
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/10/2017
Posté le 27/12/2018 à 21:51:36. Dernière édition le 27/12/2018 à 22:10:23 

Dernièrement, Don JeF avait longuement réfléchi à la condition qui était sienne depuis environ 2 mois.

Il devait se rendre à l'évidence, Faye et lui n'avaient pas les talents nécessaires pour bâtir une nouvelle cité pour les plus pacifistes habitants de l'île. Fëantir, avec ses talents à la pioche aurait pu leur creuser des galeries parfaites pour un village troglodyte, mais il avait préféré mourir cet.te idiot.e.

Peut-être qu'à présent qu'il avait subi le... traitement, il pourrait toujours continuer à creuser, mais le rééduquer prendra du temps.

En attendant, il avait confié son corps à Maximilien pendant qu'il approfondissait une étude débutée il y a de nombreux mois. D'ailleurs, l'analyse avançait à grands pas, et une décision devait être prise pour l'affiner plus encore.

La vie de paria n'était certes pas l'enfer que certains lui promettait, mais les interactions sociales avec les ours sodomites laissaient à désirer au camp. Et puisque le projet de cité libre n'était pas encore à l'ordre du jour, autant lier l'utile à l'agréable. Don JeF se résolu alors à rédiger une missive.
El Renat "Petit Tigre"
El Renat "Petit Tigre"
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
01/11/2017
Posté le 05/01/2019 à 06:14:43. Dernière édition le 05/01/2019 à 06:15:54 

El Renat rentra poussiéreux dans un phare quasi désert, seul le spectre encore creusant de Féantir hantait les lieux.

Il avait médité pendant un certain temps au fond d'une grotte a chassé les ombres de sont passé et avait fini par ressortir a l'air libre une fois qu'il c'était enfin retrouvé...
Son ancienne escapade au temple avait laissé pas mal de traces et maintenant apaisé il reparti pour aider ces compagnons de route.
Faye, Andras et Heinrich étaient déjà la bas en prise avec différentes entités.

Les rejoindre fût facile, arrivé au temple l'espagnol semblait survoler les différentes salles les coups des pucelles et des prêtre glissaient sur lui avec une étrange facilité. Si bien qu'en quelque temps il perdit même ces compagnons qui n'arrivait pas a le suivre.

Mais le temps avançant, il fallait déjà penser a rentrer sur Espéranza, il lui fallait embarqué prochainement sur un navire pour une destination des plus obscure...

Hors de question de rater cette aventure!
Don JeF
Don JeF
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/10/2017
Posté le 05/01/2019 à 11:36:53 

Le cadavre de Fëantir était arrivé à bon port depuis plusieurs jours, mais Don JeF n'avait finalement pu se décider à pratiquer l'opération (seulement quelques traitements conservatoires).

Finalement il avait préféré en référé avec Riquel pour s'assurer de la marche à suivre.

Riquel,

Fëantir est mort, enfin morte. Je me suis mis en tête de travailler sur son corps pour le conserver le temps que je trouve comment lui trouver une âme et un esprit pour l'améliorer.

Mais je reconnais que j'hésite encore. J'ai quelques scrupules à effectuer cette opération sur lui elle. Ne serait-t'il pas plus judicieux tout compte fait de lui offrir un enterrement plus... classique?

En attendant ton retour, je vais tout de même faire les préparatifs pour l'opération.

Bien à toi,

JeF
Riquel "Bonne Excuse"
Riquel "Bonne Excuse"
Déconnecté
Inscrit depuis le :
05/10/2017
Posté le 05/01/2019 à 12:27:27 

-RENAAAAAAAT!!! ANDRAAAAAAAASSSS!!! Heu... Comment déjà... MACHIIIINE!! Et heu... raaa, l'autre copine d'Andras... Raaa... MACHINNNN!!! Faudra vraiment que je fasse un point sur les prénoms de la guilde, c'est n'importe quoi. Z'ÊTES oUUUUù encore?!!

Riquel progressait lui aussi dans le dédale du temple quand il reçut la missive de Jef :

PAN!!

-Aïeuuu!! Mais non! C'est pas pas un perroquet, c'est une balle!!

Oh pardon, problème de timing.

-Valakas!!! Mais c'est pas vrai bon sang!! On ne tire pas sur le SEUL ami des goules quand on a votre physique! D'la chance que je sois pacifique.
-...
-Oui bon, et que je sois pas assez balaise aussi. Hum. Bon, je peux partir?
-...
-Ok... Bon... je vais rester un peu alors. Mais j'ai des trucs à faire hein, après faudra que je parte. Le temps de me soigner quoi. Hum.

Riquel sortait ses bandages lorsqu'il reçut la missive de Jef :

-C'est sûr ce coup-ci, hein?

Oui oui, j'aperçois le perroquet.

-Bon, parce que hein...
-...?
-Non, c'est à l'autre que je parle. Ah, je vois le perroquet aussi. Qu'est-ce qu'il me veut le Jef...

PAN!

-Raaaa!!! Le perroquet!!! Valakas!!! Nom de nom!!! On ne peut pas dégommer tout ce qui passe sans réfléchir!!! c'est pas possible!!! Ah ça va être pratique pour répondre tiens... tssss... Raaa... Je m'en fous partout en plus... C'est inouï ce que ça peut contenir une si petite bête... Hum... le message... Gnnn... morte... âme... esprit? haha! Bon courage! ... grrbrlml, un enterrement? puis quoi encore. C'trop cher.

Quelques heures plus tard, Jef voyait revenir à lui une sorte de volatile sans tête, ah si, un bout de tête ficelé maladroitement à une patte, rendant l'aéronef difficilement  manoeuvrable. Sans compter qu'une aile était visiblement brisée, ne battant pas l'air de manière conventionnelle. Mais bon, ça volait, ça retrouvait sa route, c'était déjà pas mal, le jus de goule ne faisait pas de miracle.

Cher Jef,

Merci de suivre la procédure habituelle, les caisses du Conseil sont au plus mal, nous ne pourrions supporter de dépenses extravagantes. D'ailleurs, je te rappelle que l'essentiel de nos ressources sont SOUS le phare, donc soit tu creuses, soit tu répares Féantir. Bref, tu l'ouvres, du le bourre de boue et tu ne m'embête plus avec ça. J'ai fait livrer le matériel lors de mon dernier passage à New Kingston. Les petits bouchons sont dans le sac vert, il y a pile le compte normalement, ne gaspille pas.

Bien à moi aussi,
Riquel

PS : désolé pour ton perroquet, il est passé dans la garde de Valakas. Ne me demande pas pourquoi il est en garde contre les perroquets, il m'a aussi tiré dessus, il doit être dans un mauvais jour...
Don JeF
Don JeF
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/10/2017
Posté le 05/01/2019 à 13:33:32. Dernière édition le 05/01/2019 à 13:34:17 

Le perroquet revint jusqu'à Don JeF en finissant son trajet par une longue glissade au sol jusqu'à ses pieds.

Après avoir récupéré la missive, en balayant les morceaux du perroquet qui partait en lambeau, et l'avoir lu il hocha la tête et se mit au travail.

Il fit d'abord venir le reste du matériel dans son nouveau laboratoire aménagé dans les tréfonds de l'Institut, puis s’attela à la tâche.

Don JeF travailla donc Fëantir plusieurs nuits durant.

Il devait déjà traiter la faim inextinguible qui caractérisait les morts-vivants. C'est pourquoi il convenait d'ouvrir la cage thoracique et de bien l'écarter, pour pouvoir accéder proprement aux entrailles.

Ensuite, il fallait combler de boue le système digestif, coudre les fuites détectées et surtout, ne pas oublier de prévoir les tuyaux de purge et de remplissage en cas de besoins. Ah, et les fermer avec les petits bouchons, sinon les fuites de liquide de refroidissement d'ardeur pourrait provoquer des incidents.

Une fois cette opération réalisée, Don JeF injecta la dose qu'il avait préparé de la potion de quasi-vie.

Le tonnerre gronda non loin, et Wiff se mit à japer quand Fëantir-la-goule ouvrit ses yeux morts. Désorienté, il s'étala au sol avant de se relever et de se trainer instinctivement vers la pioche qui avait été posée dans le coin de la pièce. Réalisant les problèmes que cela pourrait engendré, Don JeF se précipita pour éviter que le morts-vivant ne puisse se saisir de l’outil. Félicia n'apprécierait sûrement pas que les fondations de l'Institut soient fragilisée.

Il décida donc d'attacher Fëantir et se mit à écrire une missive, qu'il froissa et jeta au zombi pour qu'il la mâche. Il reprit ensuite sa plume pour écrire une nouvelle lettre, qu'il envoya cette fois (avec un nouveau perroquet).
Faye
Faye
Connecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 05/01/2019 à 15:05:03. Dernière édition le 05/01/2019 à 16:29:49 

Le perroquet du señor JeF la trouva en plein souterrain du temple Maya, alors qu'elle observait les lieux, entourée d'Andras et d'Heinrich. Laureline était plus loin, la veille, et nul doute que l'écart entre eux s'était encore creusé. Patator et Michto devaient également être plus loin, et elle risquait de ne plus les croiser à chaque soirée.
 
Ma très chère Faye,
 
Fëantir nous a quitté, mais vous n'êtes pas sans savoir que j'ai emporté son corps avec moi après le banquet de New Kingston. Après de nombreuses hésitations j'ai fini par réaliser l'opération qui a réveillé son corps à défaut de son esprit.
 
Je suis actuellement auprès de la Reine Sémiramis et ne peux décemment quitter mon service.
 
Préférant le garder dans les environs de mon nouveau laboratoire, près de New Kingston, j'avais donc envisagé de le confier à Maximilien. Mais dans son état actuel physique et psychologique j'ai fini par conclure que ce n'était pas une bonne idée. 
 
C'est pourquoi, et connaissant votre affection pour Fëantir, que j'aimerais vous en confier la garde. Il vous faudrait pour cela réintégrer la colonie anglaise et me prévenir si vous constatiez le moindre problème avec lui (enfin elle). Il devrait simplement reprendre sa pioche et creuser dans l'annexe anglaise du Phare. Qu'en dites-vous?
 
En réintégrant la colonie, vous bénéficierez aussi de meilleures conditions pour aborder les dernières phases de votre grossesse.
 
J'espère que vous vous portez bien et j'attends avec hâte votre réponse.
 
JeF

Un fin sourire étira ses lèvres, alors qu'elle répondit immédiatement, rédigeant une autre lettre, dans la foulée. La perspective de voir Fëantir à nouveau vivant (vivante ?), ou approchant, était excitante. Même si ce n'était que son corps. Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour veiller sur lui (ou elle).

Señor,
 
Votre confiance, pour prendre soin du corps de Fëantir, m'honore. Je comprends bien vos impératifs, et je serais enchantée de veiller sur notre ami. Je vais de ce pas contacter messire Chocoborgne, Dulcina et messire Assashin pour voir à me réintégrer.
 
Y a-t-il une chance pour que son esprit revienne ?
 
Transmettez mes respects à la Reine, et prenez soin de vous !
 
Affectueusement,
Faye.

L'autre lettre était tout aussi facile à écrire, ce projet lui tenant vraiment à coeur. Elle espérait sincèrement que la réponse serait positive.

Messire Choco,
Messire Assashin,
Dulcina,
 
J'ai volontairement quitté la nation anglaise, il y a quelques semaines, afin de voir un peu les différentes société de l'île. Je n'ai pas eu l'occasion, au final, découvrant d'abord la condition de paria avec une indéniable curiosité. Mais je remets ce projet à plus tard.
 
Aujourd'hui, et afin d'aider un de mes chers amis, j'aimerais revenir, si cela vous agréé. Le señor JeF pense que ce sera aussi favorable à ma grossesse. Mais le but premier serait de veiller sur Fëantir.
 
Je reste dans l'attente de votre décision, quelle qu'elle soit, et vous savez que même s'il s'agit d'un refus, je comprendrais.
 
Avec toute mon affection,
Faye.

Observant les perroquets prendre leur envol, après avoir attaché les missives à leurs pattes, elle espérait qu'ils trouveraient leurs chemins rapidement.
Don JeF
Don JeF
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/10/2017
Posté le 07/01/2019 à 15:57:26 

Cela faisait 10 jours que Don JeF était sorti de sa retraite pour découvrir la colonie hollandaise. Hasard du calendrier, une nouvelle tour était apparue au centre de l'île et une visite touristique du lieu semblait s'imposer.
 
En attendant que les dieux ouvrent l'étrange endroit, il prit quelques jours pour découvrir l'avant poste Van Ders, d'un style différent de La Madone. Il décida ensuite de profiter de sa proximité avec le temple Maya pour y retrouver El Renat. Don JeF, en plus du plaisir de retrouver son ami, devait en effet lui livrer un précieux objet qui lui serait bien utile.
 
Mais une promenade au centre de Liberty est rarement de tout repos, même sur le perron du territoire Maya. 
 
Don JeF et Renat, au bout de l'épuisement, avaient fini par se retrouver. Ryu apparu alors. Embrasant la scène immédiatement, il comprit qu'El Renat était en danger face au terrible guerrier en robe. Et il savait que celui-ci, une fois son forfait accomplit, irait brûler la Madone, massacrant tout sur son passage. Le traître Don JeF, en sus, avait osé quitter son village paria pour rejoindre ces maudits hollandais. Il convenait donc de supprimer cette menace. Ce qui fut accompli plutôt facilement tout compte fait.
 
C'est ainsi que Don JeF visita le havre Maya. Les soins accomplis par leurs guérisseurs était de qualité, mais les infirmières se laissaient trop distraire par l'allure mignonne de Wiff. Le chien recevait en effet plus de caresses que son maître de soins. 
 
Celui-ci décida donc de partir dès que possible du temple Maya pour retrouver la tour hollandaise et les talents de guérison de la déesse Aphrodite.
 
Mais bien décidé à visiter la tour centrale, Don JeF, après être retourné au Temple Maya quelques jours, se dirigea vers le lieu convoité à l'aube du jour où il devait ouvrir. Hélas, si il arrivait avant les guerriers qui investiraient bientôt la zone, il était également trop tôt pour les dieux. Le travesti trouva par conséquent porte close. Dépité il alla se perdre dans les montagnes.
 
C'est alors qu'un chasseur (un bon chasseur, rien à voir avec un mauvais chasseur), du nom de Maui vit quelque chose de bouger, arma son mousquet, et tira une balle en pleine tête de Don JeF. Fier de sa réussite (il avait eu une deuxième créature de la même manière ce jour-là), il afficha un grand sourire de retour dans son village.
 
Don JeF quant à lui, découvrit à cette occasion, les charmes de l’hôpital van Good...
L'ermite
L
Déconnecté
Inscrit depuis le :
17/09/2017
Posté le 13/01/2019 à 11:12:00. Dernière édition le 13/01/2019 à 15:17:03 

Cela faisait bien longtemps qu'Heinrich n'avait pas écrit, et il se dit qu'il fallait qu'il en fasse plaisir à Don Jef. Probablement un thème racoleur pour faire plaisir...


Parlons d'amour avec un grand A se dit Heinrich: Parlons Alcool!

Il fallait faire place à sa plus fidèle amante.
Oui, il ne fallait pas gâcher se doux nectar ravivant les papilles des grands comme des petits, ou encore ne pas oublier cette sensation de laisser aller dans sa contemplation au point de se perdre soi-même. Cette addiction peut tous nous toucher comme l'amour avec les mêmes symptômes:
-Un sentiment de bien être qui n'est que de courte durée mais ne fait que revenir à la charge au fur et à mesure du temps.
-Cette chaleur qui traverse tout ton corps et te redonne le sourire ainsi que foi en l'humanité.
-T'assure des nuits avec milles et un plaisir, et se savoure principalement à plusieurs (sauf en cas d'égo surdimensionné comme Feantir, où le plaisir de coucher avec soi pouvait se faire tout seul avec un miroir.).
-L'envie de mettre la bouche dans le goulot de l'autre, et d'avaler jusqu'à la dernière goutte de nectar.
-La difficulté de s'exprimer, dire ce qu'on ressent une fois qu'on a dépassé un certains stade.
-Et enfin les migraines intempestives pour essayer de se souvenir ce qui s'est passé pour pouvoir rectifier les erreurs ou au moins les assumées.

Oui, l'amour et l'alcool ne font qu'un, et ça n'est pas Dionysos qui dira le contraire.
Minen Le Tryhen
Minen Le Tryhen
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
29/05/2018
Posté le 13/01/2019 à 19:34:10. Dernière édition le 13/01/2019 à 19:36:07 

*Reprends sa plume après de longs mois sans avoir écrit quelque chose. C'est que c'est un métier à plein temps d'être mariée*

Recit d'une jeune mariée en soif d'aventure.

Les journées se suivent et se ressemblent point.
La découverte de cette île est un joyau. Un diamant brut qui se doit d'être poli avec la plus belle des façons.

Ce qui est exaltant c'est que chacun apporte sa manière de polir ce joyau.
De la plus sale, à la plus dévergondé.

Voici ma pierre à l’édifice de la gazette du C.U.L

*Griffonne quelques notes rapides, ce qu'il faut pas faire pour le bonheur du gourou. Ma prise de position pour cette cérémonie lui a fait monter la colère. Rhaaa... *

Parcoure un sentier et creuse pour des gemmes.
Se bat avec des indigènes.
Rapport au C.U.L.

Se baigne dans une eau ferrugineuse
Se bat avec des rats
Creuse encore et encore les galeries du phare.
Rapport au C.U.L.

Colle des affiches publicitaires pour le soûlant de l'île.
Est fière de sa propagande.
Rigole de son effronterie envers son maître de Guilde.
Rapport au C.U.L.

Ah le C.U.L.

Toujours aussi bien rempli.
El Renat "Petit Tigre"
El Renat "Petit Tigre"
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
01/11/2017
Posté le 16/01/2019 à 05:38:18. Dernière édition le 16/01/2019 à 05:43:16 

Cela faisait quelque temps que l'amiral tournait en rond à Espéranza entre ronde de surveillance et tour à la taverne, il avait maintenant tissé un véritable réseau d'indics lui permettant de surveiller qui bon lui semble. Son voyage se profilait mais l'attente du navire devenait insoutenable, il fallait qu'il bouge, qu'il sorte, qu'il voit du monde !

El Renat abandonna donc ses cartes marines, quitta le phare et parti visiter cette nouvelle tour au centre de l'ile, cela lui passera les quelques jours à attendre pour son départ. Le cheminement ce fit sans heurt et il se retrouva vite dans cette mystérieuse tour dont les portes étaient ouverte aux espagnols, après quelques pauses pour chercher son chemin et examiner de drôles de sapin, El Renat poussa enfin la porte de l'atelier du père noel, une foule c'était déjà amassée de toute nationalité, les couleurs des bandeaux se mariait a merveille avec la décoration de noel, aucune animosité entre eux, juste quelques joutes verbales dans une ambiance bon enfant.

Ah la magie de noel... Encore crasseux l'espagnol s'immobilisa a l'entrée usé par le voyage quand il vit une ombre féline s'approché de lui, il etendait non loin de là, la douce voie de Faye qui charmait comme a son habitude les corsaires en mal d'amour.
A peine eu t'il repris ses esprit qu'il y avait devant lui la Tigresse un grand sourir sur son visage. El Renat n'était guère étonné, ses informateurs l'avait déjà prévenu de sa présence et ce n'était pas par hasard qu'il se retrouvait ici.
Le corsaire et la pirate discutère longuement allant jusqu'à oublier le reste de la salle qui s'endormirent peu a peu seul Xantico s'amusait encore à peler le sapin de noel. Enfin, plus un bruit les lieux étaient calmes, les corsaires dormaient a même le sol et occupaient toutes les salles de l'atelier. Il n'en fallait pas plus pour que les deux amants réunis aillent se blottir dans un coin sombre afin ce consommer leur retrouvaille en toute discrétion.

Le lendemain matin, de bonne heure L'Amiral et la pirate affamé se lancèrent a l'attaque du buffet en compagnie de Faye et de l'amiral français. Les discutions allaient bon train mais c'était l'heure de l'exercice alors El Renat se mit a gambader dans l'atelier à la recherche de lutins, Et de un et de deux et de trois, pendant se temps là Anne s'aiguisait les griffes sur des canons automate sans grande difficultés. D'un commun accord ils décidèrent de profité encore un peu de cette petite trêve sur liberty et dégustèrent encore quelques petit fours avant de repartir à de multiples conversation.

Le lendemain matin El Renat s'éveilla, la Tigresse avait disparue, l'heure était au départ … Hop, un saut par la madone, un peu d'escalade dans la montagne puis direction la planque de Mt Wong. L'amiral avait reçu une drôle de mission afin de cuisiner une dinde, étrange mais amusant. Le soir venu, comme par un mystérieu hasard alors Qu'il allait quitté la cache il se retrouva nez à nez ou plutot bouche à bouche avec la Tigresse, après de fugaces attention ceux-ci ce séparèrent une nouvelle fois.

L'espagnol fit route vers la cache de la garde française, il mit le pied a l'interieur et une forte odeur de sang lui chatouilla les narines, là Madre Anna et Buddy était tranquillement assis au milieu d'une énorme flaque de sang, l'amiral salua alors l'assemblée, prit un peu de vin chaud et préféra s'éclipser avant qu'une nouvelle folie sanguinaire ne s'empare de quelqu'un.

Maintenant direction la zone rocheuse érodé il paraît qu'il y a de mystérieux volatiles a débusquer ! Quel ne fût pas la surprise de l'espagnol en découvrant en rentrant dans la zone la Tigresse les griffes couverte de sang en train de s'amuser avec sa proie, le malheureux intendant anglais gisait au sol prostré se vidant petit a petit. La pirate regarda l'Amiral une lueur dans le regard, la douceur dont elle avait fait preuve ces derniers temps avait comme été transformée, le coté animal avait été ravivé par le goût du sang...
Elle lacha du regard El Renat et enfonça destinée lentement dans la gorge de l'anglais gisant a ces pieds.

Telle était la vie sur cette île, douceur et violence ; vie et mort !
Faye
Faye
Connecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 19/01/2019 à 14:07:00 

Il fallait quitter l'atelier, pour réunir les ingrédients nécessaires à la dinde de Noël. Mais la galloise n'en avait pas du tout envie. Elle y était bien ! Paisible, avec des tas de personnes avec qui discuter, des amis, des personnes peut-être moins proches mais avec qui elle faisait connaissance.

Au diable la dinde de Noël ! Et puis, il y avait suffisamment de gens qui s'en occupaient. Une de plus, ou une de moins, quelle différence ? Sans compter qu'elle aurait bien du mal à crapahuter rapidement, dans son état. Si elle n'avait pas pris tant de poids que ça, n'en déplaise à messire Rider qui la taquinait sur sa place proche de la table du banquet, elle savait qu'elle s'épuisait plus rapidement en revanche.

Son sommeil, au moins, était paisible. Comme souvent, lorsqu'elle était entourée d'amis, de personnes chaleureuses, elle ne faisait pas de cauchemars, elle ne se réveillait pas une multitude de fois. Même les coups que donnaient les bébés ne la gênaient pas trop.

Mais c'est qu'ils devenaient plus virulents, alors que le terme se rapprochait. Souvent, elle avait l'impression qu'ils se battaient entre eux. D'abord effrayée, elle s'est rendue compte que quand elle faisait de la magie ils s'apaisaient. Alors, quand personne ne la voyait, ou personne qui ne soit pas au courant, elle jouait avec ses pouvoirs.

La présence de la Reine, la magnifique Sémiramis, lui permettait d'ailleurs de s'entraîner, d'explorer son passé au travers d'illusions. Elle ne pensait pas garder ses souvenirs des premiers mois de sa vie, mais s'est vue pourtant détrompée.

Souriante, donc, elle appréciait vraiment ces journées passées à l'atelier. Quelques questions importantes occupaient cependant son esprit. Son devenir, avec les enfants, mais aussi sa propre personne, son Innocence. Elle craignait le futur autant qu'elle l'attendait.
Don JeF
Don JeF
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/10/2017
Posté le 20/01/2019 à 12:08:40 

Épiphanie/Épidémie

J'étais arrivé depuis peu dans la colonie hollandaise, et cette période de début d'année me semblait une belle opportunité de faire quelque chose pour faciliter mon intégration.

Aussi, je décidai de faire une galette des rois, mais n'étant pas très doué en pâtisserie, je choisi plutôt de faire une plutôt jolie tourte à la viande de porc et d'y insérer une fève.

Mes nouveaux compagnons apprécièrent visiblement mon initiative et mangèrent de bon cœur chacun leurs part de tourte des rois. Les sourires s'enchaînaient et les litres d'alcools s'évaporèrent dans le même moment.

Mais, de manière énigmatique pour moi, cette belle ambiance se dissipa lorsque la fève fut trouvée. La plupart des convives sortirent alors pour vomir dans le caniveau. Pourtant, j'avais pris soin de prendre la viande la plus fraîche possible, pour éviter la moindre infection.

De plus, je suis un peu triste pour l'artisan qui a réussi à faire cette magnifique fève en porcelaine. J'ai l'impression que mes camarades n'auront pas apprécié son travail à sa juste valeur:

Faye
Faye
Connecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 20/01/2019 à 17:41:54 

Elle tournait une lettre dans ses mains, indécise. Elle l'avait lue de long en large de nombreuses fois depuis qu'elle l'avait reçue. Et même après avoir envoyé sa réponse, elle la relisait encore. C'était une belle proposition, même si la personne à l'origine de la lettre ne semblait pas recevoir l'unanimité de la confiance autour de la galloise.

Pourtant, ça réglerait pas mal de soucis. Et puis une des personnes les plus farouchement opposée à celle qui lui avait envoyé cette lettre semblait avoir changé d'avis. Et la curiosité de la brunette était attisée. Elle voulait faire confiance, vraiment. Mais malgré elle, elle doutait.

Et dans le même temps, lorsqu'elle n'étudiait pas cette lettre, elle se livrait à un jeu d'illusion avec la Reine. Elle creusait son passé, son pouvoir, son futur. Allait-elle lui confier son Innocence ? Elle lui faisait confiance pour la protéger, le temps d'apprendre à ne plus rester dans une position de victime. Mais, le changement est effrayant, n'est-ce pas ?

La souveraine était attentionnée, avec elle. Elle semblait voir grand, voir loin. Elle parvint à convaincre la jeune sorcière qui lui fait entièrement confiance. Elle sait passer par-dessus les réticences que la peur engendre en elle. La courtisane s'abandonne à sa Reine, parce que c'est la seule chose raisonnable à faire.

N'est-ce pas ?
Matéo Le Tryhen
Matéo Le Tryhen
Déconnecté
Inscrit depuis le :
11/10/2017
Posté le 20/01/2019 à 18:08:35. Dernière édition le 20/01/2019 à 19:13:21 

Le mois de Noël avait commencé et les festivités allaient bon train.

Min et Matéo, devenus Anglais, partirent donc voir ce qu'il en était.

La traversée des montagnes ne fût pas sans embuche.

Une fois entrée dans l'atelier du Père Noël se fût la fête tant attendue; des lutins et des canons Lutins à foison pour faire plaisir à toutes et tous.

Min et moi pouvions revoir de vieux ami(es)s et discuter de ce que chacune et chacun avait fait ces derniers temps.

Après cette très bonne journée passée, Min et moi partîmes pour continuer les quêtes du Père Noël en amoureux, heureux de les avoir revus et leurs souhaitant de bien s'amuser.

Mais malheureusement une vile personne ne voyait pas leur idylle de cet œil.

En effet , Jessie, en croisant les deux jeunes mariés se fit un plaisir de mettre fin à la vie de Minen et essaya d'en faire de même avec moi, mais c'est moi qui lui mis le coût de grâce.

Cette Vile chose , Jessie pour être clair, ne méritait que ça et rien d'autre que la mort et le mépris.

Mais ami(es)s espagnol je suis on peut plus déçus de voir que Jessie n'est qu'une femme de petite vie. J'ai plus de respect pour un rat que pou Elle.
El Renat "Petit Tigre"
El Renat "Petit Tigre"
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
01/11/2017
Posté le 21/01/2019 à 04:00:09 

   El Renat était encore en bonne compagnie dans l'atelier du père noël à courir après les lutins pour passer le temps.
Une bonne partie des Culs y étaient rassemblé et festoyaient joyeusement.

L'espagnol quand à lui s'était écarté un moment du petit groupe, il avait rejoint discrètement la Tigresse; ils avaient appris à ce connaitre et El Renat avait découvert qu'Anne pouvait être aussi douce que cruel ... Par chance il était du bon coté et commençait à s'y attaché.

Une nouvelle arriva enfin le navire était a quai à Espéranza, il était temps de lever l'ancre, L'amiral fit donc ses adieux à la pirates avec tristesse mais la magie de noël était belle est bien terminée! La Tigresse allait ressortir ses griffes et El Renat embarquer pour pays lointain peuplé d'étrange hommes appelé Maori...

L'amiral ayant passé son commandement rentra au phare, posa délicatement son uniforme, pris son paquetage et monta a bord du navire.
Il donna quelques consignes à son Quartier maitre, qui lui allait resté a Esperanza gérer ses affaires puis disparu dans la cabine.

Demain une nouvelle aventure commençait, loin de liberty, loin des terres connues ...
Faye
Faye
Connecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 21/01/2019 à 21:50:28. Dernière édition le 21/01/2019 à 21:53:37 

Elle avait quitté l'atelier, finalement. Mais, trop épuisée pour s'en aller directement au Temple, elle avait fait une halte en garnison, profitant d'un repos bien mérité entourée de ses compatriotes présents.

Après l'interlude avec la Reine Sémiramis, la galloise sentait confusément que quelque chose avait changé. Elle était la même qu'en entrant à l'atelier, pourtant. Deux bras, deux jambes... Deux bébés... Peut-être était-ce un lien, avec la souveraine, qui s'était créé ? Elle s'était... Oui, elle s'était liée à elle.

Finalement, suite à une petite introspection, elle se décida à ignorer cette sensation. Ce n'était que son imagination trop fertile, sans doute. Et elle devait aller au Temple, on l'y attendait.

Presque épuisée, la sorcière y retrouva le señor JeF, accompagnant la Reine, et Andras les rejoignit dans la journée. Pour patienter, en attendant Red Frag, il s'improvisa un petit examen pré-natal. Histoire de s'assurer que tout allait bien.

Si le début n'est guère intéressant, s'agissant surtout de s'installer, en revanche, elle put montrer au médecin que les bébés bougeaient bien, dans son ventre.

Don JeF  pose un espèce d’entonnoir sur le ventre de Faye avant de coller son oreille à l'autre bout.

Pendant un instant, elle laissa le praticien écouter ce qui se passait en elle.

Don JeF  ferme un instant les yeux pour mieux entendre et les rouvre soudain en se redressant: "j'entends distinctement des grognements, comme 2 chiens qui se battraient!"

Ayant confirmation de ce qu'elle soupçonnait, elle manipula un brin de magie. Ça calmait toujours les mouvements, quand elle faisait ça. Même s'il lui fallait pratiquer de plus en plus longtemps, elle avait l'impression.

Don JeF  cligne des yeux, puis baisse le regard pour revenir à son examen. S'accroupie alors pour mieux observer l'entre-jambe de la galloise, et tend un doigt dans cette direction pour cueillir une larme de sang s'en écoulant.
Don JeF  ôte son doigt de la cuisse, et constate que le flux rouge augmente, accompagné de petits morceaux sanguignolants: "j'ai peur que cette bataille dans votre ventre soit des plus violente.
Ne parvenant plus à voir au-delà de son ventre, la brunette arque un sourcil. Elle n'a pas mal, mais elle sent un fluide chaud qui coule. "Violente ? Je... Je ne vois pas... Je saigne ?" s'inquiète-t-elle.
Don JeF  prend une sorte de pince, et la dirige vers l'intimité de Faye pour effectuer un prélèvement, qu'il place dans une fiole.
Don JeF  marmonne, concentré sur sa tâche: "Mm, oui, vous saignez, et je distingue quelques morceaux de chair. Avez vous mal?"

La courtisane s'inquiéta des paroles du médecin, pâlissant légèrement en entendant qu'elle saignait. Son cœur s'affolait, mais elle s'efforçait de le maîtriser, attendant que l'examen se termine. Le señor JeF ne paniquant pas, ça ne devait pas être si grave que ça, non plus. Juste... Impressionnant ? Elle n'avait pas mal, c'était déjà ça de pris.

Il la rassura d'ailleurs, en confirmant que les deux battements de cœurs étaient toujours audibles. Les bébés semblaient dormir, pour le moment. Mais il ne pouvait malheureusement pas deviner à quel points ils s'étaient blessés.

Une pointe d'inquiétude se nichant dans son cœur, la brunette se rhabille. Elle se promit de faire attention, dorénavant, quand elle les sentirait bouger. Elle n'avait jamais saigné, jusque là, mais c'est que ça devenait plus violent, à l'intérieur, sans doute.

Remercie JeF avec un faible sourire, et s'occupe de nettoyer le sang. Et les morceaux. Puis se rhabille, l'esprit un peu tourmenté, quand même. "Merci bien. J'imagine que si je vois que je saigne encore, je vous préviens ?"
Don JeF  acquiesce: "effectivement. Pour le moment, je ne vois que votre magie pour les calmer. Il n'y a qu'à espérer qu'elle puisse les contenir jusqu'à l'accouchement."

Espérons !
Faye
Faye
Connecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 09/02/2019 à 18:23:52 

Après les souterrains, l'atelier de nouveau. Et, enfin, Esperanza. La cérémonie tant attendue, pour remettre les trophées aux gagnants des Liberty's Trophée. Nominée dans trois catégories, la brunette était impatiente de connaître les résultats, qu'elle gagne ou non. L'essentiel, c'était surtout la soirée en elle-même. C'était les gens autour d'elle. Ses amis, ses proches.

Elle arrive donc la veille, tranquillement, pour se reposer à l'auberge. Discutant joyeusement avec ceux qui étaient présents, appréciant l'ambiance bon enfant qui régnait. Et, toujours, cette impatience, cette excitation qui précède une bonne soirée.

Et le soir tant attendu est là. Des débordements surviennent, à l'extérieur. Des invités de dernières minutes se font recaler. C'est si triste ! Tout le monde devrait pouvoir assister à des soirées de la sorte. C'est bon pour le moral. Pour le commerce. Pour la bonne entente entre nations. Mais, malheureusement, ce sont des choses qui arrivent.

Comme toujours, l'attention de la sorcière est vite reportée sur autre chose. Accompagnant Ayon, l'un de ses premiers amis, elle ne peut s'empêcher d'adresser des regards complices à ceux qu'elle apprécie et qui sont non loin d'elle. Et Nymphéa annonce la première catégorie. Celle des coquins de l'année. L'une de celle où elle était nominée. Son attention se focalise alors sur l'estrade, limite fébrile. C'est que, même si elle serait ravie pour quiconque gagnerait, on ne peut pas dire qu'elle espérait, au fond, être cette championne.

Et c'est elle. Son cœur bat la chamade. Elle met quelques secondes à le réaliser. C'est elle ! Elle est heureuse, elle s'avance d'un pas léger vers l'estrade pour recevoir son prix. Elle ne le quitte plus de la soirée, après avoir fait un tout petit discours, essentiellement pour des
remerciements.

Faye, coquine de l'année, ça sonne bien, non ?

Le reste de la soirée se passe bien. La galloise ne cesse de jeter un coup d’œil à son trophée, radieuse. Elle applaudit chaleureusement les gagnants pour chaque catégorie, d'autant plus que sa guilde en rafle pas mal. Arrive ensuite Maximilien, et sa consécration en tant qu'homme de l'année. Et son discours, un peu troublé par les discussions des invités. Et, pour conclure la soirée, la femme de l'année.

Nymphéa fait durer le suspens, commençant par les nominés qui ont le moins de votes. Bientôt, il ne reste plus que deux noms en lice. Felicia, et elle-même. Inutile de dire qu'elle est dans tout ses états. Les mains serrées autour de son trophée, le cœur battant, le souffle court. Même si elle n'aspire pas à être la gagnante à tout prix, c'est quand même enivrant de savoir qu'elle pourrait l'être. L'ivresse de l'impatience, de la bonne humeur, l'adrénaline qui s'insuffle dans ses veines...

Oh, c'est grisant. Et même si elle n'est que seconde, même si c'est Felicia qui remporte le trophée, elle applaudit chaleureusement, sincèrement ravie. Et quelque part, elle est soulagée. Après tout, si une majorité a voté pour Felicia, c'est qu'elle n'est pas si mauvaise. Non ? C'est que, quelque part, elle ne s'est pas vraiment trompée, en appréciant l'hidalga.

La pression retombe, et la fatigue prends place. La soirée des remises est finie, mais l'after ne fait que commencer. Pourtant, elle en profite pour se reposer, pour dormir d'un sommeil tranquille. Dès le lendemain, après tout, elle repartait. Ses pérégrinations sur Liberty n'étaient pas terminées. Et même si le terme de sa grossesse approchait, elle voulait continuer à bouger encore un maximum.
El Renat "Petit Tigre"
El Renat "Petit Tigre"
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
01/11/2017
Posté le 13/02/2019 à 11:27:47. Dernière édition le 13/02/2019 à 11:29:03 

Cela faisait maintenant pas mal de temps qu'il n'avait pas revu Liberty, son voyage avait été un succés la route vers cette nouvelle « Zélande » était parfaitement fiable et il y avait trouvé un peu d'or a ramener. Il aurait même pu s'y installer, mais une vie paisible au milieu des indigène de l'interessait guère.

Il avait donc navigué et écumé une bonne partie des rives de la cote est de ce nouveau territoire que l'angleterre venait de s'approprier. Son Navire le « MontiCUL » tenait formidablement bien la mer et manoeuvrait avec une aisance déconcertante en plus d'un mois il n'y avait eu qu'une seule déchirure sur la voile d'artimon suite a une erreur grossière d'un de ces matelots, après 20 coups de fouet il ne devrait plus recommencer la même erreur !

Assis dans sa cabine, l'ex-amiral profitait de sa liberté même si cela lui manquait de commander l'invincible armada. Après tout commandant c'était déjà bien, il avait laisser ces navires et son réseau d'indic a son Quartier maitre resté sur liberty et il espérait bien que celui-ci n'aurai pas pris la grosse tête au risque qu'il la perde définitivement.

Penché sur ces cartes il jouai avec une boule de noel est il laissa son esprit s'échappé en ce disant qu'il n'aurai pas été contre un peu de compagnie féminine .
El Renat "Petit Tigre"
El Renat "Petit Tigre"
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
01/11/2017
Posté le 14/02/2019 à 06:52:55. Dernière édition le 14/02/2019 à 07:22:09 

Retrouvaille ensanglantée.

El Renat arriva de bon matin a Espéranza, tout semblait calme voir quasi désertique dans la flamboyante citée espagnole.

Le MontiCUL amarré au dock, l'équipage briquait le pont, déchargeait les trésors récupéré dans les villages indigène, la bonne humeur des marins faisait plaisir a voir.
Résultat de recherche d'images pour

Bien sur leurs périple arrivait a la fin, une fois le travail terminé ils seront payé et comme tout bon marin ils iront vider les bouteilles de rhum et remplir les filles des tavernes!

L'ex-amiral lui alla se reposer et tenter de retrouver quelques connaissances en rentrant au phare des lumières, mais pas un bruit pas âme qui vive ... Ou étaient ils donc?

Exténué il s’endormit dans un lit bien confortable alors qu'il espérait faire juste une petite sieste réparatrice.

Des bruits étranges arrivaient de l'extérieur, des hurlement des cris de guerres et des coups de feu en pagaille, El Renat avait dormi trop longtemps mais par réflexe il s'était jeté sur son arme avait récupèré son sabre et il fila vers l'extérieur.

Résultat de recherche d'images pour

Arrivant devant la porte il tenta de sortir an vain, un chariot bloquait celle-ci depuis l'extérieur, pas moyen d'aider.
Puis plus de bruit, la bataille devait être terminée, par la fenêtre il vit la reine Séramis pavoisant fièrement sur la place d'Esparanza en pleine discutions avec sa ministre du commerce.
Un bruit de craquement de bois se fit entendre près de la porte de la maison de guilde, l'espagnol s'approcha méfiant poussa la porte et tomba dans une marre de sang.

Les renforts espagnol étaient arrivé, et achevait un a un les pillard, la reine Séramis elle même avait succombé le temps qu'El Renat soit sorti.

Croisant ses braves guerriers il apprit qu'une "Tortue..." avait fait un carnage dans leur rang et une traque était en cours pour la retrouvée...

Revigoré par sa sieste El Renat parti a sa recherche, écumant tous les coins et recoins de la citée, c'est alors qu'une mystérieuse information arriva : La tortue se cacherai dans l'église!

Résultat de recherche d'images pour

El Renat s'approcha prudemment, une forte odeur d'alcool montait de la Crypte, il ouvrit la trappe et vida son chargeur sur Franklin Van Shreken.
La tortue a bout souffle n'opposa pas de résistance, ces combats précédents l'ayant fortement affaibli.

Ainsi fini la nuit! Du sang encore du sang ... quel gâchis! Conchita aura du boulot pendant la nuit, la pauvre a récurer et laver tous ces pavés.
Fëantir
Fëantir
Déconnecté
Inscrit depuis le :
03/10/2017
Posté le 28/02/2019 à 15:38:45 

Un Jeudi. 
Encore un. 
Comme tous les jeudis, il y avait une réunion dans le Phare du conseil des Ultimes Lumières.
Comme tous les jeudis, le Phare était particulièrement calme.
 
Pourtant, des pas lents résonnaient dans les escaliers interminables qui menaient à la salle de réunion, tout en haut de l'édifice. 
De vagues gémissements et grognements auraient pu être entendus par ceux qui auraient tendu l'oreille. 
 
La goule qui jadis fut Fëantir se rendait à la réunion, fidèle à ses principes du temps de son vivant. 
Elle tenait un parchemin à la main, fruit de ses réflexions à présenter à la guilde. 
 
Des informations secrètes et importantes avaient été couchées sur le papier, d'une écriture hésitante et souvent illisible. 
La goule déposa le papier sur la table de réunion, attendit un court instant et se remit en route pour retourner dans les sous-sols du Phare afin de continuer à y creuser galerie sur galerie. 

Don JeF
Don JeF
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/10/2017
Posté le 03/03/2019 à 22:18:46 

Carnet de Don JeF: Débats philosophiques entres Esprits supérieurs

La grotte aux esprits était un lieu qui m'intriguait depuis quelques temps. De nombreuses personnes aux quatres coins de l'île m'avaient enjoint à m'y rendre, m'avertissant cependant que je rencontrerais certains des Esprits les plus remarquable de Liberty.

L'élément qui finit de me décider à m'y rendre fut une discussion avec El Renat. Lui aussi était intrigué par l'endroit, mais, quand je m'étais replongé dans la lecture des plus illustres des traité de rhétorique grecque, lui avait préparé des arguments plus... explosifs.

Les lieux étaient des plus intéressant, mon carnet de note se remplissant au fur et à mesure de mes rencontres:

Combat contre Esprit, tu contres et lui mets 30 points de dégâts avec un argumentaire éclairé. C'est un coup critique !

Mais mes arguments, aiguisés comme l'était mon esprit, pu vaincre un à un les théoriciens éthérés:

Tu as tué Esprit.

Alors que les sons du tromblons de Renat raisonnaient dans toutes les parois du lieu, je fus attiré par une zone excentrée. Wiff, chose inhabituelle, se colla à mes jambes au fur et à mesure de notre progression jusqu'au moment où nous le découvrîmes, le démon philosophe: Gwada’hac le chef démoniaque.
Nous débattîmes, semble-t'il, des jours entiers, sans manger ni boire, nos arguments s'affrontant brutalement:
Combat contre Gwada’hac le chef démoniaque, tu l'attaques et te prends 8 points de dégâts avoir une mauvaise foi assumée.

Combat contre Gwada’hac le chef démoniaque, tu l'attaques et lui mets 23 points de dégâts avec un argumentaire éclairé.

mais à la fin, il ne put que se retirer, honteux

Tu as vaincu Gwada’hac le chef démoniaque lors d'un combat philosophique.

Après m'être quelque peu restauré, je pris conscience de l'absence de bruit de coups de feu. Je m'attendais au pire, à retrouver Renat genoux à terre face à un esprit supérieur. Mais je me trompais. Quoique, peut-être pas tant que cela.

Je l'ai en effet retrouvé à genoux, près de l'entrée de la grotte, mais également près de l'entrée de la grotte de celle qui occupait son esprit.

Je préférais alors partir, le plus discrètement possible afin de ne point déranger la cérémonie millénaire de l'amour.
El Renat "Petit Tigre"
El Renat "Petit Tigre"
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
01/11/2017
Posté le 05/03/2019 à 11:19:39. Dernière édition le 05/03/2019 à 11:22:04 

L'heure était venue de se regrouper pour une nouvelle aventure entre CULs!

Lors de notre dernière réunion du vendredi soir ( euh non samedi ou lundi, bref je sais plus) nous avons décidé à l’unanimité avec moi même de faire un saut à l'ancien repaire Pirate.

L'idée était lancé, oui notre précédente excursion au temple fût plutôt musclé.
El Renat en bon orateur avait convaincu tout le monde:
- Ne vous inquiétez pas celle-là c'est easy !
 Une petite voie ce lève soudain:
- Euh c'est pas la bas qu'il y a une brute épaisse à passer et un pirate du nom de Boumako ?
- Brute ....Brute non c'est juste un nom pour faire peur, Boumako ? Euh connais pas mais bon on lui demandera poliment le droit de passage et tout ira bien.
- Cette fois on s'organise, tous le monde à l'heure avec le plein de bandage!

C'était il y a un mois...

Bien sur personne n'était a l'heure a par El Renat et Riquel qui tentai de lui courir après. Laureline elle était arriver une semaine trop tôt et tournait en rond. Pour le reste, ils étaient encore aux quatre coin de l'ile.

El Renat en attendant et bien qu'il ai totalement oublié de prendre des bandages entamait le repérage des lieux avec un guide rencontré par hasard (ou pas), Il en profitait donc pour passer ses soirées a amélioré ses connaissances en sutures en attendant les renforts.
Riquel "Bonne Excuse"
Riquel "Bonne Excuse"
Déconnecté
Inscrit depuis le :
05/10/2017
Posté le 05/03/2019 à 12:00:22. Dernière édition le 05/03/2019 à 12:01:07 

-Mais puisque je vous dit que je suis attendu!
-NON
-Mais siiiiii!! Renat! R - E - N -A... Il m'a dit de le rejoindre, je suis avec lui
-JE LE VOIS PAS
-Mais c'est normal!! Il est déjà entré lui!! Il m'attend! Je dois passer!
-NON
-Grgmlrgmlrmgr!! Je vous préviens, je vais finir par en venir aux mains hein!
-AH OUI?
-Non mais, façon de parler, pas tout de suite... Oh! Le voilà regardez!

PAN!

-MMM... VOUS M'AVEZ TIRE DESSUS?
-Moi? Quand ça? Non...
-QUAND JE ME SUIS RETOURNE, VOUS M'AVEZ TIRE DESSUS!
-Non! Pas du tout! Oh! C'est lui là-bas!

PAN! PAN! PAN!

BAF!
-Aïeeee!!! Mais puisque je vous dit que c'est pas moi!!! Ouinnn!! Laissez-moi passer s'il vous plait... je suis Chef quand même... On m'attend là...
-NON
-Mais heu!!!!

La brute épaisse était intraitable...
Andras
Andras
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
30/10/2017
Posté le 05/03/2019 à 20:54:36. Dernière édition le 05/03/2019 à 21:01:26 

La petite troupe composée de Faye, enceinte jusqu'au cou, Alvin le morveux "différent" et irrespectueux, et Andras s'étaient arretés pour la nuit au milieu des montagnes.
 
Ereintés par une longue journée de randonnée, la soirée fut courte et calme, mais au milieu de la nuit, des rires venant du lac les avaient réveillés. En contrebas, on pouvait les voir, sur le lac, l'amiral espagnol et sa victime promise, profitant d'un peu de tranquilité avant que le reste de la troupe n'arrive.

1 2 3 4 -5- 6 7  

Le forum > Taverne > La gazette du CUL


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
© 2004 - 2019 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés