Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Liberty > Par la sainte barbe!
Par la sainte barbe! 1 -2-  
Auteur Message
Pléville le Pelley
Pléville le Pelley
Déconnecté
Inscrit depuis le :
19/06/2022
Posté le 26/02/2024 à 21:48:35 

Depuis qu'il avait accepté cette mission, Pléville ne cessait de se poser des questions.
Au début il avait cru voir là l'occasion de changer sa routine quotidienne et de rompre cette monotonie de quêteur qui occupait ses journées.
Il avait transporter des caisses et des caisses de poudre d'ici à la bas, sans poser la moindre question. La promesse d'un peu d'aventure lui avait suffit.
Il avait ensuite rouler des tonneaux de rhum, sans même pouvoir en gouter le contenu. Toujours la promesse de l'aventure qui avait balayé ses questions.
Mais voila que les séjours dans les hôpitaux de l'ile lui laissait du temps pour se questionner à nouveaux.
Il se demandait à quoi tout cela pouvait bien servir. Quel dessein se cachait derrière tout ce chambardement. Dans quel but lui et ses compères avaient passé des heures à creuser dans cette immense tour. Pour y cacher quoi ? Son futur chargement sas doute...
Ah, l'aventure...
Le sourire de l'infirmière lui fit oublier toute pensée déprimante et il lui rendit aussitôt son sourire.
Son cœur s'emballât.
Il s'endormit apaisé.
Elijah Valentino
Elijah Valentino
Connecté
Inscrit depuis le :
21/11/2018
Posté le 27/02/2024 à 08:17:49 

Nul besoin de poudre pour être en pétard disait le couturier lors de leur récente prise éclair de l'exploitation.
En effet, une escouade de Hollandais avait balayé les bandeaux noirs pour aider l'une des leurs à réaliser une certaine mission à barbe sainte. Mais sans nouvelles de cette dernière depuis plusieurs jours c'est sans l'ombre d'un doute que ces malheureux pyromanes eurent la pire idée qui soit en la retenant prisonnière.
Inquiets, ce ne sont plus des pétards mouillés qui approchent, mais une immense vague orange qui se dresse aux portes de l'exploitation forestière pour la laver de ses cendres.

Elze, on arrive...

No Church In The Wild
Althea de Rioghan
Althea de Rioghan
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/07/2015
Posté le 27/02/2024 à 08:32:20. Dernière édition le 27/02/2024 à 09:29:42 

- Tiens ? Althéa ? Mais t'avais pas dit que tu repartais sur les routes ?

- Si ! Mais j'ai aussi dit à El Renat de prendre soin d'elle et que si il touchait à un de ses cheveux ce n'était plus une claque sur les fesses que je lui mettrais mais un bon coup de pied au cul ! Allez ! Filez moi vos lames que je les enduisse de gui et de laurier-rose.....
Alice, Princesse Gardienne de Nollandie
Alice, Princesse Gardienne de Nollandie
Déconnecté
Inscrit depuis le :
25/03/2007
Posté le 27/02/2024 à 09:10:39. Dernière édition le 27/02/2024 à 09:10:55 

*imite Althéa et enduit les lames des guerriers de paillettes roses*

Waaaaaah ça va être super beau de la brillance absolue !

C'est quand que tata Zébute revient alors ?
Egbert Dekker
Egbert Dekker
Déconnecté
Inscrit depuis le :
18/11/2013
Posté le 27/02/2024 à 17:52:06 

Egbert avait réussi à rester loin de tous les combats jusque là, si on passait outre la visite d'un pirate visiblement sous l'emprise d'un produit psychotrope, vu ses paroles incohérentes. Il avait même réussi à prendre ces pirates de vitesse par la suite en se faufilant dans l'exploitation forestière. Tout se déroulait donc parfaitement ou presque, jusqu'à ce que tous ses efforts s'écroulent à cause de sa kooikerhondje.

Cette incapable n'avait pas réussi à sentir la fameuse poudre alors qu'elle était tout simplement escamotée ci et là.
"Satané chien ! Rossard !" Maugréait-il à répétition. Mais entre temps le Hollandais avait perdu son temps en fausses pistes, un délai précieux pour ses poursuivants, alors que la solution était juste sous ses yeux. Quand il finit par trouver, était-ce déjà trop tard ? Ses comparses, de leur coté, perdaient leur temps à sauver cette petite gourde d'Elze. Et en sus de tout cela il devait perdre le sien à contacter ses informateurs pour trouver où les pirates l'avaient séquestrée.
Quel gâchis. Qui donc blâmer si les pirates réussissaient leur plan ? Elze, sensée être douée d'intelligence, ou le chien, qui n'avait fait que décevoir Egbert depuis son acquisition ? Ou encore ces butors d'Espagnols ou de 4L qui n'avaient décidément jamais le sens des priorités ?
Alyss Valentino
Alyss Valentino
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/01/2023
Posté le 27/02/2024 à 18:08:23. Dernière édition le 27/02/2024 à 18:24:47 

Ses missives étaient restées sans réponse pourtant les deux femmes entretenaient depuis plusieurs mois des échanges par ce biais et l'absence de retour ne ressemblait en rien à l'attitude d'Elze vis à vis de son amie.

Les hollandais se questionnaient, cherchaient des réponses jusqu'à ce qu'une opération de libération se mette en place. 
Un blocage dans un premier temps qui rassembla le groupe mais sans donner vraiment de résultat.

Puis le lendemain, après avoir apprit d'un ami espagnol qu'elle avait été exfiltré, avec l'aide du collectif, elle fut localisée ce qui déclencha une attaque furtive, rapide et efficace : le fruit d'un travail de groupe pour la libération de leur lieutenant et amie. 

Elze avait été retrouvé et sa tortionnaire directement envoyé à l'hôpital. 
Elze
Elze
Déconnecté
Inscrit depuis le :
06/11/2021
Posté le 27/02/2024 à 19:04:13 

Elze fut réveillée par un bruit de détonation sourd à côté d'elle, elle sursauta avant de voir que sa nouvelle geôlière n’était plus là.

Mais eux étaient là! Les Goudas étaient venus la chercher!
Elle se frotta les yeux pensant être encore dans un de ses rêves.

Déjà dans la journée, un espagnol lui avait mis la puce à l'oreille en venant lui dire qu'il était là pour elle! Il semblait dire que les Goudas étaient nombreux et proches pour venir secourir la jeune femme.
Elle n'y croyait pas vraiment, pourquoi se déplaceraient-ils pour ses erreurs commises et parfois répétées pour certaines d'entre elles? Mais ils étaient là, et en masse!
Elze était toute chamboulée par ces derniers jours et de les savoir réunis pour la délivrer encore plus!
Elle leur raconta sa bourde impensable qui l'avait fait se retrouver dans ce pétrin et les rassura sur le fait que les pirates l'avaient bien traitée, surtout un bien évidement.


Après s'être remise de ses émotions multiples, la jeune hollandaise fit remarquer à ses sauveurs qu'elle ne pouvait guère avancer plus loin avec ce boulet au pied.
Alors qu'ils cherchaient des moyens, peu conventionnels pour certains, de briser la chaine, elle leur dit d'une voix douce en souriant :

"C'est la Tigresse qui a la clé!..."
Alice, Princesse Gardienne de Nollandie
Alice, Princesse Gardienne de Nollandie
Déconnecté
Inscrit depuis le :
25/03/2007
Posté le 27/02/2024 à 21:20:05  [ Message Modéré ]

/HS/Troll/ Ce message a été modéré. L'étoile de mer.

*Alice serait bien venue aider sa tante, mais elle était tombée sur une pirate et a fini à l'hôpital. *
 
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 27/02/2024 à 22:58:50 

Tout s’effondre, les branches tombent des arbres sous les explosions alors que l'exploitation est devenue un champ de cadavres. Des corsaires de différents drapeaux arrivent de partout, et la mèche va être découverte. On doit évacuer avec la captive pas le choix.

Certains ont tenté de colmater les brèches et repousser les assaillants, hélas pour un coup donné on en prend deux en retour.

Ma femme était de ceux là, mais elle a été blessée je crois. Je me traine hors des décombres à la tombée de la nuit mais ne l'aperçoit pas... 

Je longe la rive et tombe sur un reste de campement, des drapeaux, des déchets au sol, un feu éteint, des toiles brisées, des sacs, des armes rouillées et oubliée, l'un ou l'autre instrument de musique. C'est sans doute là qu'ils avaient prévu de nous intercepter. Les Hollandais à la recherche d'Elze surement, sinon pourquoi seraient-ils revenus? L'arrière garde est encore là, mais froide comme de la roche.

Les bougres sont plus nombreux qu'ils n'y paraissent, il n'est pas rare de voir des enfants tenant des armes à feu chez eux. Et ils ne sont pas seuls, ça empeste le spaniard jusqu'à des lieues. Peut-être une alliance de fortune. Mais pour l'heure c'est l'armée anglaise qui contrôle les lieux.
Anne Providence
Anne Providence
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/08/2007
Posté le 27/02/2024 à 23:26:05 

Lundi 12h59

De justesse avec Alejo nous empêchons les anglais de prendre le contrôle de l'exploitation.

"A un poil de cul près"

Amusant de repenser à Yop un fameux général hollandais il y a des années. C'était son expression.

Léchant ma lame, je reprends mon souffle le regard brillant retrouvant une ancienne complicité avec Alejo.

Cette attente fébrile se demandant si les anglais bougent s'ils se positionnent, viendront-ils à 13h ou plus tard quand ils auront bu leur thé ? Ou juste avant d'aller dormir sous les étoiles ? Les contrepillages, un peu la même technique, attente et divination ! Stratégie et intuition.
Angoisse, fébrilité et patience.

Les oreilles aux aguets je guette le moindre bruit, le craquement, je fais taire Elze donc les bavardages incessant me font bourdonner les oreilles. Finalement je sors et je lance un cri d'alarme les anglais sont là ! 1 ou 2 minutes pour régler la situation.

Maintenant assise à lécher ma lame je sens ma main trembler.

Oui comme au bon vieux temps !

La menace demeure malgré tout, ils sont toujours sur les traces de la poudre.

En nous nous avons un boulet à gérer, un boulet attachée à un autre boulet au bout d'une chaîne et au bout de cette chaîne une serrure et la clef de cette serrure je la conserve.

Quel cirque de savoir ce qu'on allait faire d'elle.

Mardi 5 ou 6 heures, pas d'anglais en vue, ni de gouda, juste le passage de Ruben qui cherche Elze.

Un espagnol ? Bizarre.

Madre embarque les deux boulets au phare, mais les mimolette les retrouvent, elle n'a que le temps de me prévenir :

La clef.

Oui, le boulet elle n'aura qu'à l'appeler El Renat, ils seront inséparables. Quand à la clef je m'en occupe.

Un anglais non loin, il ne comprendra pas ce que je fais. La glisser dans sa botte ? Amusante idée.... Un peu de sérieux.
Alice, Princesse Gardienne de Nollandie
Alice, Princesse Gardienne de Nollandie
Déconnecté
Inscrit depuis le :
25/03/2007
Posté le 28/02/2024 à 13:52:14 

*Alice rêvait de trolls, mais malheureusement ils avaient un gros nez plein de morve, et elle était trop petite pour les moucher. Et puis elle aimerait bien manger un bonbon aussi. Et un gâteau... Mais elle se mit à penser à sa tata Zébute et se mit à pleurer. Les Hollandais allaient-ils la délivrer ? Allait-elle se faire manger par les vilains pirates ? Allaient-ils lui couper la jambe ?
 
Suspense et boule de cacahuète !*
Pléville le Pelley
Pléville le Pelley
Déconnecté
Inscrit depuis le :
19/06/2022
Posté le 28/02/2024 à 20:49:40 

Et voila, à force de vouloir rendre service, il fallait bien que cela arrive...
Pléville avait fait l'acquisition d'un magnifique navire pour expédier cette satanée cargaison de l'autre côté des mers. Sans poser de question, comme d'habitude. La confiance c'est sacrée...
Oui mais voila, il avait tout simplement oublier de recruter un capitaine, et c'était lancé plein d'entrain à la barre de sa toute nouvelle acquisition.
Après avoir rendu tout son déjeuner, il fallait se rendre à l'évidence, il n'avait rien d'un marin. Le temps allait être long.
Pourvu que personne ne vienne troubler sa traversée plus que cet état vaseux où il se trouvait maintenant.
Mais pourquoi n'avait il pas embaucher un marin confirmé qui aurait amené sa cargaison si précieuse à bon port...
Umbrella DeLaPanda
Umbrella DeLaPanda
Déconnecté
Inscrit depuis le :
28/12/2018
Posté le 29/02/2024 à 09:22:14 

Plusieurs semaines à courir aux quatre coins de l'île en petit groupe, et je m'interrogeais encore sur la disparition de la poudre, ce n'était finalement pas une si mauvaise nouvelle...

Les Espagnols ne s'en étaient même pas encore rendus compte pour la plupart. Ils préféraient vider les garnisons et les coffres de NK en toute discrétion.

La piste nous emmenait à une exploitation, mais les arbres morts et calcinés ne parlent pas...

Qui pouvait bien en savoir plus... Un groupe d'hollandais ou un soiffard dissimulé derrière un rocher ?
Elze
Elze
Déconnecté
Inscrit depuis le :
06/11/2021
Posté le 01/03/2024 à 09:10:13. Dernière édition le 01/03/2024 à 09:53:03 

Finalement, c'était la première proposition formulée par son exécutant qui avait été retenue, au grand soulagement d'Elze.

"Bouge pas ça va pas être long!"
Et effectivement, Rider tient sa promesse, en un coup de lame bien senti, il débarrassa la jeune Hollandaise de ce boulet qui ne l'a quittait plus.
N'ayant pas retrouvé cette satanée clé, il restait toujours l'attache avec un bout de chaine à sa cheville, mais elle était complétement libérée cette fois-ci.
Elze s'en amusa.
"Remarque, ça fait presque un bijou original avec ce joli petit son de chaine qui me suit à chaque mouvement, pas très discret cela dit..."

Après un bivouac entourée de ses compagnons, qui ne se termina pas comme elle l'avait espéré, ils rentrèrent, pour certains, à l'auberge fêter la libération de la jeune imprudente et la belle mobilisation Gouda, fidèle à l'union Hollandaise.

Le lendemain, chacun reprit ses petites affaires. Elze se remit elle aussi en route, sachant qu'elle n'était pas loin de comprendre ce que trafiquaient les pirates.
Elle savait qu'elle allait croiser tôt ou tard ses anciens ravisseurs et se demandait  ce qu'il se passerait alors...
Phénix Sadjar
Phénix Sadjar
Déconnecté
Inscrit depuis le :
14/02/2011
Posté le 01/03/2024 à 19:09:20. Dernière édition le 01/03/2024 à 19:10:00 

Eloigné des affaires de l'île depuis un certain temps, Phénix était devenu plutôt habitué à la solitude... Mais lorsqu'il sortit de la jungle, il fût drôlement surpris de ce qui se tramait. Une odeur de fumée saturait l'air mais surtout il ne trouvait plus de quoi se ravitailler en poudre pour son arme. Donc bien malgré lui, il commença à mener l'enquête...

De fil en aiguille il suivit les traces laissées par les pirates çà et là. Il avait vaguement entendu parler de la séquestration d'une hollandaise mais ce n'était pas vraiment ses affaires, devenu récemment hollandais plus comme choix par défaut qu'autre chose. L'avantage de se faire oublier avec le temps, c'est qu'il pouvait avancer " presque " tranquillement. Les quelques relations qu'il avait gardées lui étant d'une bonne aide.

Mais voilà la solitude a ses limites... alors qu'il se sentait arrivé au bout de la piste, une alliance étrange de pirates et de libriens se trouvait entre son objectif et lui. Des gens pour qui il n'avait pas d'animosité particulière qui plus est... Ce n'est pas avec son arme défaillante et sa seule discrétion qu'il pourrait arriver à la fin de cette histoire. Il patientait donc à la taverne de Port-Liberté, cuvant son rhum seul au comptoir.

" Jean, remet la même. Il semblerait que je sois encore trop sobre pour avoir les idées claires... Oh et je vais reprendre une chambre pour la nuit. Ça risque d'être encore long. "
Euphrasien de Villeroy
Euphrasien de Villeroy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/01/2012
Posté le 01/03/2024 à 19:58:54 

Tu n aimes pas les Libriens, mais tu viens boire à notre taverne, .... c est un peu contradictoire, mais bon , je peux comprendre, nous avons les meilleurs boissons et les plus belles filles, mais t es pas le bienvenu si c est ça que tu penses.
Pléville le Pelley
Pléville le Pelley
Déconnecté
Inscrit depuis le :
19/06/2022
Posté le 02/03/2024 à 18:47:26 

Ce voyage maritime n'avait pas été de tout repos.
Le retour à Port Louis c'était fait sous une tempête qui avait laissé quelques traces, dans les têtes et sur les navires de l'expédition.
Il allait falloir réparer les dégâts avant de prendre du bon temps.
Pléville n'avait pas pris le temps de se reposer.
L'essentiel était fait. Les caisses avaient été mises en lieu sûr dans un coin perdu de l'ile.
Il était temps maintenant de rejoindre ses camarades d'aventure et de barrer la route à tous ces corsaires...
Ce soir, il y avait des chances qu'il rejoindrait les étoiles.
Il pensa à toute cette histoire.
La pensée du travail bien fait le rempli de fierté et il se mit en route. 
Phénix Sadjar
Phénix Sadjar
Déconnecté
Inscrit depuis le :
14/02/2011
Posté le 02/03/2024 à 21:34:13. Dernière édition le 02/03/2024 à 21:36:13 

Sur son lit d'hôpital, les vêtements tachés de sang et de terre, Phénix repensait à cette journée. Il avait finalement réussi à passer le blocus grâce à ses compatriotes. Une aide aussi appréciée qu'inattendue, pourquoi s'étaient-ils sacrifier ainsi ?

" Je me trompe peut-être... Va falloir que je paye ma tournée en rentrant pour les remercier. "

Le corsaire avait ainsi pu creuser sans relâche pour accomplir sa mission. Mais il restait partagé entre le sentiment du devoir accompli et la culpabilité d'avoir été obligé de combattre des personnes sur qui il n'aurait pas pointé son arme habituellement.

" Le combat n'est peut-être pas terminé... On verra ça demain, je dois me reposer. Par contre qu'on ne me parle plus ni de creuser ni de fouille ni de pelle."
Anne Providence
Anne Providence
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/08/2007
Posté le 03/03/2024 à 11:03:12. Dernière édition le 03/03/2024 à 11:40:10 

La menace se rapprochait, plutôt que de courir à travers toute l'île, nous avons décidé de changer de méthodes.

Les hollandais sont particulièrement déterminés et persévérants.

Les anglais ? Quand ils vont nous tomber dessus, cela va être sanglant.

Les espagnols, perchés dans les tours (entendez-le comme bon vous semble). Nous avons bien tenté de calmer leurs ardeurs hégémoniques dans les tours, mais on ne peut pas tout faire à la fois. Ont-ils seulement compris ce qui se tramait ? On n'aurait jamais du avoir pitié d'eux en laissant l'exploitation forestière. Mais c'est plus le problème des corsaires que le notre en fait non ?

6 heure, le soir tombe, et nous subissons une attaque de gouda.

C'est le tour de garde de Lili qui sonne l'alarme, mais je dormais et mes réflexes sont émoussés, ça c'est inquiétant ! Prendrais-je de l'âge ? D'un autre côté cela fait presque un mois que nous sommes sur la brèche, ce n'est pas si mal.

En peu de temps je vois Lili baignant dans son sang sur le pavé. Les agresseurs ne sont plus là. Je cours à perdre haleine là où je crois les trouver en train d'accomplir leur méfait. Personne.

Mais je ne peux pas rester sans rien faire.

Surtout Rider, c'est lui qui a porté le coup fatal, mais Svetlana ne perd rien pour attendre non plus....

Où sont-ils  ? Ils ne seraient pas.... ? En courant je me précipite et tous sont là, par Neptune, c'est qu'il y en a du monde ici.... Sourde et aveugle à ce qui se passe je ne vois que Rider.

C'est quand même bien bondé et j'annonce qu'il va falloir faire intervenir le service d'ordre, et quand fait c'est moi.

Je ne laisse pas vraiment la parole à Rider, l'image de Lili dans son sang devant mes yeux.

Quand je reproduis la même scène avec celui du gouda à mes pieds, mes sens reviennent.

Et j'entends la voix dépitée d'Aristide :
"Il s'est désintégré au moment où j'allais l'embrocher!"


Effectivement il était là et je n'ai rien vu.

ça boit, ça rit.
Les remarques fusent :
"c'est Lili qui a commencé".

Pauvres niais biensûr qu'elle a pu commencer, on ne tient pas à ce que vous passiez on ne va pas se laisser embrocher sans rien dire et faire...

Et Rider, c'est sous forme de cercueil que je vais lui offrir une bière, il ne va pas la boire celle-là...

"Jean, sers moi du champagne et offre en un à Anne. Elle a l'air déshydratée.
- Edwin sort dans la cour si tu es un homme !
- J'peux pas, je suis trop fatigué.
- Bon le champagne c'est non, j'ai du boulot !"

Samar prend le temps de me servir un thé reconstituant, je le bois vite. Et je repars en faction.

La nuit se passe plutôt calme et ce matin, Aristide apporte les croissants. Ils savent vivre ces libriens c'est bien.

Visite moins sympathique, Farou tente une percée, mais Renat est comme un roc et le gouda se fait découper en tranches.
Gemini
Gemini
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/02/2012
Posté le 03/03/2024 à 15:04:10. Dernière édition le 03/03/2024 à 15:05:11 

Observant les différentes querelles la pipe au bec, le colosse réfréna son envie de s'en mêler, tiraillé par des semaines de monotonie ulünguenoise. Affrêter des navires n'était pas de tout repos, mais chaque rencontre avec sa fille lui réinsufflait l'envie des grands espaces et la nostalgie de temps plus simples, sans douanes, ni papiers ni administration lourde et encombrante. Il savait qu'il ne cèderait pas : son fils nouveau-né était là maintenant. À bientôt un an, Altan, resté en sécurité avec sa mère en Nouvelle-Angleterre, faisait la fierté de son père. Ce qu'il faisait ici les aidait, eux, là-bas.

Il balaya l'assistance, ne s'étonnant guère de la quantité de visages méconnus : Liberty avait toujours su attirer les fous et les hardis dans ses filets. Quant à ce qu'il considérait envers et contre tout comme la petite expérience d'Alejo, elle semblait porter ses fruits malgré une existence plus que précaire ; il doutait toujours que la colonie indépendante survive aux attentions du continent, mais qu'importe... Peut-être y avait-il quelque chose d'intéressant à en tirer avant sa chute inévitable.

Il étira sa mauvaise jambe sous la table de l'auberge puis, penché sur son oeuvre, il acheva la rédaction d'une missive qu'il scella et rangea dans sa veste avec soin. Une seconde suivit, beaucoup plus sommaire et envoyée sur-le-champ celle-ci.
Samar l'explosive
Samar l
Déconnecté
Inscrit depuis le :
02/02/2024
Posté le 04/03/2024 à 18:58:02 

« Madame la générale, voyons, est-ce à dire que vous seriez sérieuse ? De grâce, faites montre de retenue, endiguez cette passion qui…
-  Vous fais-je l’impression de ne pas peser mes mots, monsieur Flammel ? Décèleriez-vous, où que ce soit, l’indice d’une quelconque hésitation ?
- Certes pas, madame Samar, mais je…
- Ne suis-je pas ici seule dépositaire de l’autorité ?
- Certes oui, bien entendu, ce n’est…
- Vous êtes de ceux que l’on nomme chimiste. En tant que tel, vous êtes un homme de science. C’est en cette qualité que je vous interpelle ; votre avis personnel ne m’est d’aucune importance.
- Je le comprends tout à fait, mais, vous-même, vous devez vous rendre compte de ce…
- Voulez-vous cesser de pleurnicher un instant ? L’ennemi est en notre sein ; les bêtes sauvages déjà ont bondi sur ce qu’elles estiment être leur proie ; les porcs veulent se gaver de ce qu’ils pensent être leur droit. Je propose d’additionner un et un et d’obtenir deux. Je propose de nous débarrasser d’une relique du passé, d’un symbole qui n’a plus lieu d’être célébré. Je propose de nous servir de leur faiblesse et de leur faire comprendre que Port-Liberté est davantage qu'une idée.
- Certes, enfin, la…
- Répondez : si tout explose, quel nous en serait le prix ? Je serai juge de savoir s’il faut s’en acquitter. »
Tulip
Tulip
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/02/2012
Posté le 04/03/2024 à 21:34:47. Dernière édition le 04/03/2024 à 21:50:26 

Restée à l'auberge après le départ de son chef, elle prit le temps d'écouter les discussions des uns et des autres, participant à certaines, notant, sous ses dehors grossiers, insouciants et même vulgaires, chaque détail digne de ce nom.

Sacrée île. Gemini l'avait prévenue. Sacrés habitants, aussi...

Assise sur une bitte d'amarrage, elle contemplait la mer, ses courtes jambes touchant à peine le sol dallé.

— Maintenant qu'on est seuls, beau brun, dites-m'en un p... Mais le con ! C'est pas vrai qu'il m'a pas suivie ? grommella-t-elle, estomaquée.

Personne... elle était seule sur les quais. Autour, le silence ; sauf le bruit, dans son dos, des portes de l'auberge qu'on barrait à l'heure des loups.

Elle sauta à bas de son perchoir, soudain d'humeur taquine. Loin des regards, elle abandonna son air débonnaire, observant la ville d'un oeil vif, habitué au combat urbain et aux règlements de compte à la faveur des coins d'ombre.

—  L'est p't'être temps de voir ce qu'il en est, dit-elle à voix basse, jouant avec l'un des couteaux à sa ceinture.
Pléville le Pelley
Pléville le Pelley
Déconnecté
Inscrit depuis le :
19/06/2022
Posté le 06/03/2024 à 20:00:50 

Pléville avait retrouvé son lit.
Une habitude depuis quelques jours.

L'infirmière s'affairait dans la chambre.
Elle lui lançait de temps à autre un regard amusé.
Il n'aurait pas su dire si son humeur était bienveillante ou moqueuse.

Qu'importe, il avait fait son devoir...

Et peux importe ce que les autres pouvait en penser.

Son choix d'appartenance à cette nation libre n'avait pas changer.
Les cicatrices n'étaient là que pour renforcer cette conviction.

Il sourit en penser au dernier combat.
Une sacrée branlée...

"Avez-vous vu mon chien, Lookie ?", demanda t'il à l'infirmière ?

Il n'entendit pas la réponse.
Les sédatifs faisaient leur effets.
Il plongea dans un sommeil qu'il espérait réparateur.

La nuit allait être agitée, de combats, de poudre, de caisses et de tonneaux que l'on déplace encore et encore, ...
Elze
Elze
Déconnecté
Inscrit depuis le :
06/11/2021
Posté le 06/03/2024 à 20:16:16. Dernière édition le 06/03/2024 à 20:18:50 

Voilà, la curiosité d'Elze était récompensée, mais à quel prix!

Au bout de plusieurs semaines qui l'avaient tenue en haleine et conduite aux quatre coins de l'île pour se terminer finalement à Port Liberté, qui n'avait jamais aussi mal porté son nom pourtant si récent.
Elle avait trouvé les réponses à ses questions mais aussi à celles qu'elle ne s'était pas posées, ne pouvant soupçonner la perfidie opportuniste de certains insulaires et pas forcément ceux auxquels on pouvait penser naturellement. 

la jeune Hollandaise était épuisée, ébranlée par ce qu'elle venait de découvrir et à tout point de vue. Elle était malgré tout heureuse de son aventure, ne retenant que le positif, comme à son habitude.
Elle préféra alors chasser de son esprit ce qu'elle avait vu ces derniers jours et se décida à rentrer chez elle, car si elle était sure d'une chose c'est qu'elle avait fait le bon choix en débarquant sur cette île maudite. Les Goudas avaient, dans leur quasi totalité, montré leur union indéfectible.

La jeune femme posa son sac sur le comptoir d'Ed avant de s'exclamer rapidement :
"Woaw Ed! Mais elle est magnifique notre auberge comme ça! Elle l'était déjà avant mais alors là... Bravo! C'est du beau boulot! Et puis, avec Tom derrière le comptoir, ça a de l'allure! Allez, tournée générale! Profitons un peu avant que les affaires ne reprennent!"

Elze, pensive, frotta sa cheville en espérant secrètement que les prochaines semaines lui donneraient tort sur tout ce qu'elle avait pu découvrir et qui risquait bien de mettre le feu aux poudres...
Anne Providence
Anne Providence
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/08/2007
Posté le 07/03/2024 à 19:57:13 

Un mois que nous avions subtilisé la cargaison de poudre et que les corsaires en subissaient les inconvénients.

La poudre de mauvaise qualité, Ruben avait râlé hier matin et c'était drôle.

Ils avaient couru du nord au sud, de l'est à l'ouest de la Liberty nous trouvant sans cesse sur leur chemin.  C'était divertissant.

Quelques uns avaient compris ce qui se trame et Elze sous ses airs faussement innocent et curieuse nous avait mis en difficulté, il faudrait avoir une discussion sérieuse avec Cœur d'Artichaut, mais ce qui se passe à la Confrérie reste à la Confrérie.

Un mois.

Une nouvelle cargaison était arrivée à Ulungen et sous peu tous les armuriers vendraient de nouveau de la poudre.

Le but chez nous était atteint.

Qui sait, les buts, en fait.

Non la Confrérie n'était pas morte et comme le disait si bien Nadia, oui Liberty était à nous et partout les corsaires nous trouveraient sur leur chemin.

Nous allions aussi partagé les bénéfices de cette affaire.

Il était temps de payer les mercenaires. Ils nous avait été tous très utiles.

Beau boulot !
1 -2-  

Le forum > Liberty > Par la sainte barbe!


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
Marquer tout le forum comme lu
© 2004 - 2024 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés