Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Bar de la plage > Journal de Bord de la Chimère
Journal de Bord de la Chimère 1 2 3 4 -5-  
Auteur Message
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 30/06/2020 à 00:41:36. Dernière édition le 30/06/2020 à 00:43:52 

30 juin 1720

La nuit est tombée depuis quelques heures. Nous déposons dans une barque le corps de celui qui était moqué de ses ennemis mais apprécié de ses alliés, celui qui n'avait pas son pareil pour rassembler, déconner mais avec toujours beaucoup de sérieux, celui sans qui je ne serais pas capitaine. Un magicien des mots et un artiste de l'esprit.

Mad Max

Son parrain ne dit rien mais je vois qu'il n'est pas bien.

Maximlien Déjais, nous n'aimons pas les déserteurs à la Confrérie, furent-il déserteurs mentaux, car on le sait, tu ne serais pas allé bien loin de ton propre chef. Pour la première fois de ma vie je vais te tutoyer. Je ne sais pas si tu vas survivre. La drogue t'a entamée. Prend cette merde avec toi, ainsi qu'une balle et un pistolet. Une couverture, des provisions, va rejoindre tes démons.

donne un coup de pied dans la barque qui part à la dérive dans le fleuve
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 07/09/2020 à 12:15:54 

4 septembre 1720

Il y a deux jours, un raid cinglant nous a permis de nous emparer de l'avant poste anglais, Lonely Keeper. Une attaque éclaire lors de laquelle notre furie s'est déchainée, ne laissant aucune chance aux soldats Anglais désorganisés. Notre nouveau mousse, El Renat, sobre et efficace ajoute au nombre et à notre cohésion.

Hier, à court de possibilité pour continuer notre expension sans semer la discorde dans nos relations diplomatiques ou l'équilibre précaire de la coopérative française des paysants, nous sommes restés sur place, aux aguets. Mais nul fourbe anglais ne vint.

Aujourd'hui, probablement que leur bataillon principal est déjà en route vers les tunnels de l'ancienne tour maya afin de nous prendre à revers.

Bientôt treize heures, j'attache ma ceinture et vais réveiller Andras - les autres comatent encore de la soirée arrosée d'hier, un des grands problèmes de la piraterie moderne, l'ennui et l'abondance nous force à boire. Deux contre neuf, on vendra chèrement notre peau, mais notre troupe en garnison sera défaite... Les perroquets vont et viennent depuis un bon quart d'heure, et finalement les Hollandais condamnent le couloir maya, offrant un répis de quelques heures.

Pas de doute, l'élite des troupes anglaise compte bien forcer ce passage et arriver par les tunnels dans leur garnison légitime de Lonley Keeper. Il faut évacuer les lieux au plus vite, quitte à trainer les autres par les jambes.

Par pure logique, New Kingston est à présent sans défense et à seulement quelques heures de marche. C'est là que nous irons.

En arrivant dans la garnison desertée, l'état major anglais comprend immédiatement la manoeuvre et dépêche des messagers pour donner l'alerte maximale en ville.

Les heures suivantes sont extrêmement couteuses en énergie et en vigilance, on est contraint d'assommer les patrouilles une à une, sans se faire repérer ni perdre d'homme. Plusieurs miliciens sortent de la caserne et nous poussent dans nos derniers retranchements, cependant on tient bon.

Mais alors que la salle des coffres allait s'ouvrir à nous et que le périmètre était sécurisé, un dernier soldat anglais accompagné de quelques traitent espagnols, nous contraint à quitter la ville les mains vides à la suite d'un carnage qui n'aura profité à aucun des deux camps.

Ces chiens de spaniards semblent vouloir contester nos affaires, eux qui sont déjà très doués pour se faire des ennemis.

J'ai bien peur que ça ne s'arrange pas désormais...
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 27/09/2020 à 19:40:09 

17 septembre 1720

Un homme sombre et expérimenté, des yeux endommagés mais un regard toujours vif scrute la place centrale de New Kingston. Tout est calme. L'éclaireur envoie un message à Valakas.

Ne reste plus qu'à attendre le signal.

Cette fois-ci le destin ne se mettra pas sur notre chemin. Deux coups de massues de Gemini suffisent à dégager les rares passants et confirmer le succès de cette attaque éclaire.

Pour la première fois depuis quatre longues années, nous réussissons à nouveau à piller New Kingston. Notre dernier sac, celui d'Ulungen remontait quand à lui à 3 ans, 11 mois, et 1 semaine.

L'homme jette sa veste bleue et enfile son gilet noir.
Le Boucanier est de retour.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 14/10/2020 à 10:33:38 

13 octobre 1720

Plusieurs escarmouches contre les Anglais font rages ces derniers temps, y compris une incursion fort avancée de leur troupes dans un de nos repaire.

Ne jamais rester dans la même crique trop longtemps. Le soleil y brille parfois, jusqu'à qu'on soit découvert par hasard, ou qu'un voyageur tombe sur nous et vende la mèche...

On a perdu quelques sacs d'or, mais malgré notre désorganisation et stupéfaction au moment de leur débarquement, un avantage du terrain et une frénésie qui a tourné à notre avantage on est parvenus à limiter la casse... Tout est redevenu comme avant. Si ce n'est que l'armée anglaise reste présente en nombre dans les environs.

Toujours est-il qu'hier soir nous les avons surpris dans leur propre avant poste, mais ils nous ont bouté dehors dès les premières lueurs de l'aube, pire encore, ils ont pourchassé une partie de l'équipage dans la jungle.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 14/10/2020 à 10:42:12 

13 octobre 1720

On a pris des coups, et la fuite aussi.

Dans la cabane qui nous sert de dispensaire, Andras met son nez dans une belle plante verte pour en absorber l'humidité alors qu'El Renat se console avec du rhum. On reste silencieux pour la plupart.

Un rapide coup d'oeil circulaire pour s'assurer que tout le monde est là...

Les heures passent. Les idées reviennent lentement. Faye ne rentre pas. Elle était pourtant dans cette jungle avec les autres. Impossible dès lors que les Anglais ne l'aient pas vue?
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 08/12/2020 à 19:54:03 

6 décembre 1720

Après quelques jours composés d'errance et d'escarmouches, on arrive enfin en vue d'Ulungen. La ville semble calme à part l'éternel Rider qui éclaire les rues d'un mouvement de lanterne trop large.

Inutile de faire du bruit, d'y mettre le feu. On va juste remplir quelques sacs de biens, nourritures, et poudre sans défoncer de portes. La plupart des commerces sont ouverts et les habitants ne se méfient plus de notre genre d'équipage depuis bien long.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 08/12/2020 à 20:23:37 

7 décembre 1720

Dans notre élan, on passe le reste de la nuit à l'auberge locale... Comment s'appelle-t-elle déjà? Auberge van Good? En plus entre ça et le Coffee Shop, y'a de quoi tourner chèvre.

J'enfile les verres en regardant Svetlana l'intendante faire les cent pas, visiblement  fâchée et un pistolet à la main. Valakas la complimente sur son maquillage. Elle n'osera pas tirer.

Alors que mon esprit s'embrume, abrité derrière Faye, je ne remarque que tardivement que mes compagnons tombent les uns après les autres sous une violente émeute de quelques citoyens patriotiques.




Au petit matin, rentré au repaire, je déroule le parchemin qui trainait dans ma main...

Toutes les bonnes choses ont une fin, et voici venir la mienne après six longues années à arpenter la Chimère. Lorsque tu liras cette lettre, le navire sur lequel je me trouve devrait déjà avoir atteint la pleine mer. Il est parfaitement inutile d'essayer de me rattraper ou de me faire changer d'avis et encore moins de chercher à me venger. Je pars de mon plein gré.

Gemini!? Damned, à quoi joue ce bougre?

Plus bas, quelques signes d'encouragement et des adieux.
Je rêve ou il nous laisse sa bête verte en pension?

Je m'allonge sur le hamac, pensant à ce compagnon qui part à son tour. La piraterie, c'est comme la roulette russe, il faut savoir s'arrêter au bon moment. On fait sa vie, on s'enrichit, on survit, et forte de cette expérience aventureuse on revient à notre vie d'antan.

Au revoir ancien capitaine, et merci. La Chimère a vogué dans sa ligne grâce à toi.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 01/01/2021 à 15:38:20 

1 janvier 1721

La nouvelle année ne s'annonce pas sous les meilleures auspices. Gemini est parti en laissant pour tout héritage sa fille spirituelle à la peau verte. La pauvre semble être un cas unique. On ne voit plus non plus le vieux Momo à table.

Deux de moins à la manoeuvre. Et pour couronner le tout, l'Organisation, une guilde de voleurs influente dans les villes majeures de l'ile nous chasse activement.

Il va falloir se ressaisir, se remobiliser. Boucler le ceinturon et y fixer sa lame.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 06/01/2021 à 13:37:26. Dernière édition le 06/01/2021 à 13:38:09 

6 janvier 1721

On s'était dirigés vers les jardins aux abords d'Esperanza, là où Assashin s'était mis sur la piste de Ludivine après avoir financé des avis de recherches à son tour. Chaque jour est un combat avec de sévères escarmouches de part et d'autre.

Ainsi séparés en deux groupes, on n'arrivait pas à opérer la jonction, toujours coupés par une ligne ennemie. Ce qui étaient un peu pareil pour les Espagnols et quelques renégats anglais. Voyons s'il faut battre en retraite ou progresser fougère après fougère.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 10/01/2021 à 14:20:47 

10 janvier 1721

On dirait que certains détachements espagnols squattent les infrastructures immersives en pleine jungle de l'ancien repaire pour s'entrainer! C'est inadmissible après la guerre déclarée par son intendante. Je pars de ce pas en chasse avec mon second pendant que les autres sont en mission dans divers coins de l'ile.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 19/01/2021 à 00:05:18. Dernière édition le 30/01/2021 à 15:22:33 

18 janvier 1721

Un certain temps s'est écoulé depuis notre dernier abordage. Le navire dérive avec le courant alors que certains nos plus fidèles matelots partent vers d'autres horizons. Combien en a-t-on perdu déjà?

Anne n'était plus que l'ombre d'elle même ces derniers mois. Elle ronchonnait souvent, avait du mal avec cette période de vache maigre. La civilisation a progressé, ici dans les caraïbes. Le crime aussi, on se faufile différemment. Mais l'age d'or qui nous voyait régulièrement attaquer et vaincre en sous nombre grâce à nos armes de contrebande semble à présent révolu.

Les corsaires d'aujourd'hui arrivent sur le nouveau monde à bord de grandes flottes royales, ils sont bien préparés, bien équipés.

Cette partie du monde s'est modernisé. La moindre carriole est escortée par une demi douzaine d'hommes, et un canon portatif.

Nos raids surprises et rapides ne fonctionnent plus. Les perroquets porteurs de messages rallient des armées coloniales en quelques heures à peine. La moindre pierre est retournée pour nous retrouver.

Rodrigo
Marco Gemini
Anne Providence

J'espère que vous avez trouvé la paix, pour vous et nos frères tombés au combat, nous continuerons notre quête de liberté.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 30/01/2021 à 15:22:26 

30 janvier 1721

Un autre frère s'en est allé, un baroudeur, assassin et grand artisan du remplissage de nos coffres. Une créature des ténèbres qui, une fois la malédiction levée a fait place à un homme classe qui aspire désormais à une vie plus rangée.

Don Valakas
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 31/01/2021 à 23:58:43 

31 janvier 1721

Un homme rend... Que dis-je, un rat rendait justice aux pauvres en volant les riches, puis l'Organisation lui tomba dessus pour avoir marché sur ses plates-bandes. Désormais nous utiliserons ses canons à notre avantage. Nous puiserons dans sa soif de vengeance pour marcher sur nos ennemis.

Testé par le Renat, il s'en sera bien sorti.


Capitaine: Red Frag
Second: Assashin
Quartier-maître: Faye
Confesseur: Madre Anna
Passeur: Andras
Cambusier: El Renat
Coq: Le Boucanier
Mousse: Cole Forhman
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 23/03/2021 à 16:44:50 

23 mars 1721

Ces derniers temps après un quartier libre bien mérité, on a pas mal bourlingué aux niveaux des avant-postes avec les Confrères. Le petit rat passe dans tous les trous, parfois il se brûle les pattes à l'arrivée. Faye est maintenant une froide tueuse qui n'hésite plus quand il faut agir. Notre petit nombre nous pousse à nous surpasser.

On y découvre toujours tout un florilège de personnes. C'est enrichissant culturellement. Parfois on s'enrichit aussi de manière plus concrète, faut-il encore tenir nos positions et éviter les nombreux voleurs.

Outre Johnny Carter qui ne fait même plus semblant, à se déplacer en sens inverse sur le champ de bataille, ou à cueillir des fraises à dix lieues du tapis le plus proche, il y a de drôles de vagabonds qui rodent. J'ai fait la connaissance d'un Italien du nom de Pietro. Un mercenaire français, le pauvre avait été envoyé à la castagne en plein air alors que le reste du régiment (des mercenaires, eux aussi, les 4L) prenaient le chemin souterrain vers la garnison... Sa grossièreté mise de côté, il recherche un frère ou je ne sais pas trop quoi.

Que dire cette petite teigneuse d'Isabella. Elle résiste comme une charogne et quand elle bat en retraite c'est pour aller occuper un autre point stratégique! Malheureusement ses alliés sont moins disciplinés. Ji-Eun et Baek font feu dans tous les sens puis se baladent en souriant, alors que Derek et quelques autres tentent tant bien que mal de boucher les trous. Nadia part souvent à la fin et Hardrock arrive par derrière. Eh bien, l'Albion semble s'en remettre à sa jeune garde dynamique pour camper sur ses acquis.

Barman, c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes, on prend les mêmes et on recommence, remettez-moi donc une tournée de mousseuse.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 05/04/2021 à 11:17:00 

3 avril 1721

L'infâme Johnny Carter nous a volé une charrette! Il est parti en dévalant les rues pavées d'Ulungen et nous ne l'avons plus revu. Selon les messes basses il l'aurait ensuite confié à des étrangers anonymes de la foule.

Vengeance Albion! Vous verrez ce qu'il en coûte de dérober du bois à la Chimère!

Don Alejo a pris sa place à bord avec nous. Un marin expérimenté qui connait déjà comment dompter notre belle Chimère par tous les temps.

Je le verrais bien au poste de vigie quand il aura terminé sa formation d'agent d'entretien avec Cole.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 07/04/2021 à 21:45:06 

7 avril 1721

J'ai rêvé des créatures de magma, mon sabre ne les fendait pas. Au moins ici les Anglais ne nous suivent pas. Ils sont toujours plus nombreux. Jusqu'où pourrons-nous tenir? Nous devons réagir.

Alejo semble connaitre tout le monde. Le voici tantôt dans les bras de Lisbeth, tantôt dans les poches du Gombo. Deux imprudents de plus qui se dirigent vers une mort certaine.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 17/04/2021 à 23:35:03 

17 avril 1721

Nous n'étions que poussière dans ce volcan, mais lors de notre retour à New Kingston, région civilisée la plus proche outre le bien nommé village Weekly, la poudre et les lames ont parlé dans l'arrière boutique du BBP. Nos perspectives ont changé.

Alejo, son mousquet et ses indicateurs toujours aux aguets, Madre toujours aussi solide et cartésienne, Maurice le vieil hiboux fidèle au poste, Cole la fougue de sa jeunesse pestilentielle et son esprit d'initiative, Renat bien en place sur ses pattes, Faye de son côté suivait de bâbord à tribord sans chanceler. Assashin malgré son embonpoint initia une percée décisive, que je suivi pour pourfendre les impunis. Andras, trop loin égaré, que cherches-tu, entre l'amour et la planche ton coeur balance, j'espère que tu nous reviendras vite.

New Kingston est fissurée, nous serons désormais tranquille. Londres ne les soutient plus depuis bien long et le courage de leur jeune garde ne compensent pas leur déficience en armement. La contrebande a toujours un coup d'avance.

Mais chaque chose en son temps, pour l'heure nous tirons avantage d'un repos bien mérité avant de nous attaquer à une autre colonie.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 19/05/2021 à 22:15:09 

19 mai 1721

Voilà trois jours qu'il nous a quitté. Tout en sobriété, il a pris sans baluchon, et est parti après quelques rapides mots d'adieu. Lui qui aspirait à plus, a laissé une femme lui dicter un autre chemin. A lui la chasse aux papillons et les balades au clair de lunes, à nous la grande réparation et les comble-lacunes.

Mais nous laisserons pas les Pestes enrôler nos hommes ainsi.

Andras


Par ailleurs, nos coffres se vident à un rythme dépensier, autant de vide qu'il faudra compenser.
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 24/05/2021 à 22:31:20 

24 mai 1721

La marque noire.
Tabula rasa. Nous connaissons nos ennemis. Certains ne changent pas, mais il est temps de faire de la place.
Ce n'est pas un répit. C'est une menace qui pèse.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 05/06/2021 à 15:44:09 

05 juin 1721

Alors que je me noie dans la Mirabelle de chez Jacquot, une mise à jour des rôles de l'équipage s'impose.

Les deux derniers s'occuperont également de l'entretien et du bon fonctionnement des canons. Je constate une baisse de notre puissance de feu depuis quelques mois.


Capitaine: Red Frag
Second: Assashin
Quartier-maître: Faye
Confesseur: Madre Anna
Cambusier: El Renat
Coq: Le Boucanier
Vigie: Cole Forhman
Passeur: Don Alejo
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 28/06/2021 à 20:52:02 

28 juin 1721

Le batelier de ses coups de pagaie emmène ma dulcinée... Les Pestes risquaient de  payer.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 03/07/2021 à 23:36:20 

01 juillet 1721

L'équipage avait attendu Umbrella au débarcadère à Ulungen et l'avait emmené au repaire. Et puis, le lendemain une missive était parvenue aux Pestes pour leur signifier que la Chimère attendait en contrepartie de sa libération, une rançon. Le rendez-vous, fixé encore deux jours plus tard devait servir de leçon, ou du moins à sceller cette histoire.

On savait les Pestes émotives et caractérielles, mais trop sensibles, elles ont débarqué à la grotte aux esprits, pleines de promesses et de cadeaux. Plus faibles que l'on ne pensait, elles nous ont assurément désorienté.

Umbrella était vexée mais sereine, elle ne semblait pas si mal vivre cet enlèvement. Et puis de fil en aiguille on l'a préparé à cette confrontation, au choix qu'elle serait amenée à faire. Je ne crois pas qu'elle s'en soit rendu compte avant le dernier moment.

On ne peut se permettre d'avoir des matelots besognant contre leur gré - peut-être à l'exception d'Elliott - ce serait bien trop dangereux de nous jours d’enrôler  une personne peu fiable.

Alors quand finalement, Umbrella sûre de son choix malgré l'encourageante mobilisation de sa guilde et de ses proches, n'a pas hésité à accepter le bandeau noire, quand elle a pourfendu nombres de nos adversaires qui nous barraient alors la sortie, nous avons compris qu'aucun des cadeaux proposés ne remplacerait cette nouvelle recrue, active et aguerrie. Nous avons compris que la Chimère avait encore visé juste et bien.


Mousse: Umbrella
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 29/07/2021 à 14:42:47 

20 juillet 1721

En cette chaude soirée d'été, je me disais que ça pouvait être l'été des retours. La période des vieilles et des vieux. L'une avait reposé le pied sur Liberty, pour la énième fois, telle une vague qui ne veut pas mourir et continue d'user les rochers.

L'autre n'avait jamais vraiment trouvé sa place dans le "civil" (c'est comme ça qu'on désigne les corsaires parfois), et travaillait comme espion.

Après quelques retrouvailles et faits rassurants, nous les accueillons à bord à nouveau. C'est à notre cache de Skull Island qu'on leur annonce la nouvelle.

Alors que notre force de frappe redevient désoramais à un niveau presque historique, les colonies semblent se démilitariser comme neige au soleil...  Ah la neige... ça fait longtemps que je n'en ai vu, tiens.


Mousse: Anne Providence
Mousse: Don Valakas
1 2 3 4 -5-  

Le forum > Bar de la plage > Journal de Bord de la Chimère


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
Marquer tout le forum comme lu
© 2004 - 2021 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés