Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Taverne > [EVENT] Le codex du ceiba vert.
[EVENT] Le codex du ceiba vert. 1 2 3 -4- 5  
Auteur Message
Scorbut Bill
Scorbut Bill
Déconnectéparia
Inscrit depuis le :
25/05/2007
Posté le 12/12/2012 à 17:42:28 

Du plus profond des insondables souterrains de Calackmul, une terrible clameur se fit entendre, d'abord faible puis gagnant de plus en plus en puissance. Lorsqu'elle devint suffisament audible pour donner des frissons dans le dos, on pouvait discerner au travers le bruit d'innombrables pas puissants et rapides, résonnant dans les tunnels au point qu'une fine pluie de poussières tombait des plafonds voutés.

Enfin, on put voir une lueur rougeâtre danser sur les pierres des parois, et plus elle brillait plus la chaleur montait, jusqu'à devenir insoutenable. Soudain jaillit un flot de créatures de lave, vociférant dans la fournaise des malédictions et des incantations à tout ceux sur leurs chemins.
Elles se jetèrent hors du Temple, avides de bruler les âmes des mortels selon les voeux des Anciens Prophètes.

Mais alors que leurs cohortes s'éloignaient, surgit du souterrain d'où elles étaient issues un guerrier maya aux traits durcis par la colère et les privations. Les peintures de guerres sur son visage et son corps, les innombrables bijoux faits d'os humains qu'il arborait, et les armes acérées qu'il portait ne laissaient planer aucun doute quand à sa mission. Les herbes qu'il avait ingurgité toute sa vie l'avaient préparé à cet évènement, les transes et les méditations lui avaient révélé sa destinée et alors que le jour de la Grande Epreuve approchait, il sortait enfin accomplir ce pourquoi il avait été créé par les Dieux.

Il quitta la noirceur du Temple les yeux injectés de sang, les tempes battantes d'un flot bouillonant de haine, et sans même faire attention aux différents descendants maya présent au pied de l'édifice, il hurla vers le ciel d'une voix forte qui résonna à travers toutes les montagnes alentours:


"Moi, Raklak le Féroce, Guerrier des Grands Anciens et des seuls vrais Dieux à honorer, je suis leur bras vengeur, je suis leur juste courroux, je suis leur Champion!!

Corsaires, ceux qui me vaincront pourront espérer sauver les leurs de la Fin du Monde. Ceux qui plieront devant ma force et mon courage verront leurs têtes tranchées et offerte aux Trois Soleils d'Amitacaotl, la Marmite Divine. Elles mijoteront jusqu'à la fin des Dieux eux-mêmes avant d'être jetées dans l'Infini Néant!

Qui osera m'affronter? Qui?!"

Le colosse dégaina ses lames d'obsidienne et les brandit avec rage devant les corsaires alentours, les insultant et les provoquant d'une voix terrifiante.
Dulcina Fagney
Dulcina Fagney
Connecté
 
Inscrit depuis le :
13/02/2006
Posté le 12/12/2012 à 21:56:44 

Le 11 décembre 1712

Quel effet ça fait, de se dire qu'il ne nous reste plus qu'une dizaine de jours à vivre?
Quelque part... cela remet en ordre ses priorités, non?

Alexis me manque... quelques jours déjà que je l'ai confié à ses parrains, pour aller retrouver son père, à Louis le Grand. Et que j'ai découvert l'étendue des dégats : le réveil du volcan, la panique...

Le capitaine du Dudu Calme, accosté à New Kingston, a fait affrêter le navire depuis quelques temps. Plus que jamais, il se tient prêt à quitter l'île, avec mon fils à son bord, si cela devient nécessaire...

La "fin du monde". Ou d'un monde, tout du moins. Celui qui est le mien depuis toutes ces années. Mes amis, mes proches, ma famille...
Il est étrange de voir comme on relativise tout, en comptant le nombre de jours qu'il nous reste à vivre.

Ainsi, croiser Alejo ne m'a pas procuré l'effet habituel que je ressentais, depuis quelques temps : la souffrance...
Ainsi, les moments avec Jean-François deviennent plus précieux encore, le compte à rebours s'étant considérablement rétréci.
Ainsi... je pense à Nick, que j'aurais aimé revoir, une dernière fois...

Croiser toutes ces personnes, amies ou ennemies, qui croient encore que l'île peut être sauvée d'une éruption volcanique... cela me fait réaliser beaucoup de choses. A commencer par cet espoir que j'ai envie de partager, avec eux. Avec tous.

Lorsque mon Choco m'apprends l'hypothèse folle, qu'il a décryptée du codex, que des crânes sacrés pourraient apaiser le volcan, grâce à l'intervention d'un puissant guerrier maya... alors l'espoir m'envahit.
Alexis est encore trop jeune pour supporter une traversée en mer. Je n'ai pas fait tout cela pour supporter l'idée de le savoir mourir.

Alors, je me raccroche à cet espoir. Et après avoir vu mon frangin, puis Jean-François, se faire tous deux plomber sous mes yeux, je décide de prendre les choses en main. Les rancoeurs personnelles attendront : il ne me reste que dix jours pour sauver Alexis. Dix journées...
Dulcina Fagney
Dulcina Fagney
Connecté
 
Inscrit depuis le :
13/02/2006
Posté le 12/12/2012 à 22:14:59 

Le 12 décembre 1712

La peur donne des ailes, dit-on.

C'est de manière complètement irraisonnée que je pénètre dans cette caverne. Les paroles de cette femme indigène résonnent en moi...

La fin est proche... Vous devriez retourner chez vous, et utiliser le peu de temps qui reste pour chérir les vôtres.

Je devrais être aux côtés d'Alexis... au lieu de cela, je suis là, à fouiller une caverne à la recherche d'une chimère...
Je commence sincèrement à me dire que je devrais peut-être l'écouter... rentrer à New Kingston, récupérer mon fils, et profiter de ces derniers instants qu'il me reste. Envisager le pire...

Tu ne devrais pas être là, c'est trop dangereux... Tu n'as pas Alexis ? IL est où ? Il va bien ? Il.... Vous devriez quitter l'Île tous les deux, on ne sait pas si...

Et si Jean-François avait raison? Et s'il était plus prudent de partir?

Il faut se battre pour le meilleur. Mais se préparer au pire.

Les paroles d'Alejo me reviennent. Se battre pour le meilleur... non, le meilleur, ce n'est pas cela. Ce n'est pas fuir, seule, et laisser tous ceux que j'aime, m'éloigner, une fois encore.

Soudain, un éclat attire mon attention. Les mains encore sales de la terre que je retourne, ici et là, je m'approche de l'endroit d'où provient le reflet de la lumière qui m'a alertée.
Ce que j'avais pris pour une pierre précieuse, ou qui sait, un tesson de bouteille, s'avère être plus gros que je ne le pensais, à mesure que j'en découvre les rebords. Petit à petit, une forme arrondie fait son apparition... puis, des crevasses, comme des... orbites!
Mon sang se fige, et mes mains se mettent à dégager plus frénétiquement encore ma découverte, jusqu'à la mettre entièrement à jour.

12/12 13:28:07 : Tu trouves en examinant : Crane Sacré.


Je reste bouche bée un moment.
Ainsi... c'était donc vrai... ces crânes sacrés existent... cela voudrait-il dire qu'un espoir puisse substister?
C'est fébrile que j'attrape ma plume et plusieurs parchemins : je dois prévenir mes proches. Leur faire part de la découverte... Car chaque seconde de perdue peut nous mener à notre perte.
Giulia La Volpe
Giulia La Volpe
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/07/2012
Posté le 13/12/2012 à 07:44:27 

J'étais entré dans le temple, comme beaucoup. Cela me semblait l'hypothèse la plus probable, et puis de toute façon, je n'avais rien à faire, j'étais là pour enquêter et pour me battre s'il le fallait.

C'est pas comme si je n'avais pas croisé sur ma route des hurluberlus de seconde zone ou comme si je me prenais pour un homme-lave ... Alors oui, je partis à la recherche du codex du ceiba vert.
Sir Holmes
Sir Holmes
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
27/06/2008
Posté le 13/12/2012 à 09:17:58 

Le pragmatisme du gentleman était mis à rude épreuve. Devant l'effroyable constatation que le volcan allait entrer en éruption, il se sentait impuissant à déjouer les plans que Dame Nature réservaient à l'île qui l'avait adopté depuis plusieurs années maintenant.

Pourtant, il semblait subsister un espoir, qui reposait sur le savoir ancien d'un peuple qui paraissait aussi vieux que l'île elle-même : les mayas. Après avoir retrouvé le codex, recueil de leur savoir, et l'avoir fait déchiffrer, l'évocation de l'existence de crânes sacrés qui sauraient apaiser le volcan laissa le détective sans voix.

Etait-il seulement possible de faire cesser une activité volcanique en rapportant à un puissant sorcier maya ces crânes dispersés sur l'île?

Sir Holmes se montrait sceptique, toutefois, y avait-il une autre solution pour sauver l'avenir de  Liberty? Aussi se mit-il en chemin pour la caverne la plus proche, afin de l'explorer de fond en comble, dans l'objectif d'y chercher ces fameux crânes. Après tout, si ces fouilles ne donnaient rien, il serait bien assez tôt temps de rejoindre New Kingston avant la date annoncée du cataclysme, et de mettre les voiles avec Lady Margot...
Dame Azorif
Dame Azorif
Déconnectéparia
Inscrit depuis le :
04/05/2008
Posté le 13/12/2012 à 11:25:39 

Il fallait absolument sauver le monde et faire en sorte que ces sauvages retournent d'où ils venaient... D'ailleurs où s'étaient-ils tous cachés, personne ne les avait vus auparavant ! Un mystère à élucider !

Ils avaient envahi Liberty et comme par hasard, la fin du monde était annoncée en même temps que leurs étranges apparitions. Elle était persuadée qu'un rite maléfique et dangereux allait être effectué avec ces crânes.

Elle avait un choix difficile à faire : apporter les crânes aux opportunistes mayas ou les éliminer un à un pour que la colère de Dieu s'estompe.

Skuleth
Skuleth
Déconnecté
Inscrit depuis le :
01/06/2007
Posté le 13/12/2012 à 12:53:13 

Le centre de l'île avait été déserté, seuls subsistaient quelques corsaires égarés, et le sorcier maya, ainsi que plusieurs de ses frères.

Lui, avait dit ce qu'il avait à dire, et attendait, maintenant pour sauver l'île.
Téquila
Téquila
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
20/10/2005
Posté le 13/12/2012 à 22:49:52 

La fillette blonde questionnait Phénix sans relâche

"Dis Tatitèq, pourquoi la cendre tombe du ciel ?"

"Myla, tu as vu la lave qui coule du volcan, ce sont les petits morceaux que cette lave à brulé qui volent dans l'air"

"Dis Tatitèq, pourquoi tu portes une pelle ?"

"Parce que c'est plus facile pour creuser, regarde"

Donne quelques coups de pelle dans le sol terreux, et en retire un crâne !


"Tu vois Myla, je ne sais pas si ces vieux os peuvent servir à quoi que se soit, mais qui ne tente rien n'obtiendra rien de toute manière"

"Tatitèq ?"

Avec patience, Phénix se retourna
"Appelle moi Phénix, Myla. Oui, quelle est ta question ?"

"Pourquoi tu es triste et en colère ?"

"Parce que la vie n'est pas toujours celle qu'on a imaginé ma belle... mais cela n'a rien à voir avec toi ou ton frère, arrète de t'inquiéter. Allez, continuons, nous avons encore deux crânes à trouver"

Walter Metzengerstein
Walter Metzengerstein
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
11/03/2006
Posté le 14/12/2012 à 09:39:34 

[ http://grooveshark.com/s/Protectors+Of+The+Earth+Choir/3TsEMi?src=5 ]

Depuis les prémices de l'éruption jusqu'à ce jour, l'esprit pragmatique du spadassin ne s'était pas laissé une seconde effleurer par l'idée que cette prophétie de fin du monde soit justifiée. Il manquait tous les signes énoncés par Saint Jean, il fallait bien être niais pour croire aux récits de ces sauvages... n'était-ce pas les mêmes qui avaient jurés sur leurs dieux que les envahisseurs blancs seraient dévorés par le Soleil ? Les mêmes dont les rares descendants servent aujourd'hui d'esclaves et de catins bas de gamme...

Crachant par terre il quitte l'avant poste pour constater à nouveau les dégâts de l'éruption en cours, prêt à distribuer quelques formidables coups de boule éducatifs aux crédules qui pensent que sacrifier une vierge et se tartiner de caca suffirait à calmer un volcan.

Et là au milieu des geysers de lave et des fumerolles toxiques il entend pour la première fois le cri guttural du féroce guerrier Maya, Raklak. Ce dernier frappe son torse puissant en clamant son défi à la face de la Terre. Un sourire carnassier se dessine sur les lèvres de Walter, anticipant un combat digne d'être conté. Ses bottes soulèvent de petits nuages de cendres et la chaleur se fait étouffante... mais plus rien n'a d'importance quand l'air s'embaume soudain de ce doux parfum de sang et de violence.
Toisant le guerrier, Walter tire lentement sa précieuse rapière.

" Là tu parles un language qui m'intéresse... "

Raklak le dévisage puis se jette sur lui dans un grand cri extatique et les deux hommes se transforment en un tourbillon d'acier et d'obsidienne. Trois passes d'armes s'écoulent le temps d'un battement de coeur, tous deux saignent déjà de multiples petites plaies mais l'avantage semble aller à la technique sauvage et débridée du Maya... jetant une poignée de cendres au visage de son adversaire, Walter se lance dans une série d'assauts d'estoc, ayant clairement identifié les faiblesses de son opposant.
Bientôt ce dernier est acculé à la défensive et reçoit coup sur coup, jusqu'à ce qu'il jette une poudre étrange sur ses plaies, manifestement insensible à la douleur. Profitant de la surprise du Metzengerstein, il reprend l'initiative. Les visages des deux combattants sont à quelque centimètres à peine, alors que les lames croisées d'obsidienne crissent contre la magnifique rapière du spadassin... le sauvage semble déterminé à lui arracher le visage de ses dents en pointe mais l'Alsacien lui assène un formidable coup de boule peu orthodoxe mais diablement efficace, lui brisant le nez et faisant jaillir un flot de sang.
Alors que le guerrier sacré titube et essuie les fluides qui masque sa vue, la lame du spadassin pénètre profondément dans ses chairs et arrache enfin la vie du corps du païen.

D'un pouce noirci par la cendre et le sang, Walter se signe, son regard rêveur parcourant le spectacle d'Apocalypse qui lui fait face... Raklak le féroce n'est plus, et Liberty s'est découvert le moins Catholique de tous les champions.
Sir Holmes
Sir Holmes
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
27/06/2008
Posté le 14/12/2012 à 18:57:28 

Sir Holmes avait pour habitude de travailler seul. Bien que, récemment, il s'accoutumait avec plaisir aux joies de l'association et du partage du travail.
Mais Lady Margot était restée à New Kingston, chargée de s'occuper de leur filleul, le petit Alexis. Aussi le détective était-il parti, seul, en quête d'un moyen de sauver l'île. Si tant est que cela fut possible, ne cessait-il de se répéter.

Il ne lui fallut point grand temps pour retourner la terre de la caverne du diable, et y découvrir deux crânes identiques. Il était le premier à investir les lieux, visiblement, et n'hésita point à partager ses découvertes avec les personnes qu'il croisa sur son chemin.

Puis, il décida d'explorer la grotte aux esprits. Là bas, retourner la terre lui permit de trouver un troisième crâne, semblable aux précédents.
Fort de ses découvertes, le détective n'avait désormais plus qu'à rejoindre le puissant sorcier maya dont on vantait qu'il pouvait arrêter un volcan en activité.

Quelque peu perplexe, le détective s'était donné cet objectif. Si tout ceci s'avérait n'être que pur mensonge et manipulation, il savait qu'il n'aurait dès lors plus qu'à retourner à New Kingston, afin de rejoindre Lady Margot et préparer leurs affaires pour quitter une île qui s'apprêtait à être ensevelie sous la lave...
Skuleth
Skuleth
Déconnecté
Inscrit depuis le :
01/06/2007
Posté le 15/12/2012 à 12:40:02 

Apö avait maintenant de quoi réagir, de quoi avoir une infime chance de calmer les Dieux et de repousser la fin du cycle : étonnement, les corsaires avaient réussi à se rendre utile...

Il lui fallait à présent faire sa part du travail, et non pas la moindre. Il prépara ses poudres et ses symboles : il lui fallait d'hors et déjà commencer les incantations préparatoires nécessaires à la construction du rituel. Et pour cela, l'autel sacrificiel du temple sera l'endroit parfait.

Il fit passer le mot aux autres membres du Conseil sacré. Il aura besoin de leur aide, ainsi que de leur force pour mener sa tâche à bien.

Un groupe, et deux personnes seules avaient été les premiers à accomplir ce qui devait l'être ! Le sorcier alla s'isoler et se cloitrer dans le silence pour incanter.
El finito
El finito
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
12/11/2010
Posté le 16/12/2012 à 02:17:19 

* Pelotonné au pied d'un arbre, Sancho avait le sommeil agité ... après un  cauchemard plus brutal que d'autres, il tenta de remettre de l'ordre dans ses idées ...

Oui, il y avait eu cette agression incompréhensible l'autre nuit à Van Ders, alors qu'il dormait paisiblement ... et puis, persuadé qu'il n'y avait pas une minute à perdre, il s'était remis en route, malgré des maux de tête insupportables, et une douleur oppressante à la poitrine ...

Il n'avait cessé de courrir la montagne, filant de tour en tour, se faufilant entre les torrents de lave, pour arriver une nuit en vue du Ceiba vert ... et là, un ami lui avait glissé de nouvelles instructions ... il fallait foncer désormais aux mines du crâne ...

N'écoutant que sa volonté de bien faire, Sancho se précipita en sens inverse, courant entre les futaies, esquivant d'un geste violent des aventuriers agressifs, pour arriver en terre inconnue ...

On lui avait dit de fouiller, et c'est ce qu'il fit ... toujours avec cette conscience que sa volonté pouvait encore sauver quelque chose ... Après s'être mis les mains en sang à force de fouiller le sol, il finit par trouver un objet terreux, mais d'une forme déterminée ... une fois nettoyé, l'objet s'avéra être un crâne, un de ces crânes sacrés dont on lui avait annoncé l'importance ...

Sancho hurla sa joie ... mais un crâne, ce n'était rien, il lui fallait absolument en trouver d'autres ... Il hésita un moment à entrer dans la caverne humide, puis renonça ... trop de dangers pour un résultat trop incertain ... par ses amis, Sancho savait où chercher avec plus de certitude ... Il repartit en forêt ... pour s'écrouler de fatigue aprés des heures de course ...

Il cherche à se remémorer la raison de son réveil ... ah oui ... ce cauchemard ... mais quoi ?

Oh Madre de dios !

15/12 18:42:41 : Chenzu renifle ton derrière, hésite à y poser une main puis se ravise .

Eva D.Van Teese, assassinée
Eva D.Van Teese, assassinée
Déconnecté
Inscrit depuis le :
23/09/2010
Posté le 16/12/2012 à 12:46:03 

Carnet de notes, page 58

07 décembre 1712

Le vieux chercheur m'a parlé d'un certain Indiana john, je ne connais pas cet homme mais l'aventurier semblait inquiet apparemment et filait le pas d'Apö. Où est-il maintenant? La seule personne susceptible de m'aider c'est Franck, de la tour il voit tout ce qu'il se passe.

____________________

Je profite d'une pause pour masser mes mollets traumatisés par l'effort que je viens de faire, cela fait plusieurs heures que je traverse les montagnes et je n'en peux plus.
Quand j'y repense, j'ai du négocier avec le petit Alvares le droit d'accès à la seule route non encombrée disponible, je lui dois d'ailleurs une orange.

_____________________

Je suis exténuée, il est temps pour moi de me reposer. La tour n'est plus très loin et demain j'espère en apprendre plus. Toutefois, je ne vais dormir que d'un oeil, la zone est dangereuse.
Face à moi se trouve un homme que je n'avais jamais vu auparavant, un révérend visiblement qui ne m'a pas donné son nom et qui viendrait de Londres et plus précisément de l'abbaye St Peter.

Je me méfie beaucoup de lui car il m'a dit être ici suite aux rumeurs de fin du monde. Le plus surprenant? Il est arrivé il y a trois jours et il faut au mieux un mois pour traverser l'océan atlantique avec un bon brick...

Comment diable des rumeurs de fin du monde se seraient propagées à Londres il y a plus d'un mois alors même que les habitants de l'île ne se doutaient de rien? J'ai peine à croire à cette histoire... Il y a quelque chose d'étrange chez cet homme mais je ne saurais dire quoi.

Cette nuit ma main ne quittera pas la fusée de mon épée.
Eva D.Van Teese, assassinée
Eva D.Van Teese, assassinée
Déconnecté
Inscrit depuis le :
23/09/2010
Posté le 16/12/2012 à 20:52:31 

Carnet de notes, page 59

08 décembre 1712

La nuit dernière j'ai vu un ange drapé d'orange. Grâce à Apa Lya, ce matin je n'ai plus de plomb dans le corps.

Un satané anglais se faisant appelé La Poigne n'a pas eu de scrupule à me tirer dessus sous prétexte qu'il était de mauvais poil. Et de mauvais poil je peux en parler, l'homme à la barbe et aux sourcils aussi hirsutes qu'un ours mal léché a déclaré qu'il n'avait pas d'états d'âme. Je dois ma survie à Kristal m'a t-il dit, je la remercierai chaudement à notre prochaine rencontre.

Franck m'a conseillé de me dirigé vers le Nord. C'est parti!

__________

Le lac central bouillonne! C'est devenu un lac de lave et le volcan gronde dans les entrailles de la terre. Il va falloir contourner cela et perdre une journée de marche en passant par les montagnes...

__________

La panique est palpable. Les gens courent dans tous les sens et ont tendance à s'agglutiner au même endroit. L'endroit est plus dangereux que jamais et outre le danger important que représente les geysers et créatures de lave, il est plus risqué de s'approcher des indigènes et des corsaires paniqués.


09 décembre 1712


L'atmosphère est irrespirable, il fait une chaleur quasi-insupportable et mes vêtements bien que légers ne demandent qu'à se laisser choir au sol. Diego ne sait rien et me conseille d'aller à l'Est... Ils vont finir par me tuer...

Perle et chaton m'attendent, c'est reparti!


Carnet de notes, page 61

12 décembre 1712

Ça y est, le fameux codex a été trouvé au pied d'un arbre comme l'avait indiqué l'un des mayas et le vieux sage dormait encore lorsque je suis passée. Peut être que le vieux chercheur pourra m'expliquer ce qu'il contient, est-ce que cet objet est la solution à nos ennuis? Je n'en sais rien et à vrai dire je ne sais si les mayas nous mènent aussi en bateau. Ce qui est sur c'est qu'il faut que j'en sache plus...
Dame Azorif
Dame Azorif
Déconnectéparia
Inscrit depuis le :
04/05/2008
Posté le 16/12/2012 à 22:55:13 

Elle avait apporté les 8 crânes sacrés à Apo mais n'avait pu rester pour le rituel. En effet, elle avait été sauvagement attaqué par Tiong Pong, puis Falco et son suiveur Nanuki.

Elle réussit néanmoins à se débarrasser avec la plus grande aisance du voleur et des deux Espagnols. Mais elle avait accumulé des blessures génantes, le bruit des duels avait attiré l'attention sur elle et comme elle l'avait pensé _ peu de personne accepterait que des parias sauvent Liberty... un comble!

Les rebuts de la société, les mal-aimés seraient à l'essence même de la poursuite de la vie, c'était incompréhensible bien que vrai. Denethr était de ces renégats, des préjugés non dissipés et bien incrustés dans la tête, il décida donc d'empêcher la demoiselle d'assister à son "triomphe" et lui tira 4 balles avant d'y arriver dans une ambiance tendue et moite.

Elle reviendrait, elle n'avait pas dit son dernier mot, elle devait maintenant nettoyer l'Ile de ces prêtres mayas.
Samuel cha'ltimbanque
Samuel cha
Déconnecté
Inscrit depuis le :
02/05/2011
Posté le 17/12/2012 à 07:15:15 

enfin ! couvert de boue et les pattes en sang d'avoir tant creusé, le petit chat s'est posé devant Apö, ses 3 crânes dans les pattes...

il a été long le chemin pour arriver jusqu'ici... traverser les montagnes, affronter des esprits, contourner un dragon, puis à nouveau traverser les montagnes pour se retrouver face à des géants de lave...

apeuré par la lave qui gagne du terrain et les cris des emplumés, il espère que quelque chose ou quelqu'un arrivera à faire cesser ces changements qui lui paraissent néfastes.

il a rejoint Perle et se sent déjà plus rassuré, il voit que plein de corsaires sont ici et ont amené des crânes. ils veulent aussi aider à sauver le monde

finalement, les hommes ne sont peut être pas aussi stupides qu'ils en ont l'air, ni aussi inutiles que le prétendent les emplumés...
El finito
El finito
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
12/11/2010
Posté le 17/12/2012 à 07:20:29 

*De nouveau la douleur, lancinante, réveille Sancho qui écarquille les yeux en tentant de comprendre où il se trouve ...

Il avait installé son bivouac aux pieds de son yack, comme chaque soir, cette fois-ci haut dans la montagne, à quelques pas d'une caverne où il savait pouvoir trouver un deuxième crâne ...

C'était sans compter avec un ces français qui écumaient la région, massacrant sans discernement tout ceux qu'ils croisaient. Une fois encore, à deux pas du but, Sancho se voyait priver de la récompense de ces journées de marche forcée, par un soudard sans foi, ni loi ni respect aucun.

Cette violence sans aucune justification laissait un goût amer à Sancho. Rien à voir avec l'élégance d'un combat d'égal à égal, c'était de l'équarissage, du travail de boucher ... Même les sacrifices humains des sauvages avaient au moins une explication, si fantasmatique soit-elle ...

Souriant à l'infirmière qui changeait ses bandages, Sancho se leva doucement, une vague nausée lui donnait le vertige, il se sentait faible, mais sa détermination était intacte ... Un bon repas finirait de le remettre sur pied !
Hélène de Martingale
Hélène de Martingale
Déconnecté
Inscrit depuis le :
16/03/2012
Posté le 17/12/2012 à 14:16:54 

Je vous l'avait bien dit, Madame! Les pires dangers ne viendront pas de ce volcan mais bien des hommes! Basile éructait sur son lit, le visage tuméfié et lançant des bandages à tort et à travers. 

Bon...Basile. Calmez-vous. Vous saviez très bien que le risque en recherchant ce savoir ancien et myhtique était de croiser aussi des soldats de nation pas toujours amies avec la France. Cessez de vous agitez, que diable. Il nous faut retourner au temple!

Tout de même, Madame! Se faire abattre dans le dos à la porte du temple par un de ces pistollero du dimanche qui n'aime pas les Bleus! Est-ce que je tire à vue sur les jaunes poussins, moi?!

Hélène leva les yeux au ciel, inspira légèrement et reposa son regard sur Basile.
Basile, mon petit, vous allez passer vos nerfs sur la préparation de l'expédition, faire un tour à la Fleur Bleue lorsque nous serons riches du savoir Maya et surtout respirer un peu. La politique est ainsi, Basile et nous ne pouvons pas faire grand chose dans ce jeu là. Concentrons nous sur nos objectifs, voulez-vous? Je suis sûre que nos "amis" du vieux continent seront enchantés de découvrir que Liberty n'est pas seulement intéressante du point de vue de sa concentration en créatures étranges. Je veux le fin mot de l'histoire du temple et je l'aurais!
Giulia La Volpe
Giulia La Volpe
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/07/2012
Posté le 17/12/2012 à 15:26:37 

Le résultat des élections m'auraient soit enflammé, soit éteint complètement. Ce matin, je n'étais que cendres.

Entre temps, j'avais fait le tour des avant postes, je touchais le codex du doigt ... Mais apparemment d'autres m'avaient devancé ... Ils avaient trouvés des crânes sacrés.

Bof. Et puis quoi encore ? Qui dit que j'allais sauver le monde ? Toujours pas moi, c'est pas comme si j'y avais cru ... C'est pas comme si j'avais fait tout ce chemin pour ...

Oui, bon ...
Skuleth
Skuleth
Déconnecté
Inscrit depuis le :
01/06/2007
Posté le 17/12/2012 à 22:55:37 

Tout était finit...le sorcier en avait vu des choses sur cette île qu'il pensait damné.
De riches avares, de fourbes amateurs du sangs, des profiteurs, des types de gens qui se prélassaient dans la décadence, et pour cela, les dieux les avaient condamné.

Il s'en était fallut de peu pour que le sorcier se souvienne d'une ancienne prophétie... L'île pouvait être sauvée, mais à un prix qu'il jugeait trop élevé pour les corsaires de l'île...

De l'or ? Du sang  ? Des pierres précieuses ? Non, cela, les blancs auraient préféré mourir avec plutôt que de sauver leur île...de toute façon, c'était une chose beaucoup plus dur à obtenir de leur part.

De l'entraide, de la sagesse...C'était ce qu'il fallait pour réunir les conditions pour réaliser la prophétie. Ramener les crânes de cristal au sorcier.

Mais qu'est ce qui annulerait l'apocalypse ? Le fait de ramener les crânes, ou le simple fait de voir de nouveau la paix sur l'île ?

Seul le sorcier le savait. Le grand sorcier maya prit Taanxel avec lui, et s'en retourna d'où il venait, il esperait ne plus apparaître aux blancs dans le futur....
Miltiades
Miltiades
Déconnectéparia
 
Inscrit depuis le :
04/08/2006
Posté le 17/12/2012 à 23:41:33 

Fidèle ombre du sorcier Apö Kukbatan, Táanxel Kaahil se tient derrière lui, humble et soumise. Il lui restait encore tant à apprendre sur les voies des Dieux et les rites des Hommes...

Quelque peu rassénérée par la confiance émanant du grand Sage, elle leva les yeux vers le ciel, à la recherche de signes à interprêter. Et a peine quelques secondes plus tard, elle écarquilla les yeux.

Elle revérifia pendant de longues minutes ce que ses sens lui criaient, puis se permit de se rapprocher du Sage, et lui adressa la parole dans leur langue première.

"Ô Sage... Les... Les astres nous montrent que... La fin du cycle ne pourra être que repoussée, momentanément... Elle..."

La jeune femme leva rapidement les yeux au ciel pour refaire son calcul une douzième fois, par acquis de conscience.

"... Elle se produira tout de même, dans trois centaines de révolutions solaires."


Le sorcier se tourna à demi vers elle, lui intimant le silence d'un regard, et finit sa phrase à sa place :

"... ainsi une autre génération sera mise à l'épreuve, et devra accomplir le rituel. Oui."

Táanxel Kaahil le regarda, surprise, puis baissa promptement la tête, reprenant sa posture docile.

Elle avait encore beaucoup à apprendre, en effet.

Elle sentit le regard d'Apö peser sur elle, alors qu'il poursuivait d'une voix douce :

"J'aurais besoin de toi, pour le rituel."

Dulcina Fagney
Dulcina Fagney
Connecté
 
Inscrit depuis le :
13/02/2006
Posté le 18/12/2012 à 08:49:45 

J'avais fini par trouver deux autres crânes, identiques à celui que j'avais déterré à la caverne du lac. Les corsaires semblaient nombreux à se mobiliser, retournant chaque coin des cavernes et grottes de l'île à la recherche de ces fameux crânes sacrés.

Au moins, l'on semblait s'inquiéter du devenir de Liberty... c'était rassurant.

Bien qu'ayant croisé de multiples proches sur ma route, j'étais restée seule. Alexis me manquait, terriblement... malgré les nouvelles que m'en donnait quotidiennement Margot, je ne cessais de penser à lui, souffrant d'avoir dû m'en éloigner.
Il faut dire qu'il n'aurait pas été judicieux de le conduire vers le centre de l'île, à l'endroit même où s'étaient regroupés les indigènes qui prônaient de sacrifier des êtres humains, femmes et enfants principalement...

Aussi, lorsque je parvins à rapporter les trois crânes au grand sorcier maya censé pouvoir arrêter le volcan, je pris la décision de ne pas rester assister au rituel qu'il en ferait.
Petit à petit, la flamme en moi s'éteignait. Vacillante, faible. Il fallait que j'aille de toute urgence à New Kingston, la raviver, retrouver mon enfant.

L'on saurait bien assez tôt me dire si nos efforts avaient payé, ou s'ils n'avaient servi à rien... et si le volcan menaçait toujours, je serai à même d'embarquer sur le navire que j'avais fait affrêter pour mon fils.
Walter Metzengerstein
Walter Metzengerstein
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
11/03/2006
Posté le 18/12/2012 à 08:52:36 

" Là je vous l'avais bien dit !
Des sornettes de bonnes femmes, charlatans et païens. "

Arrachant le bouchon de sa bouteille de rhum, confortablement vautré avec une magnifique blonde coincée sous le bras, Walter s'envoya la première rasade du jour.
Le nouveau maître de Port-Louis lève sa boisson pour saluer le lever de Soleil.


" Il était magnifique ce volcan en éruption, la force de la nature dans toute sa splendeur.
Un évènement naturel, rien d'autre... "
Miltiades
Miltiades
Déconnectéparia
 
Inscrit depuis le :
04/08/2006
Posté le 20/12/2012 à 23:27:45 


Quelques jours avaient passé, et le volcan ne s'était pas calmé. Les Dieux semblaient être dans l'attente... Dans l'attente de quoi ? Apö avait accompli le rituel puis avait disparu dans les souterrains, intimant à Táanxel Kaahil de rester là. Que voulait-il donc ?

Mûe par un pressentiment, elle se rendit à l'autel sacrificiel, et commença à observer les étoiles pour trouver des réponses. Et visiblement elle n'était pas la seule à trouver que quelque chose ne tournait pas rond, car Kui-Kui ainsi que Ixchel, deux autres des chamans de son peuple (bien que l'un aie trouvé une autre voie plus "civilisée" depuis quelques temps, principalement à base d'alcool), l'y rejoinrent également...

Miltiades
Miltiades
Déconnectéparia
 
Inscrit depuis le :
04/08/2006
Posté le 20/12/2012 à 23:49:45 

La réponse était si évidente.

Apö le savait très bien, et comptait à ce qu'elle le devine d'elle même.

Les crânes avaient permis à Apö d'obtenir l'écoute des Dieux, de leur faire oublier leur courroux le temps d'entendre ce que les humains pouvaient leur dire.

Et maintenant, il ne leur restait plus qu'à leur envoyer le message, celui qu'ils apprécient le plus en l'occurence : du sang et des vies.

Elle rassembla tout le papier qui lui restait, et le disposa sur la large pierre, de manière à former un cercle complet sur les bords de la dalle noircie par les offrandes.

Elle commença ensuite à psalmodier, vite rejointe par les deux autres mayas. La cérémonie de ce soir sera peut-être la plus importante de ce cycle... Il leur fallait à tout prix plaire aux Dieux.
1 2 3 -4- 5  

Le forum > Taverne > [EVENT] Le codex du ceiba vert.


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
© 2004 - 2020 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés