Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > New Kingston > Le New Kingston Post
Le New Kingston Post -1- 2 3 4 5 6 7  
Auteur Message
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 11/06/2018 à 13:44:43. Dernière édition le 06/07/2018 à 15:05:10 

Le New Kingston Post
Premier journal d'information nationale, à l'international

Sommaire dynamique :

Edito : page 2
Politique : pages 3, 5, 6, 9, 13
Annonce officielle : page 11
Gravures : pages 7, 12
Petites annonces : page 8
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 11/06/2018 à 13:45:45. Dernière édition le 11/06/2018 à 14:16:08 

Edito
La rédaction parle aux lecteurs


En ce 11 juin 1718, New Kingston est heureuse d'enfin pouvoir lancer sa première gazette nationale, à l'internationale. Prenant la suite de la célèbre et estimée gazette politique qui n'était jusqu'ici accessible qu'aux seuls anglais, toute l'équipe de rédaction est consciente des divers et lourdes polémiques qui ont entaché la sorti du premier numéro du New Kingston Post.

Organe de propagande du gouvernement, officine anglaise ayant pour objectif de faire de l’ingérence dans les affaires politiques étrangères, délire mégalomane d'un intendant fou, nombreux furent les détracteurs qui, avant même d'en avoir lu le premier numéro, semblaient d'avance savoir quels griefs adresser au journal.
Détracteurs qui, et loin de nous bien sûr, l'idée de les décrédibiliser, notre travail parlant de lui même, étaient souvent de notoriété notoire soit d'infâmes poivrots de tavernes aux opinions éventées par le mauvais vin, soit des agents de l'ennemi qu'aucun anglais digne de ce nom ne saurait écouter.

Mais comme il reste toujours quelque chose de la calomnie, nous avons avant toute chose choisi de rassurer le lecteur en prenant des précautions : le New Kingston Post est régulièrement relu par un organisme déontologique, composé d'une personne anonyme que nous ne présenterons pas ici mais dont l'indépendance est garantie par le gouvernement.

Nos journalistes et chroniqueurs parcourent quant à eux Liberty, et bientôt le monde, afin de vous rapporter de nouvelles nouvelles garantie authentiques car, après tout, l'île n'est pas bien grande, charge à chacun d'en vérifier la véracité.

Mais au fond, qu'est-ce qu'un journal, aussi, sinon un acte de confiance envers une équipe de bonne foi mais composé d'inconnus aux intérêts militaires et politiques différents des vôtres ? N'y a-t-il pas plus bel acte d'abnégation que de lire en public le New Kingston Post alors que vos voisins, ces barbares, vous mettent en garde contre sa ligne éditoriale orientée ?

Ce journal, c'est aussi vous qui le faites, chers lecteurs, et pour cela, nous ne pourrons jamais assez vous remercier.

Cordialement,
La rédaction
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 11/06/2018 à 14:13:03. Dernière édition le 11/06/2018 à 14:19:08 

La chronique politique du Gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.


Chers anglais, anglaises, autres, autres,

La guerre avec l'Espagne en a, légitimement, surpris plus d'un parmi nous. Qui aurait pu imaginer que le vile Don Diego soit vile, certes, mais à ce point ? Une question est à présent sur toutes les lèvres : la noble Albion pourfendra-t-elle avec gloire et prestige le lézard ibère ? Ce n'est pas ce thème que nous tâcherons d'étudier avec cette chronique, puisque l'ensemble de l'île, exceptés les espagnols, semble être d'accord là dessus.

Alors que l'actualité géopolitique du dernier mois laissait imaginer une alliance anglo-hollandaise contre la perfide nation française, l'acte d'incivilité des espagnols qui vinrent piller New Kingston a pour ainsi dire redistribué les cartes. De mauvaises langues diraient que l'armée anglaise n'étant absolument pas assez puissante pour affronter le dragon français, elle préféra taper sur un ennemi plus petit et médiocre qu'elle : la langouste espagnole.
Mensonge ! Et c'est le Gouvernement britannique qui le dis ! Il ne s'agit là que de logique militaire. L'armée batave occupant le front sud, il était tentant pour les anglais de venir prendre la France en étau, pourtant, cela aurait exposé nos forces à une trahison, qu'on sait commune chez les peuples de race andalouse, par le nord.

La décision est donc prise : l'Angleterre vaincra sur le front anglo-ibère, la Hollande sur celui franco-batave !


Point jeune :

Nos jeunes doivent-ils craindre les hostilités ? La réponse est oui. La stratégie militaire est assez simple : relayer du drapeau pour remporter des victoires symboliques face à l'ennemi et ainsi démoraliser ses hommes, jusqu'à les pousser à se rendre.
C'est une guerre psychologique dans laquelle la mise à mort injuste et brutale de naufragés frêles et non-initiés aux arcanes de la violence, est un rouage important. Les espagnols plieront-ils en voyant leurs nouveaux arrivant exécutés sans remords ? Rien n'est moins sûr, ces derniers n'ont guère de cœur.

Une autre donnée vient jouer un rôle d'importance dans cette équation guerrière, la guilde du CUL qui favorisa jusqu'alors la paix et le rapprochement entre les nations. A présent évincée du pouvoir en Espagne, ses membres faisant offices de réfugiés politiques, leur rôle dans la guerre à venir est trouble, d'autant que Don Jef, l'estimé ministre du commerce espagnol, est devenu une cible à abattre.
Côté anglais, c'est l'intendant Dejais, à savoir moi-même, ancien CUL mais toujours de COEUR, qui fait office de cible. Cible insaisissable et particulièrement habile, certes, mais cible tout de même.
Les choix politiques des CUL scelleront-ils le sort de la guerre ? Seul l'avenir nous le dira.

Question ravitaillement, les anglais auront du poisson séché et de la bière dans leur sac-à-dos.


Point international :

Les pour-parlers se poursuivent pour parler trêve et alliances avec la Hollande et la France. Les braves soldats de l'Albion seront-ils autorisés à parcourir le nord-est de l'île en toute sécurité ? Rien n'est moins sûr puisque le Général français ne sait pas lire, ce qui compromet toute tentative de rapprochement militaire.
On soupçonne l'Anguille d'avoir volontairement placé un analphabète à ce post pour avoir le champ libre à la tête du Gouvernement. De là à dire que Cornan sera victime d'une balle perdue pendant les combats, il n'y a qu'un pas !

Quoi qu'il en soit, la prochaine quinzaine s'annonce riche en rebondissements, larmes et flots sanglants se déversant des corps sans vie de nos ennemis.

C'était Maximilien Dejais,
en direct du Gouvernement anglais pour le New Kingston Post
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 12/06/2018 à 21:35:06. Dernière édition le 12/06/2018 à 23:10:45 

Droits de réponse
Ceci n'est pas un jérémiade.

Aujourd'hui, c'est Don Jef qui nous écrit, en réponse à notre dernier article, laissons lui la parole dans nos colonnes, comme les gentlemen and women que nous sommes.

Cher Maximilien,

Je suis tombé sur votre article parlant de la guerre à venir entre les colonies de la glorieuse Espagne et celle de l'Angleterre. Je passerai sur le parti pris à mon sens excessif choisi par votre rédaction, mais je voudrai apporter quelques précisions sur le Conseil des Ultimes Lumières que vous citez.

Notre guilde s'est effectivement ouverte à l'international récemment (enfin, je précise dans le cas où Riquel lirait ces lignes que nous ne recrutons que de moustachus espagnols quel que soit leur drapeau, mais le reste du monde y voit une ouverture à l'international). Toutefois, la philosophie de réunir un groupe de penseurs libres. Aussi, si les uns ou les autres souhaitent s'engager auprès de leur nation, tel que vous le faites vous-même, cela est accepté de l'ensemble de la guilde. Si un membre du CUL se retrouve à devoir affronter un autre membre CUL, la situation sera malheureuse, mais chacun sera également libre d'agir dans l'intérêt de sa nation ou d'écouter la voix vibrante de l'amitié retenir son bras. Aucun jugement de valeur ne sera exercé par le reste de notre guilde.

Pour résumer, oui notre guilde est globalement porteuse d'un message de paix (même si des exceptions peuvent coexister), mais puisque tensions, guerres, loyautés existent en ce bas monde, le CUL prendra sa part aux conflits qui ravagent déjà Liberty (j'ai une pensé pour nos membres des colonies Hollandaise et Française à cet instant).

Alea jacta est

Don JeF


Merci pour ces précisions, Don Jef, et pour la concision du propos. Rappelons qu'il ne vous sauvera pas du funeste destin qui attend tous les membres du gouvernement espagnol, malheureusement.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 12/06/2018 à 22:57:23. Dernière édition le 12/06/2018 à 23:01:20 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.

Des nouvelles fraiches du front, en ce mardi 12 juin 1718, puisque la guerre anglo-barbare a officiellement débutée. Bien sûr, pour ne pas divulguer de secrets militaires, le New Kingston Post se doit de rester discret sur le déroulé des événements, du moins jusqu'à la cessation des hostilités. Néanmoins, en exclusivité, la gazette peut dors et déjà vous dire que, dans le cas où l'Angleterre serait défaite, c'est probablement que les autres auraient triché.

Revenons tout de même sur l'événement marquant de la journée avec l'annonce de l'intendant sanglant, Don Diego dit "le boucher imberbe" d'Esperanza, qui promet des sommes ridicules à qui voudra bien informer son pays de la position des drapeaux. Pire, de la position des membres du Gouvernement anglais dont fait parti votre serviteur. Pour tâcher d'y voir plus clair, nous avons sollicité l'intervention d'un expert en matière militaire, Sir Red Frag, le Général Anglais !


New Kingston Post :  Merci Général d'avoir bien voulu répondre à nos questions, à l'abri des murs de NK, alors que vous pourriez être sur le front à braver les balles ennemies.

Général Red Frag : C'est bien naturel mon bon Max.

NKP : Alors dites nous, Sir, que nous dit cette décision des espagnols sur leur façon d'envisager la guerre à venir ? Devons nous nous attendre à certaines stratégies particulières ?

GRF : Ce qui est sûr, c'est que Don Diego n'aurait pas eu une idée si ridicule, si elle n'était pas motivée par le désespoir et la folie. Manifestement, les espagnols n'ont pas encore débloqué la technologie "indic" dont bénéficie l'Angleterre depuis longtemps déjà...

NKP : Vous pensez par exemple au célèbre couple Holmes qui habite à New Kingston ?

GRF : Entre autre, bien sûr, mais aussi à ceux qui ont pris la relève et quadrillent chaque jour l'île d'informateurs afin d'épier les moindres faits et gestes de ces gueux. Néanmoins, cette décision reste inquiétante pour toutes les citoyens de haute tenue et de grande valeur morale de l'île. En effet, si les fourbes ibères sont prêts, bien que maladroitement, à sous-traiter leurs combats, devant la pugnacité des braves et vaillants soldats anglais, qui sait combien de temps il faudra avant que ces chiens ne se décident à mendier les services de la Confrérie...

NKP : Dans un tel cas de figure, où les héroïques combattants britons devraient se retrouver à ferrailler non plus contre un mais deux ennemis, lâchement alliés dans leur dos, serions nous toujours en mesure de remporter la victoire ?

GRF : Je n'en doute pas un seul instant, et bien que nombreux me sachent évidemment objectif, je préfère rappeler que ce n'est pas le patriote qui parle, mais bien le chef de guerre, stratège de renom !

NKP : On dit néanmoins que vous-même sous-traiteriez une grande partie de la logistique militaire au lieutenant Fagney. Est-ce là le secret de tant de victoires militaires ?

GRF : Et bien, un magicien ne révèle jamais ses secrets... Hm...

NKP : Vous confirmez donc que Dudu serait une sorcière ?

GRF : Cet entretient est terminé ! Vous n'avez pas des autorisations à signer, vous, entre deux séjour à l'hôpital, plutôt que de poser des questions idiotes ?



Mes chers concitoyens, autres lecteurs fidèles, remercions le Général Red Frag qui a bien voulu se prêter au jeu de l'interview politique. Un exercice difficile mais qu'il a relevé avec courage et dignité.
Demain, si tout va bien, nous vous expliquerons le secret de l'Angleterre pour massacrer ses ennemis, tout en restant classe et propre pour 17h.

C'était Maximilien Dejais, en direct de l'hôpital, pour le New Kingston Post.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 15/06/2018 à 03:37:29. Dernière édition le 15/06/2018 à 03:47:32 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.


Chers lecteurs, que vous soyez anglais ou d'une nationalité moins noble, sachons en ces temps troublés placer nos mesquines querelles au second plan, le moment d'un article. Car enfin, si tout le monde déteste, à juste titre, les Espagnols, il est une catégorie de corsaires bien pires, déjà parce que ce ne sont pas des corsaires, je veux bien sûr parler des pirates.

Tout le monde sur Liberty a déjà entendu parler de la sordide Confrérie mais bien peu nombreux sont ceux qui ont déjà eu la malchance de croiser l'un de ses sinistres membres.
Cachés comme des rats dans leur repaire, ils n'en sortent que pour poignarder dans le dos les honnêtes gens. Lancez un commerce de cacao ? Les voilà qui pilleront vos navires par une nuit sans lune. Montez une fabrique de coton ? Ils brûleront vos récoltes pour le malsain plaisir de vous voir porter des chemises en toile. Rendus aveugles par le manque de lumière, les dents rares à cause du scorbut qu'ils attrapent à force de se nourrir de mauvais poisson et d'insectes de cavernes, vous reconnaitrez toujours un pirate d'un honnête homme. Mais afin que la population soit alerte, voici tout de même quelques pistes :

Tout d'abord, observez le contexte ! Voyez comme le colon britannique fait preuve de charité chrétienne envers le mendiant. Voyez comme il châtie avec justice et sans cruauté le sauvage qui a pêché. Voyez comme sa redingote rouge va bien à son teint... rouge, lui aussi, d'avoir fait bombance grâce à un honnête labeur et la formidable machine civilisationnel qui lui permet d'acheter du pain frais et des pommes juteuses aux commerçants de New Kingston.
Le pirate, au contraire, se reconnait aisément en cela qu'il est en train d'étrangler une pauvre femme sous vos yeux, ou de couler un navire marchand (sauf les navires espagnols, qui peuvent être coulés sans atteinte à l'honneur). Vient-il de donner un coup de botte dans ce mignon chaton qui passait par là ? Sort-il, la pétoire fumante, de la banque où vous stockiez votre or durement gagné, afin de payer l'hôpital pour votre fille malade ?

Ces signes ne trompent pas, c'est un pirate !

Ensuite, le physique, bien sûr, et sans discourir plus longuement sur les dernières avancées de la phrénologie, qui demandent tout de même un peu de matériel et basiquement de savoir lire, sachez observer sa dégaine.
Observez le corsaire britannique, il se tient droit, a le port altier et le menton haut ! C'est qu'il est fier de son pays et n'hésite pas à clamer ses valeurs en publique, certain de la bienveillance qu'on ses paires et Dieu à l'égare de celles-ci. De son oeil perçant mais doux, sévère mais juste, il sait discerner sans douter le bien du mal et le bon du mauvais homme. Si jamais vous vous trouviez devant quelque dilemme moraux, adressez vous à lui, il sera de pertinents conseils et saura vous guider sur le droit chemin.
Le pirate, au contraire, est souvent bossu, le dos plié sous le poids de ses erreurs et de ses vices. Il ricane mais c'est pour mieux cacher la profonde amertume dont le Seigneur lui a empli le cœur et qui le fait chaque soir sangloter dans son lit, quand il ne cherche pas à oublier sa misérable condition dans le mauvais vin et les putes syphilissées. Son œil est fou à force de chercher une rédemption que seul le cœur et l'âme peuvent offrir, sa main tremble car les maladies nerveuses le gagnent de toute part et usent son corps et son esprit. Souvent, il lui manque un membre, parce qu'en plus d'être laid, il est malhabile au combat.

Les manières, ensuite, vous permettrons toujours de distinguer le pirate du gentilhomme. Le citoyen anglais, toujours lui, sait se tenir à table. Il mange avec le couteau à droite et la fourchette à gauche, attends que la maîtresse de maison lui fasse signe pour commencer son déjeuner. Même s'il doit manger du pudding, ce qui est malheureusement courant, il ne crache pas dans son assiette mais remerciera poliment son hôte. Quand la bière est éventée, il en redemande une, pour faire bonne figure, et la déverse dans le pot du yucca quand personne ne regarde. En présence d'une femme, ce gentleman se courbe en deux et lui propose son bras pour l'aider à marcher. En cas de pluie, il n'hésite pas à user de son veston pour permettre à sa lady se passer les flaques sans crainte et si une dame venait à laisser tomber son mouchoir, il se précipite et le lui rend, entame un brin de conversation mais toujours en respectant les limites du convenable, surtout si le père de celle qu'il courtise n'est pas loin.
Le pirate, au contraire, pète et rote à table. Souvent, il se bat à coup de chaises, critique le propriétaire de l'établissement et fait des réflexions déplacées sur la qualité de la nourriture. Quand il s'ennuie, il quitte la table sans s'excuser et n'hésitera pas à faire ses commodités dans un coin de l'auberge, au lieu d'aller pisser sur les dock, au clair de lune, comme tout bon gentilhomme. En société, le pirate parle fort et rit gras, de sorte qu'il importune tout le monde. Il manque de respect aux soldats en garnison, n'hésite pas à dire du mal de l'Intendant qui fait pourtant de son mieux, et Dieu sait que ce n'est pas simple tous les jours. Enfin, avec une dame, il regarde son décolleté, met sa main sur sa hanche et lui fait des propositions déplacées, voire vicieuses.

Le langage, à présent, est souvent signe évident pour reconnaitre un forban d'un homme civilisé.
Si un inconnu vous nomme "Sir" ou "Milord", alors il a des manières. S'il vous gratifie d'un insultant "señor" ou "mon gars", vous pouvez être sûr que c'est un gueux, voire pire, un hérétique.
Le gentilhomme briton ne coupe pas la parole et quand il parle, c'est pour dire des choses spirituelles et plaisantes. Si la situation est grave, alors il s'excusera de s'exprimer avec tant de sérieux, son visage se ferme par pudeur et vous êtes ainsi averti que mieux vaut suivre ses conseils toujours avisés car le temps n'est plus aux frivolités.
Le pirate, de son côté, plaisante toujours et toujours à côté. Son humour n'est pas drôle et il ne cause que d'histoires banales ou fabulées. Souvent, il ponctue ses phrases de juron tel que "merdre", "foutredieu", "pute-à-chienne" ou "espingouin".
Quoi qu'il en soit, détournez le regard et ne laissez pas ces manières détestables vous gâchez l'heure du thé.

Enfin et surtout, une technique encore aujourd'hui très prisée de l'armée anglaise puisqu'elle permet de reconnaitre l'ami de l'ennemi sans le voir : fiez vous à l'odeur.
L'anglais sent toujours bon, et si parfois le léger musc provenant d'une trop humaine pointe de sueur peut vous parvenir aux narines, il s'agit à chaque fois de l'odeur enivrante des hommes, des vrais, ceux n'ayant pas peur du travail physique et des épreuves éprouvantes. Vous saurez alors qu'en plus d'avoir en fasse de vous un gentleman, vous avez un honnête homme.
Le pirate sent la gnôle, la pisse et le foutre. Ce n'est guère de sa faute, il baigne dans les trois tour à tour, toute la journée. Si par hasard cette senteur trapue venait à vous effleurer, appelez vite la garde, qui se fera un plaisir de chasser le malandrin. Mais surtout, ne vous en approchez pas ! Si le pirate vous touche, vous aurez bien du mal à faire partir l'odeur.


A présents, citoyens honnêtes, vous voilà armés pour affronter la Confrérie et ses gredins. N'oubliez jamais où se trouve le juste et le beau : en Angleterre !

C'était Maximilien Dejais, en direct de sa bibliothèque où il lit avec plaisir des livres estimables, pour le New Kingston Post.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 17/06/2018 à 00:01:47 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.


Chers habitants de l'ile, fidèles lecteurs de plus en plus nombreux, amis illettrés, aujourd'hui la terrible guerre a pris fin. Nous avons gracieusement offert une porte de sortie à nos voisins ibériques pour lutter contre la pauvreté, en effet, leur ville de poussière et leurs poules rachitiques font peine à voir, sans doute ne se seraient-ils jamais relevés d'une défaite de guerre. Alors que nous nous sommes habitués à de faibles revenus. N'est-ce pas là notre devoir de venir en aide aux plus démunis quand il s'agit de questions aussi graves que la dégradation humaine, la déchéance et la famine?

Certains enjeux vont au delà d'une bataille ou d'un morceau de fierté ou d'un drapeau - même leur intendant est vêtu de haillons - et je crois que malgré notre clémence offerte à contre coeur, la raison a parlé. Je tiens à dire que cette défaite concédée ne laissera aucune trace dans nos rangs.

J'assume l'entière responsabilité de ce revers. J'ai en effet nommé comme lieutenant la demoiselle Fagney, tarte notoire en stratégie, et accusée maintes fois de sorcellerie. Pour tout effectifs, elle se vit offrir un lot d'aveugles et d'unijambistes. J'étais ainsi sur que jamais ils ne trouveraient les précieux fanions.

Dans une vague d'héroïsme, quand même, ils les ont trouvés, dans une mer d'altruisme, ils s'y sont désintéressés.

A bientôt pour d'autres leçons d'humilités.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 17/06/2018 à 13:31:43 

Portraits de notre temps
La morale par l'exemple.



Les guerriers anglais offrant généreusement un drapeau de deuil à l'Espagne reconnaissante. Juin 1718.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 17/06/2018 à 23:15:18. Dernière édition le 18/06/2018 à 02:14:33 

Petites annonces
Pour grands projets !


De : New Kingston Post
Objet : Afin de réaliser des sondages auprès des habitants de Liberty, le NKP cherche des volontaires pour constituer un panel représentatif de la population de l'île, selon la méthode des quotas. Sont demandés :
- 3 hommes
- 2 femmes
- 1 vieux
- 2 enfants
- 0,02 chat parlant


De : Gouvernement de New Kingston
Objet : Lewys recherche toujours sa maman. Quiconque pourra fournir des informations sur la localisation de Jane Seymour sera récompensé d'une autorisation gratuite.


De : Minen
Objet : Recherche un cavalier pour l'accompagner au Manoir hanté afin de ne pas se sentir trop seule dans ce lieu lugubre et hostile. Envoyer un perroquet à l’intéressée avec votre portrait en gravure-jointe de préférence.


De : Sir Assashin
Objet : Recherche un corbeau perdu ayant selon ses propres dire une légende ici-bas. La rédaction non plus n'a pas tout compris.
Eratum : Recherche un dénommé "Le Corbeau" qui serait une légende. N'ayant pas entendu parler de cet individu, envoyer toute information utile à l'intéressé


De : Dédé Herdeux
Objet : Incompréhensible, merci d'envoyer une missive protocolairement acceptable.
Eratum : Recherche des cours de baryton ? Probable erreur de traduction.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 21/06/2018 à 03:30:58. Dernière édition le 21/06/2018 à 03:47:08 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.


Chers lecteurs, lectrices, autres, autres, à présent que les flammes de la guerre se sont éteintes, une question reste en suspend pour de nombreux corsaires jusqu'alors tout entier dédiés à la gloire de leur nation. En effet, que faire de tant de temps libre ? Que vous ayez une paye à boire ou les poches trouées par la défaite, la fatale interrogation finira toujours par se poser à un moment où un autre, entrainant son lot de culpabilité, d'incertitudes, de doutes qui vous rongent le cœur avec cruauté.

Pour remédier à l'oisiveté qui risquerait de gagner les membres les moins enthousiastes du corps social, le gouvernement de New Kingston se propose de vous dresser aujourd'hui le portrait de plusieurs activités utiles à la communauté et parfaitement en adéquation avec l'orthodoxie chrétienne. En plus de vivifier l'esprit et le corps, elles auront le mérite de vous procurer ce rare sentiment d'allégresse qui gagne le corsaire honnête quand, humblement et sans chercher à en retirer de gloire, il s'adonne à la charité et au bien public.




I. S'enrôler dans la marine.

L'armée de terre, reconnaissons-le, s'apparente moins à une fière et noble compagnie qu'à un ramassis de guérilleros hagards à force d'avoir crapahuté dans la jungle. Atteindre une tour est long, fastidieux, de même pour une Cité ennemie. Liberty n'étant pas encore pourvue d'infrastructures routières, toute troupe qui voudra s'éloigner des grands axes de passage pour surprendre son adversaire, devra à un moment ou un autre accepter d'affronter les moustiques et les alligators. De fait, quand rentré fourbu d'une longue bataille en plein cœur de l'île, le guerrier se couche auprès de sa gueuse, celle-ci ne se gênera pas pour lui faire remarquer son odeur de chèvre anémique, ou du moins qu'il aurait pu prendre le temps de retirer ses chausses pleines de boue, qui salissent la literie. De telles disputes, chacun le sait, nuisent à l'harmonie du couple, poussent à la mésentente, à la négligence de ses devoirs matrimoniaux, à l'alcoolisme préventif et dans de rares et dramatiques cas, à l'adultère avec un espagnol.

Afin de remédier aux affres que doivent supporter les Red Coat, préférez la mer. Celle-ci présente en effet de nombreux avantages.
Tout d'abord, on s'y affronte toujours et sans sursis. Vous aurez ainsi de nombreuses occasions de vous distinguer au combat, quelle que soit la situation géopolitique de votre nation. Point de ces humiliantes trêves sur les flots, pas d'autorisations ou de pour-parler, la mer est, chacun le sait, une zone de non-droit où seule la gaillarde discipline militaire vient organiser une rafraichissante ambiance de sanglante violence et de barbarie immorale. Ce n'est pas pour autant une raison pour s'adonner au vice, et il est justement plaisant de savoir contenir ses instincts exacerbés par l'odeur du sang de l'ennemi ou de la sueur torride du camarade qui trime, pour toujours rester digne de porter la livrée anglaise.
Notre Seigneur Jésus Christ nous l'a appris, Dieu, bien que nous lui ayons répété régulièrement de ne pas le faire, continue de nous soumettre à la tentation, et ne nous a d'ailleurs toujours pas délivré du mal non plus. C'est dans l'épreuve que l'on distingue l'anglais de l'ibère, ainsi s'il est aisé d'être brave derrière des murailles, on ne se découvre vraiment de l'intérieur et en profondeur, qu'avec un canon de 18 livres pointé sur le torse. L'expérience pouvant prendre un tour particulièrement tangible si celui-ci vient à tirer.

De plus, le marin anglais est souvent bien mieux lotis que son homologue sur terre. A lui les joies d'une franche camaraderie, sel de la mer et sel de la vie s'il en est. Ici, nulle rancœur nourrit par les ronflements de vos voisins de couchette, l'éclat des vagues empêche toute tentative de repos réparateur et sitôt endormi, sitôt réveillé par l'abordage d'un malhonnête bâtiment espagnol ! Aucun chapardage de ration ne pourra entamer la bienveillante atmosphère virile qui règne sur le pont, en effet, qui volerait un biscuit si dur qu'on en garni les canons ou une indigeste portion de fromage vérolé ? Vous l'avez compris, rien ne peut entamer l'insouciante amitié qui lie les marins d'un navire, ces derniers vivant bien souvent trop peu longtemps pour apprendre à se connaître assez pour cela.

Si vous êtes bien né, ou avez assez d'or, peut-être possédez vous un navire ? Si c'est le cas, avez vous payé la taxe sur le mouillage ?
Non ?
Merci de prendre contact avec les autorités compétentes.

A demain pour de nouvelles activités proposées par le gouvernement.


C'était Maximilien Dejais, en direct de la prison de New Kingston, pour le New Kingston Post.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 29/06/2018 à 12:06:39 

L'édition quotidienne du New Kingston Post se passait d'article. Seul une affiche y occupait une double page, se passant d'autre commentaires.

Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 02/07/2018 à 23:44:28. Dernière édition le 03/07/2018 à 00:23:11 

Annonce officielle du vendredi 30 juin 1718
Dépêche NKP.


La pirate Alanis Le Brun - Fagney a été pendue haut et court sur la place de New Kingston, pour ses multiples crimes et sur décision du tribunal exceptionnel anglais.

Que Dieu pardonne à son âme.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 06/07/2018 à 13:55:18. Dernière édition le 06/07/2018 à 15:07:32 

Portraits de notre temps
La morale par l'exemple.


La corruption chassée de New Kingston par la potence. Juillet 1718.

Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 06/07/2018 à 14:37:35. Dernière édition le 06/07/2018 à 16:54:40 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.


Chers lecteurs, suite à l'autorisation du Gouvernement d'ouvrir une partie des archives concernant la piraterie, le New Kingston Post a pu accéder en exclusivité au déroulé des événements de ces dernières semaines, ayant vu la glorieuse Albion triompher de l'une de ses plus redoutables ennemies.

C'est avec vous que nous plongerons donc dans l'horreur et la stupéfaction du récit de la pendaison de l'une des anciennes capitaines de la Confrérie, la fille de notre propre ex-lieutenante et désormais déchue, nous nommons la terrible Alanis Le Brun - Fagney.


Bon nombre d'honnêtes citoyens se seront en effet interrogés sur la manière dont le destin de ce monstre fut précipité avec tant de professionnalisme et d'efficacité, là où toutes les autres nations ont échoué par le passé. Bon nombre aussi se sont du même coup demandé comment la piraterie, que l'on croyait hier invincible, a pu être mise en échec si facilement ? La réponse est simple et tient en un mot : corruption.
Le Gouvernement Britannique nouvellement élu, que nul ne peut suspecter d'accointance avec la racaille, a rapidement fait le constat que pour survivre avec tant d'aisance, les pirates se devaient de jouir d'un vaste réseau d'informateurs et d'alliés au sein même des colonies. On soupçonne certaines d'entre elles d'avoir même fait reposer une grande partie de leur économie sur la contrebande et des alliances commerciales contre-nature avec les hors-la-loi. Pour ne pas la nommer, l'Espagne, éternelle ennemie ridicule de l'Angleterre, aurait jusqu'à laisser des pirates s'installer au sein de ses murs, dans divers bâtiments, leur assurant protection et passe-droits. Pouvons nous laisser pareil outrage à la morale se faire impunément ? Assurément non.

Mais ce qui rendait les pirate hier fort, les a aujourd'hui fait baisser leur garde. Dans un précédent papier nous dressions le portrait type de ces forbans, mais nous avions omis de préciser qu'à force d'avoir été rendus oisifs et paresseux par la lâcheté de ses ennemis, le pirate est devenu gras et médiocre aussi bien de corps que d'esprit.

Comme toujours, c'est grâce à sa légendaire astuce que l'Angleterre prit le pas sur ces forbans. Grâce à un piège d'une grande subtilité, notre glorieuse nation parvint à mettre la main sur Alanis Le Brun - Fagney en flagrant délit dans les propres geôles de New Kingston, alors qu'elle cherchait à molester notre bien aimé Intendant, le Sir Maximilien Dejais. Ce dernier lui a tenu héroïquement tête, la mettant à plusieurs reprises en difficulté et ce malgré les méthodes fort peu chrétiennes de la pirate. Celle-ci se voyant perdu tenta tour à tour de l'acheter, puis de le séduire, et alors qu'il ne cédait pas, lui montra son postérieur et proféra des injures et des mots rudes pour le blesser, mais rien n'y fit, le Gouvernement est incorruptible. L'Intendant la désarma aisément alors que d'autres corsaires, astucieusement placés en embuscade dans la prison, venait achever le travail. Alanis se rendit comme une lâche et demanda pitié, mais seule la justice peut accorder sa pitié.

Sous la surveillance du Général Frag, stratège émérite anglais qui organisait les troupes, et de celle de l'Intendant Dejais, architecte du plan, on conduit Alanis en cage où elle resta exposée une journée au piloris. De nombreux corsaires vinrent se moquer d'elle, la huer et lui lancer des fruits fort peu mûrs.

Illustration d'après témoins.

Notre bien aimé quoique sévère juge Assashin présida le procès. Les preuves étaient nombreuses et flagrantes, nul n'eut de mot pour défendre l’indéfendable et même la mère de l'accusée se montra sévère et droite, appelant à sa pendaison sans frémir. En effet, devant la monstruosité, les femmes anglaises savent faire preuve de lucidité et de courage en reniant ceux qui ont bravé les lois du Christ. Rendons hommage au lieutenant Dulcina Fagney, fier exemple d'honnêteté et de dévouement à la patrie, qui n'hésita pas à offrir sa fille à la justice, car la justice est le plus grand bien de l'homme moderne et civilisé. Il convient de le chérir et de le placer avant toute chose.


On garda Alanis en cage encore quelques jours, afin de vérifier qu'aucune preuve n'avait été trafiquée et d'attendre de potentiels témoins, car contrairement à de nombreuses personnes, nous attachons une importance toute particulière à ce qu'aucune règle d'un procès ne soit bafouée, afin de rassurer la population sur ses droits et la conforter dans ses devoirs. Mais aucune malversation n’apparut, aucun témoin ne vint pour se présenter et la Confrérie elle-même, craignant de devoir braver la puissante armée anglaise, n'osa rien tenter pour sauver leur ancienne capitaine.
Retenez-le bon gens, ces misérables n'ont ni honneur ni fidélité et pour quelques pièces, ils vous poignardent lâchement. Alanis renia d'ailleurs ses frères et fournit à la Cour de nombreuses preuves contre ceux-ci et leurs alliés, en espérant acheter son pardon. Ces informations seront précieuses au Front Uni Anti-Pirate, l'armée supra-nationale pour la justice, afin de traquer les traitres à leur nations dans des temps prochains.

Devant tant de preuves, la sentence fut unanime : la mort. On applaudit et chanta beaucoup ce soir là, la joie pouvait se lire sur tous les visages des soldats venus s'emparer de la pirate.

Illustration d'après témoins.


Finalement, le jour de l'exécution arriva. Peut-être y avez-vous assisté vous même ? Dans le cas contraire, sachez que tout se passa très bien. La foule était venue nombreuse pour huer la pirate et chanter des chants patriotiques, tout le monde était en liesse de voir ainsi la justice triompher enfin, après des décennies d'incompétence et de laisser-faire. Le Général Frag fut acclamé quand il se présenta avec la garde et de nombreuses familles reconnaissantes offrirent des poules et des légumes au juge Assashin pour le remercier de n'avoir pas cédé aux sirènes de la corruption. L'Intendant Dejais se tenait droit et fier aux côtés de la condamnée, regardant au loin, sans doute vers un horizon plus doux et plus prospère. Souhaitons qu'il reste encore longtemps en poste, afin de toujours continuer à protéger les honnêtes gens de la barbarie, et guider notre colonie vers des lendemains radieux.

Alanis pleura beaucoup, cria sa haine de l'Angleterre et de Dieu, renouvela à plusieurs reprises son allégeance à Satan puis s'urina longuement dessus de peur, ce qui fit fort rire la foule. Finalement, jugeant que ce spectacle n'était guère recommandable pour la jeunesse, le Gouvernement prit la décision d'avancer l'exécution d'un quart d'heure.
La pirate prononça des menaces envers New Kingston pour ses derniers mots, ce qui ferait frémir n'importe quel honnête citoyen. Ne craignez rien, chers lecteurs, le Gouvernement est ici pour vous protéger de leur infâme influence ! Nul pirate ne saurait vous faire du mal, sous la protection du FRAP, le seul organe désormais digne de confiance sur cette île, et auquel appartient notre glorieux général, notre incorruptible juge et notre brillant intendant !
 

Illustration d'après un témoin ivre.

Alanis mourut sur le coup, mais certains crurent voir quelques diables s'échapper de son corps au moment où la corde la délivra. La foule applaudit et remercia la garde de les avoir sauvé d'un tel démon, puis chacun rentra chez lui, rendu guilleret par le sentiment du devoir accompli et prêt à travailler dur dès le lendemain pour se montrer digne de la glorieuse Albion.

Ainsi chers lecteurs, vous en savez un peu plus sur les événements qui secouèrent notre belle ville de New Kingston ces dernières semaines. Néanmoins, sachez que la menace n'est pas encore écartée définitivement, et si les pirates se terrent pour le moment dans leurs sombres cavernes, il faudra encore bien des efforts et des sacrifices avant d'en venir à bout.
Aussi, pour les prochaines années et jusqu'à ce que Liberty soit délivrée de leur menace, renouvelons notre confiance en le FRAP et dans le gouvernement anglais ! Et que nul ne se laisse tenter par une vie de débauche et d'incivilité, au risque de subir le sort conté ici...


C'était la rédaction du New Kingston Post,
En direct de la potence !
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 07/07/2018 à 16:30:06. Dernière édition le 07/07/2018 à 16:33:43 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.

Un point sur les élections en Angleterre !
Tout se passe bien.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 14/07/2018 à 12:34:28 

Annonce officielle du samedi 14 juillet 1718
Dépêche NKP..


A la demande du Gouvernement anglais, tous les enfants des rues et orphelins de New Kingston devront être transférés à l'Institut Dolorès, nouvellement bâti.

Ils y recevront pitance et éducation, cela afin de diminuer l'oisiveté, le manque de qualifications professionnelles, et de remettre la jeunesse au travail en lui inculquant le goût de l'effort et du devoir patriotique.
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 16/07/2018 à 12:49:12. Dernière édition le 16/07/2018 à 12:50:08 

I want YOU against piracy !




Citoyens libres de Liberty, la menace pirate ne s'est jamais fait aussi pressante qu'aujourd'hui !

Qui sur cette île peut se prétendre à l'abri de leur sombre influence ?
Qui n'a jamais été trahis par un ami embrassant soudain le bandeau noir ?
Qui n'a jamais vu ses cargaisons se voir couler par un abordage malencontreux ?
Qui n'a jamais défendu sa ville contre une Bête maléfique, suppôt des pirates ?

En plusieurs années les gouvernements successifs sont restés incapables d'affronter un ennemi tel que la Confrérie.
Par mésentente à l'occasion, par lâcheté parfois, par corruption plus souvent qu'on ne voudrait le croire.
En deux mois d'existence non-officielle, le Front Réuni Anti-Pirate a déjà réussi à mettre à mal la Confrérie par deux fois : en dévoilant publiquement l'aspirance de deux de ses membres, puis en pendant la pirate Alanis Le brun - Fagney suite à sa condamnation à mort.

Devons nous arrêter là ? Au contraire !
Ne laissons pas la piraterie recouvrer ses forces et frappons à nouveau !

Traquons les aspirants et les collaborateurs !
Remettons les individus coupables de piraterie à la justice !
Ne laissons plus quelques politiciens et soldats corrompus fermer les yeux sur des crimes qui hier et demain mettrons en danger le train de vie honnête de vos enfants !

I want YOU for la FRAP !
I want YOU against piracy !

Rejoignez le FRONT REUNI ANTI-PIRATES, armée supra nationale dédiée à la lutte contre la piraterie !
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 02/08/2018 à 16:21:07. Dernière édition le 02/08/2018 à 18:17:44 

Edito
La rédaction parle aux lecteurs.


Chers lecteurs, vous qui suivez avec attention chaque nouvelle de Liberty, vous qui vous jetez avec adoration sur les nouveaux numéros du New Kingston Post, vous consommateurs de feuilles de choux bouillies, à vous nous disons merci.

C'est grâce à votre confiance que le New Kingston Post est rapidement devenu le premier - et le seul - journal d'information national sur Liberty et que cette belle aventure peut se poursuivre dans une atmosphère de saine déontologie.

Vous n'aurez pas manqué de remarquer que le rythme estival a un peu ralenti la rédaction, néanmoins nous sommes heureux de vous annoncer un nouveau format Un jour, un anglais, afin de découvrir ou redécouvrir la population de New Kingston dans ses moindres détails.

La première édition est un peu particulière puisque nous avons demandé à deux personnages de grande importance en Albion leur opinion sur l'affaire Alanis, et ainsi clore avec leur parole experte ce dossier des plus sensible. Les prochains articles seront plus intimistes et moins généraux, sans mauvaise jeu de mot.


Un jour, un anglais
Découvrez les tous !

Il est grand, il est moustachu, il a le verbe facile et le poitrail poilu, il est un héros de guerre, un stratège habile, un peu poète à ses heures perdues, il cherche à se marier, citoyens de Liberty, interrogeons sans plus tarder l'ex Général Red Frag, fierté et fleurons de l'armée anglaise aux caraïbes.

Nous parlerons stratégie militaire, défense de New Kingston, arrestations et reviendront sur l'histoire du combat contre la piraterie à travers le temps.


New Kingston Post : Hello Sir, merci de vous prêter au jeu. Sans attendre, allons dans le vif du sujet...
Red Frag : Oui, c'est que chaque minute perdue est une minute offerte à la piraterie...

NKP : Cela a-t-il été difficile de capturer une pirate comme Alanis ?
RF : Non pas du tout. A vrai dire, cette peste n'écoute que son propre instinct et il a été relativement facile de l'attirer et de l'isoler.

NKP : Croyez-vous néanmoins que le peuple anglais doive craindre des représailles ?
RF : Absolument pas, tout le monde était plutôt satisfait de l'issue du dossier, et je parle là de la grande majorité du public venu en masse autours de la potence.

NKP : C'est bien vrai, nous y étions. Toutefois des mesures seront-elles prises ?
RF : Aucune mesure particulière ne sera prise, nous ne feront pas honneur de calquer nos stratégies en fonction de l'adversaire.

NKP : Peut-on avoir confiance en la FRAP pour protéger Liberty ?
RF : Tout à fait, mon cher Max, cette guilde m'inspire force et confiance. Bien sur ils ne pourront pas numériquement se battre contre tout Liberty, mais activer les bons leviers pour se protéger des pirates, et lancer une dynamique. Oui bien sûr.

NKP : Pourquoi aucune nation n'a été capable de faire ce que la FRAP a réussi en quelques mois ?
RF : Et bien, tout simplement par manque de courage et de conviction. La partie gangrénée des instances politiques continue d'ailleurs de cracher son venin défaitiste afin de décourager les idéalistes et sauver leurs propres intérêts. Ils s'accrochent au modèle qu'ils ont toujours connu.

NKP : Votre successeur sera-t-il à la hauteur ?
RF : Non pas du tout, mais il sera certainement pris pour cible à ma place, ce qui est tout bénéfique pour moi. Ceci étant dit, c'est un honnête homme respecté qui fera un grand bien de renouveau à notre armée.

__________________________________

Il est pâle et torturé, il fait peur aux enfants mais c'est un séducteur, figure incontournable de la justice en Angleterre et aux Amériques, il est l'esprit des lois, le cœur tendre de la compassion associée à la main ferme de la justice, il a un humour étonnant et des goûts vestimentaires particuliers, accueillons le juge Sir Assashin !

Avec lui nous parlons lois et justice. Nous reviendrons sur les différentes affaires qu'il a eu à traiter et sur l'efficacité des tribunaux corsaires dans la lutte contre la piraterie.

New Kingston Post : Merci Sir d'avoir bien voulu interrompre votre travail, que vous avez pourtant acharné, pour répondre à nos modestes questions...
Sir Assashin : Je vous en prie, les anglais ont le droit de savoir.

NKP : Est-ce différend de présider un procès contre un pirate d'un procès contre de simples corsaires ?
SA : Alors la ! Noon ! Toujours autant de pleure, toujours autant de plainte....demago/voleur/sans cœur... l'on tape toujours sur le messager et non pas sur le fond du message ! Les coupables doivent être jugés !

NKP : Comment faites vous pour résister à la corruption ?
SA : La corup...quoi ? non je ne connais pas ce mots....je suis au delà de ça ! et quoi qu'en dise les mauvaise langue, une dans ma bouche n'aide en rien...peut être à un peu de clémence pour tirer sur les pieds du pendu soit. Je reste humain tout de même.

NKP : Les anglais espèrent que vous resterez encore longtemps en poste, pouvez vous les rassurer ?
SA : Si Albion le souhaite je resterais tant que mes jugement son écoutés ! Quand je devrais mettre mon poings dans certaines têtes nous en reparlerons...

NKP : Vous êtes juge anglais, mais êtes vous aussi juge pour la FRAP ?
SA : Je suis JUGE ! point. L'on ma nommé sans trop, je doit l'avouer, savoir pourquoi, peut importe pour qui je jugerais en mon âme et conscience selon les lois et règles que j'aurais moi même étiqueté !

NKP : La FRAP se montrera-t-elle plus efficace que les dernières cours de justice pour capturer les pirates et leurs alliés ?
SA : ... le corps d'Alanis sur la place de NK parle pourtant pour nos résultat non ?

NKP : Bien entendu. Pensez-vous qu'il reste encore de nombreuses personnes à capturer et juger pour alliance avec la piraterie ?
SA : Après, les alliés... de la racaille pire que des rats ! Cachés partout, ils gangrènent tout... noyautent le terreau fertile des bonnes volontés pour ne faire pousser que le chiendent et l'ortie... que que, une soupe de tout ça soit très agréable en hiver, c'est vrai. Mais là n'est pas la question ! Nous les aurons tous... Il marque une pause dramatique, nous fixe dans les yeux. NOUS LES AURONS !

NKP : Au sein même de l'Albion ?
SA : SUR TOUTE LIBERTY.... même au sein de la FRAP existe et a mon grand regret certaine accointances... raison d’espionnage diront certain...

NKP : Vraiment ? Mais alors, entouré d'ennemies, craignez-vous pour votre vie ?
SA : Ma vie ? Mon bon max, je ne craint plus pour celle ci depuis que j'ai 6 ans et que j'ai compris que je ne serais jamais comme les autre.... pas plus qu'avant , pas moins non plus.

NKP : Quels moyens pourraient vous aider afin de mieux lutter contre la piraterie ?
SA : des moyens ? une seule solution....une commande de 200 mètres de corde !
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 07/08/2018 à 00:01:52. Dernière édition le 07/08/2018 à 00:03:20 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.

Un point sur les élections en Angleterre !

Ce mois d'août 1718 apporte en Angleterre son lot d'incertitudes politiques. En effet, dans les rues, dans le pub, dans l'administration, tous les citoyens n'ont qu'une seule question à l'esprit : le pays continuera-t-il à suivre un cap ambitieux et glorieux, ou s'effondrera-t-il dans l'incertitude en élisant un nouveau candidat au poste de l'Intendance ? Tout de suite un reportage de nos enquêteurs sur place.

________________

Le soleil estival. Les mouettes qui crient sur les docks. On ne peut pas s'y tromper : c'est l'été sur New Kingston. Et pourtant ici, les citoyens n'ont pas la tête aux vacances...

Bistro-trottoir :

New Kingston Post : Alors dites nous, ces élections vous préoccupent beaucoup à ce qu'on dit ?
Honnête citoyen : Élections ? J'aim'rai d'abord arriver à m'débrasser d'ce foutu scorbutt puis z'on verra...

NKP : Donc vous ne savez pas encore pour qui vous comptez voter ?
HC : J'ai l'droit d'vote moua ?


Nous nous dirigeons vers le pub, un lieu convivial où aiment se réunir les anglais pour boire un verre après une longue journée de travail.

New Kingtson Post : Hello dear fellows ! So, dites nous, comment appréhendez-vous l'élection à venir ?
Autre Citoyen : Oh pour sûr, moi je vote toujours pour le plus beau ! C'pour ça que j'aimmais bien Dudu, rien à voir avec l'autre Clayton, là...

NKP : Le plus beau, c'est un critère comme un autre. Vous comptez donc voter pour Maximilien Dejais ?
AC : Maxim... ba... ç't'à dire que l'autre, là, Pong, l'a des belles formes aussi, bien r'bondies et...


Nous décidons de ne pas approfondir la question avec ce citoyen visiblement un peu trop alcoolisé pour tenir des propos rationnels et nous rejoignons le bar où Kenny nous attend, comme toujours.

New Kingston Post : Hello Kenny !
Kenny Killik : Ah, salut [le nom a été coupé à l'imprimerie] !

NKP : Alors Kenny, ça cause un peu des élections ici ?
KK : Pour sûr qu'ça cause, ils s'demandent quand Dudu va r'venir...

NKP : Hum... et pour les candidats en lisse ?
KK : Oh bin ça... Y'a toujours l'fan club de Red Frag qui vient régulièrement boire un thé au pub, après les pendaisons du vendredi matin.

NKP : Une idée de pour qui les gens comptent voter ?
KK : Ba les courriers d'menace qu'ont reçu les gens s'ils votaient pas pour la FRAP ont eu l'air de fonctionner. Puis c'est vrai qu'toutes ces pendaisons c'est marrant, et ça permet de savoir quels jours on est.


Quel plaisantin ce Kenny, toujours le mot pour rire !

Evidemment, vous le savez, en période d'élection, nous sommes tenus d'accorder le même nombre de lignes d'interview à chaque candidat.
Les prochains articles seront donc en partis composés d'une série d'interview. Nous en profiterons aussi pour publier un reportage sur les bienfaits des quatre derniers mois d'intendance, le classement des plus beaux prénoms commençant par M et les très bons chiffres du chômage qui ne cessent de baisser depuis que notre merveilleux gouvernement a fait déporter les orphelins à l'institut Dolorès !

C'était le New Kingston Post,
Toujours premier sur l'actualité !
Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 07/08/2018 à 00:15:11. Dernière édition le 07/08/2018 à 00:15:52 

Une affiche a discrètement été glissée dans chaque exemplaire du NKP de cette semaine...


Moins d'imprudence, plus de potence !
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 07/08/2018 à 21:05:28 

Et ben mon cher Maximilien?
La transition est toute trouvée.

J'ai pris la liberté de happer quelques personnes dans la rue, et aujourd'hui nous allons nous intéresser à notre deuxième candidat.

"Meeuuhsieeuh" Jean Tarte!



Noble aristocrate qui nous vient de la ville lumière Paris. Arrivé sur le nouveau monde pour briser les tabous inhérents à sa vie mondaine ennuyeuse.

Ce cher homme, malgré son âge avancé, s'est mis en tête de vivre la vie à pleines dents. Il gambade comme un gamin, dépouille les grand-mères et escalade les balcons des jeunes filles.

Il est redoutable et décidé. Voici ses premiers mots en exclusivité pour le NKP

Je préserverai la paix et l'amour pour frapper en fourbe!


Attention, sa réputation pourrait être ternie d'ores et déjà. Nous avons en effet interrogé le respectable révérend Luther. Aussi cité sous le nom de "Father Luther".
Et voici son ressenti sur les élections en cours. N'oubliez pas qu'il parle sous serment ecclésiastique.

Mon fils,
Merci pour votre confiance le seigneur vous le rendra Il est vrai que si j’étais pas bien assis sur ce foutu rondin de bois je serai tombé à la renverse ...Jean Tarte qui n'est autre qu'un espion et Pong m'est inconnu mais je crois avoir entendu des choses pas très reluisantes sur son cas juste un païens...et bien nous voila bien doté...Maximilien même si je ne le connais ni d'Adam ni d'Ève ou Abraham je crois que c'est le moins pire ...
Luther le saint



Nous remercions chaleureusement nos participants et vous souhaitant une excellente nuit.

C'était le New Kingston Post,
Toujours premier sur l'actualité !
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 08/08/2018 à 12:26:44 

Edito
La rédaction parle aux lecteurs.

Chers lecteurs, voici encore votre parchemin préféré, qui parait en milieu de journée, comme ça. Car ici à la rédaction, nous n'imposons pas de format fixe, nous écrivons quand les idées arrivent. Et aujourd'hui, au milieu de cet agitation politique, en ce doux midi, je vous propose de reprendre la trame de "Un jour, un anglais", et de nous évader en compagnie, d'un, ou d'une, habitant, ou habitante locale.

Ce voyage, tant mental que physique, chers lecteurs, vous permettra de vous vider la tête, prendre une bouffée d'air bienvenue avant de replonger dans la politique, dès ce soir si tout va bien.

Attendez, il y aura tout de même un peu de politique, afin de ne pas décevoir nos abonnés ainsi que tout ceux qui font des miles, and more, pour se ruer dans la ville la plus proche, afin d'arracher le papier aux petits enfants crieurs des rues. Que nous remercions par ailleurs pour la distribution efficace de notre journal.

---

Un jour, un anglais
Découvrez les tous !

Et voilà, je finis de boucler mes braies, et c'est sacoche dessus, sacoche dessous, que j'embarque avec Minen, pour une randonnée pédestre à même la nature sauvage (ne vous inquiétez pas, j'ai emmené ma machette au cas où on tomberait sur un indigène récalcitrant).

Le temps de cette petite balade, reflet allégé de ses aventures quotidiennes, que nous allons découvrir cette habitante relativement nouvelle sur l'ile, sa personnalité, ses habitudes, ses aspirations.

NKP: Quelques mots sur les élections en cours?
Minen, tout en marchant décontractée:

Quelques mots d'une femme pacifiste qui n'en a cure de la politique très bien.

Qu'est ce que je pense des candidats en cours : Si je puis me permettre je n'en pense rien, parce que je pense que ce n'est pas la politique actuelle qui va aider la veuve et l'orphelin, les pacifistes et les gens dans le besoin.
Avoir une armée c'est bien , mais une cité ne peux pas vivre sans les gens de tous les jours.
Il faut penser a tout le monde en politique et là peut être que je me pencherais un peu plus sur les programmes de chaque candidat.


Est-ce que ça veut dire, que vous risquez tout simplement, de boycotter les urnes?
N'ayez-vous pas peur qu'un tel comportement justement, décourage les candidats à détailler un programme et s'intéresser à l'ouverture à laquelle vous faites allusion?


Lieutenant.

Je n'ai pas dit il me semble que j'allais boycotter les urnes.
J'exprimerais ma voix, aussi neutre soit t'elle.

Et c'est justement ainsi qu'on aura peut être le changement nécessaire.
Si pas d'actions fortes pas d'ouverture d'esprit.

Rien de plus.

Message bien reçu et nous vous remercions de cette réponse.

Quel est le prochain trésor que vous aller chasser là maintenant, et comment décider d'une destination?

Le prochain trésor que je vais chercher, vous savez ils sont nombreux, entre les rumeurs qui parlent de la grotte aux esprits, et de ce temple maya.
N'oublions pas le magnifique phare de la presqu’île.
Que de lieux à visiter loin du tumulte ici bas.
Liberty regorge de richesse. Pourquoi faire couler le sang. Il ne rend pas les terres plus fertiles vous savez.
Ni les terres plus riches.
Sauf quand on creuse. On y trouve pas mal de pierres précieuses.
C'est un aspect pour lequel je m’entraîne également.
La richesse est à la fois partout et nulle part. Il faut juste avoir le flair au bon moment.
Donc il ne faut jamais avoir un itinéraire précis. Il faut allez au gré du vent de ses intuitions, et du marché de l'ile.

Le fameux marché aux légumes, oui j'ai bien compris.
Est-ce que vous vous sentez plus anglaise ou espagnole?

Quant à votre dernière question elle est très étrange.
Je suis née Ecossaise, je vais épouser un Espagnol.
Je suis à la fois anglaise et espagnole.
Comme je ne suis à la fois ni anglaise ni espagnole.
Je suis Minen, une future mariée, qui ne regarde pas la couleur du bandeau.
C'est aussi simple que cela.

Aussi simple que cela: Une Écossaise se sent Anglaise.

J'espère que tout ces propos ne seront pas remaniés à votre sauce, car vous le mettez si bien, ceci n'est pas de la propagande. Ceci est la réalité pour moi.

Au risque de me répéter: ceci n'est pas de la propagande.


Eh bien, nous touchons au but, on s'arrête prêt d'un arbre pour le déjeuner protocolaire et nous remercions chaleureusement Minen de s'être dévoilée dans nos pages. Par ailleurs nous spécifions qu'elle organise une petite réception à l'occasion de son mariage, ce sera en Septembre. Pour tout ceux qui ont envie d'en savoir plus, je vous dirais "Bah, allez-y ça coute rien".


C'était le New Kingston Post,
Toujours premier sur l'actualité !
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 09/08/2018 à 22:50:38 

STAY TUNED

Dans quelques instants, l'édition nocturne consacrée au 3ème candidat à l'intendance.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 09/08/2018 à 23:45:33 

La chronique politique du gouvernement
Ceci n'est pas de la propagande.

Un point sur les élections en Angleterre !

Les élections ont donc lieu dans toute l'ile en cette semaine d'aout. Mais surtout à New Kingston. Et si nous disons cela, c'est parce que finalement, étant la plus grande puissance de l'ile, c'est un peu comme si on élisait le président ilien.

Sans transition, et comme promis, après la couverture de Maximilien Déjais puis celle de Jean Tarte, nous nous attaquons désormais au troisième candidat, messire Pong.

Né un beau jour de pluie automnal à Liverpool, le petit Pong fait des siennes dès son plus jeune âge. Ce bambin plein de vie et d'énergie se roule partout, sans toutefois tomber dans le "too much". En effet, et c'est ce qui le caractérise très bien, Pong est bref et pragmatique. Patient mais pas con. Gentil mais pas naïf. Efficace, mais pas cher.

Malheureusement, les années passent et les bonnes intentions trépassent. Pong devient un jeune homme turbulent, marchant le couteau entre les dents.

Très vite il doit sa survie dans les quartiers ouvriers à ses talents de guerrier.
La survie, noble chose, mais ne paye pas son homme. Laissant tout tomber, il s'aventure vers Liberty, n'emportant avec lui que son court nom, seul héritage d'un passé sulfureux...

Aujourd'hui, nous l'avons rencontré... Et comme c'est une personne sans fioriture, nous transmettons la discussion en caractère standards et non italique. Merci de votre compréhension.

NKP: Comment s'est passé la traversée pour votre retour sur l'ile? Et vos motivations surtout, le poste de l'intendance, un rêve d'enfant?

Pong: Bonsoir cher Red,
Alalala quelle histoire cette île. Elle a un gout de reviens y.
J'ai fait le tour de l’Île pour annoncer le retour du grand bandit que je suis mais malheureusement mon passé m'a rattraper.
Les Français me détestent toujours autant... Il est vrai que j'appartiens à LA plus grande famille de Lyberty et c'est ce si beau médaillon leur fait peur et c'est bien normal ahahahah.
Ce poste d'intendant.... oui c'est qi'il m irait comme un gant. Un peu de fermeté envers nos ennemie du sud serait opportun.
Car j'ai bien l'impression qu'ils font un peu ce qu'ils veulent. Ils ont besoin d'une belle lecon à l'anglaise.

NKP: Avez-vous peur des autres candidats?
Les autres candidats ne sont pas craindre meme si Maximilien fait du très bon boulot. Il me semble qu'il se ramollit un peu.

NKP: Si vous étiez un fruit?
Si j'étais un fruit ... une grenade géant pour réduire en poussière Port Louis...ahahahah


En résumé, il faut bruler tout les Français. Nous respectons ce choix. Personnellement je l'ai toujours suggéré, mais sous peine de censure je n'ose pas vous le confier ici, car comme vous le savez: ceci n'est pas de la propagande! De plus notre journal ne prend pas parti.



Et en cadeau bonus, le ressentiment officiel de celle qui autrefois travaillait pour nous, et qui, suite à des choix de carrière assumés, n'a pas su percer...

Caitlin "Mademoiselle Catty" Samhain nous fait le plaisir de répondre.
Ce sera dans l'édition de demain... stay tuned!


C'était le New Kingston Post,
Toujours premier sur l'actualité !

Paulus van Tard
Paulus van Tard
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 10/08/2018 à 00:03:46. Dernière édition le 10/08/2018 à 00:21:44 

Edito
La rédaction parle aux lecteurs


Chers amis, profitons de l'été et du soleil pour reposer nos muscles et stimuler notre esprit ! Car un citoyen modèle se doit d'être aussi sain de corps que d'esprit et pour cela, le New Kingston Post vous propose une sélection de petits jeux pour toute votre famille.


Niveau difficile :


Niveau normal :


Niveau français :



Amusez-vous bien !
La rédaction
-1- 2 3 4 5 6 7  

Le forum > New Kingston > Le New Kingston Post


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
Marquer tout le forum comme lu
© 2004 - 2020 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés