Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Liberty > La Communauté de l'Anneau Du-Nique
La Communauté de l'Anneau Du-Nique  
Auteur Message
Jax le Pommé
Jax le Pommé
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 11/09/2019 à 22:45:20. Dernière édition le 12/09/2019 à 18:27:19 

Spoiler
Ce RP est lié à une expédition qui a lieu dans le volcan et qui regroupe tout un tas de personnages. Vous êtes évidemment libres de vous y greffer, dès lors que le cadre sera planté après quelques posts, ainsi que de nous retrouver dans le volcan pour passer du bon temps avec nous si le coeur vous en dit.
EDIT: LACHAY VOUS! GOGOGOGO!

N'oubliez pas: plus on est de fous, plus on rit. Tout le monde est bienvenu (oui oui même les bandeaux noirs), mais la seule récompense de cette expédition seront les moments que vous en tirerez...là bas...ou ici!
 
 Etape 1:Trouver des compognons.
"On peut quêter mille fois une pers...non...on peut quêter une fois mille personnes... oui voilà...", Un illustre inconnu

Il était une fois…
Dans une colonie qui comptait le Comté…

De jeunes et fiers bretteurs, au pied léger et à l’appétit féroce. Et de leurs aventures, nous allons vous conter.
Car après moult aventures, force éclats et quelques éléments externes fort propices à l’histoire (comme la forge d’un certain anneau pour un évènement arrivé à Port-Louis il y a quelques lunes) …

L'anneau du-nique, celui qui dans les ténèbres les liaient...

Un jour vint où le fier poto FronsSondr, qui émasculait jusque-là des princes charmants au Jardin des Amoureux, acquérant ainsi le sobriquet de Fronssondre le jeune ôte-bite, devint enfin assez grand pour courir les routes. Et affronter son destin.

Car la terre du Comté avait connu un bien sombre mal il y a de cela quelques temps, un anneau –unique- fut passé au doigt de sa bienheureuse amie Carmilla, et ce même soir pourtant son mari prit un bandeau noir.

De là naquit la légende qui dans les ténèbres du bandeau lie. L’anneau du-nique. Et, il faut le dire, Fronssondre n’aimait point trop l’anneau du nique qui dans les ténèbres les liaient.

Mais que pouvait-on bien faire, quand on n’aimait point un anneau, et qu’on devait, dans le même temps, rejoindre une expédition entière, formées de guerriers de tous les peuples ou presque, à destination d’un Volkon ?
Pour l’heure sûrement pas grand-chose…
 Car ce que cherchent nos aventuriers, pour l’heure, c’est à trouver un chapelier stylé ignifugé, et un chien de lave.


Pourquoi ? Mais pour débusquer le Dragon ! Le fameux qui brûle les villes ! Occire le dragon ! Le dragon de Nk, qui répand la fumée dans le palais du gouverneur ? Smoke le dragon et son immense trésor… ? Rien n’est moins sûr.

Toujours est-il qu’il fallait dorénavant se rendre au Volkon, et que rendez-vous avait été donné à de nombreuses personnes en ce lieu. Il y en aurait pour tout le monde.

Et notre histoire commence… un peu au Nord…

« M’sieur Fronssondre ! M’sieur Fronssodre ! Il faut se réveiller M’sieur Fronssondre ! Pensez aux crétins de toques et au comté ! C’est l’heure du petit-déjeuner ! Déjà qu’hier quand les papillons sont venus, vous les avez pas envoyés quérir de l’aide ! M’sieur Fronssondr nous devons nous dépêcher de passer les montagnes, pour atteindre le volkon derrière la tour de Lys-en-Garde ! Espérons que le passage sera encore ouvert, grâce à la vigilance de Sarouelman, le demi-dieu fronssay porteur de pagne! Car sinon… *frissonne* nous aurions à passer par les Mines…   M’sieur Fronssondre il faut se mettre en route !   Il y a de nombreux naze-gueules cracheur de plombs sur la route ! »

Tout en caquetant sans queue ni tête, Jax examinait ses stocks de bandage, secouant verbalement le jeune poto pour qu’il mange plus vite.  Il examinait aussi du coin de l’œil Carmilla.

Depuis qu’elle semblait tout le temps distraite, comme ailleurs, obnubilée par Fronssondr, par son anneau…elle ne parlait guère plus très souvent. Devenait affable un temps, puis se murait dans le silence et l’agressivité, mangeait de la viande crue le soir…

Et son mal la rongeait. On la sentait moins active, plus imprévisible, plus voûtée sous le poids de la vie. Était-ce le fait qu’elle soit enceinte malgré ses dénégations, qu’elle se comporte soudain comme une sauvage ? Presque comme un homme bourru. Mais enfin…depuis qu’elle savait qu’elle allait retrouver des hommes, des vrais, elle semblait plus enthousiaste. Elle était presque pleine de vie. A croire qu’une rencontre avec celui qui dans les ténèbre la liait l’enchantait. Une vraie Go-l’homme cette Carmilla…

Et tant mieux en un sens, car ils étaient en retard.

Car à vrai dire… il y avait du monde qui allait attendre. Alberto, Red Frag, un certain chat, un fruit, une geôlière… et d’autres. D’autres encore. Toute une communauté.

 A croire qu’il allait falloir trouver quelques surnoms… mais pour l’heure, il s’agissait surtout de parvenir à emprunter les chemins sans avoir à passer par…par les Mines.

Et le seul chemin du Volkon devant eux, passait désormais par le territoire du Lys-en-Garde et son Lys qui voit tout.



Un estropié, une gogodanceuse et un ado avec une épée colorée. Qu’est-ce qui pouvait bien mal se passer ?

A peu près tout.
Et cela arrivera.
 
 
Cendre
Cendre
Connecté
Inscrit depuis le :
22/04/2019
Posté le 11/09/2019 à 23:13:09 

Héééé hoooo ! Douc'ment m'sieur Grand Poto Jax !
'vec Carmilla qui s'traine et qui m'dort d'ssus comme un doudou j'ai moins bien dormi qu'quand j'ai l'nez dans ses nénés...

Haaaa... Quoi comment ça en route ?!
Mais on vient à peine de finir de déj'ner ! On.. on va pas partir l'ventre viiiiide quand même non ?

Pis on est en r'tard au rendez vous mais que de une s'maine ! Un jours d'plus ou un jours d'moi c'est.. quoi c'est siii important ? Mais on va marcher VITE tout l'temps ? Et les pauses repas ? On va les faire hein les pauses r'pas ? ... ben si, les sept... Faut faire tout bien les sept r'pas important d'la journée !! C'mment ça lesquels m'sieur Grand Poto Jax !? Beh..  Le premier p'tit déj'né, l'second p'tit déj'né, l'déj'né, l'goûter, pis l'dîner et l'souper... pis un en-cas 'cause que j'suis en pleine croissance. ça fait sept !

Hé ! J'vois voir partir !
Maaaaais Carmilla ! Hé attôndez moi !! J'vous vois m'sieur Jax faire des graaaands pas 'vec vot'jambes de bois ! Z'êtes pas mon Grand Poto z'êtes l'Grand-Pas.
Grand pas d'Bourré pour quand vous buvez l'soir tiens...
Qu'ça pour jouer des claquettes 'vec vot'jambes d'bois hein...
c'est d'dans qu'vous rangez vot'rhum ?

Hééé !
On aura l'droit à une histoire c'soir ?
krabot
krabot
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 11/09/2019 à 23:46:34. Dernière édition le 12/09/2019 à 10:25:03 

Réveillez-vous, Lady Carmilla,
Réveillez-vous...

* Allant d'épisodes narcoleptiques en épisodes de sommeil profond, Carmilla avançait depuis le mariage au radar. Les différentes personnes pourtant s'agitaient autour d'elle, lui parlaient... et ce n'est réellement qu'au Jardin des Amoureux, aguichée par quelques plantes aux propriétés intéressantes, que la Courtisane française donna signe de vie... suite à un bien étrange rêve... et des voix dans sa tête. *

... je n'insinue pas que vous vous êtes reposée sur vos lauriers. Vous méritez bien un peu de répit...

* En effet, elle méritait bien quelques longues semaines de repos ! Après tout, le travail à Fleur Bleue n'avait pas été de tout repos lors de son arrivée à Liberty, sans son amie française qu'elle avait dû laisser en France. Elle se fit rapidement connaître sur l'île, obtenant avec une facilité déconcertante la fonction d'Intendante, absolument pas du fait d'une crise des vocations. Le talent, simplement. Elle obtint les faveurs de son pays et surtout de Montalvès dont elle vida les bourses... avant de rencontrer le beau, le sublime, le surtout très riche Red Frag qui lui offrir un parachute doré et une retraite d'oisiveté éternelle. *

... tous les efforts du monde auraient été gâchés jusqu'à ... hé bien... disons que votre heure est venue de nouveau.

* QUOI ?! Comment ça mon heure est venue de nouveau ? Laissez-moi roupiller ? C'est quoi ce rêve de merde ? T'es qui la voix dans ma tête ? J'te mets la misère derrière le marché place de Port Louis si tu me cherches, à grands coups de bottines en cuir ! *

La femme qu'il faut là où il ne faut pas peut faire toute la différence !

* AAAAAAAAAAAAAH LAISSE MOI TRANQUILLE T_T ! *

Alors debout, Lady Carmilla.
Debout !
Sentez-vous l'odeur de Cendre ?

* Réveil en sursaut dans une moiteur digne d'une orgie arrosée de la St Sylvestre. *

Fleur Bleue !
(ndlr: équivalent champêtre de Bordel !)
Qu'est-ce que c'était que ce cauchemar ?!

...

Comment ça on va à un volcan ?
Jax le Pommé
Jax le Pommé
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 12/09/2019 à 21:07:19. Dernière édition le 16/09/2019 à 18:40:15 

Étape 2 : L’épreuve des potos : faites comprendre à votre groupe l’objectif et la direction.

« Le degré d'intelligence de cette entité qu'on appelle une foule est inversement proportionnel au nombre d'individus qui la composent. » Un génie moderne.

« Un cheffe c’est fait pour cheffer […]La politique comme la navigation ça ne consiste pas à suivre le courant mais à indiquer un cap. » Jax Chiryacht, in. Veni Whisky Vomi, ou comment je suis venu, j'ai bu et j'ai rendu mon quatre-heures, journal de bord du cinquième quart -un extrait tronqué en sa moitié- . »   Quelque part dans un renfoncement rocheux érodé par le vent, à l’abri des regards…

Jax grelottait de froid. Ils n’avaient pas pu faire de feu dans le campement du soir et alors que l’aube pointait son nez, il se répétait sans cesse que plus vite les montagnes seraient derrière eux, mieux ils se porteraient tous. Car là, entre les deux tours, rester trop longtemps s’avérait aussi salutaire que l’était, disons, l’usage d’une veste de sauvetage en fonte. Ça avait la forme d’un abri, ça avait l’odeur d’un abri (ici celui d’un abri d’ours incontinent), mais ça n’avait que la valeur toute relative d’un coin d’où on pouvait voir passer les patrouilles en contrebas. Si un seul être levait les yeux, ils seraient repérés.


Car les montagnes n’étaient pas complètement vides. On y croisait des ourses et des panthères, mais aussi (allez comprendre) des orques, ou encore des corbeaux enragés, ou leurs cousins, les c’ourroux-cailles. Ces oiseaux étaient comme l’espion du Lys-en-Garde… véloce, rapide, discret…à une exception près : ils lâchaient du guano en pagaille. Clairet, blanchâtre, comme une épaisse couche de neige glissante en ce début d’automne.
Les courroux-cailles, serviteurs de la marque blanche…
  Mais ce n’était pas la première des menaces. Que pouvait faire ces courouxcailles à part en pleine nuée ? Pas grand-chose. En revanche…l’endroit grouillait de soldats. On en voyait quelques-uns passer, tout comme on voyait les grands manteaux et bandeaux noirs de toutes les nations chercher M’sieur Fronssondr...
Les NazeGueules, ces êtres incapables de parler mais qui ne vivaient que pour répandre la peur et le mal dans le cœur des hommes, de leur chevrotine et leur lame affûtée…  
 
Bref. On était enfin le matin et c’était enfin possible de repartir. Le Lys-en-Garde était encore praticable, les Mines ne seraient pas une option. Car dans les Mines vivaient des êtres qu’on ne veut pas voir éveillés… Et puis surtout il fait froid et j’ai des cors au genou et aux pieds. Beurk, pensa Jax en finissant de retirer la corne qui lui poussait sur le genou. Il faut dire que tous les jours s’attacher la jambe sur la fesse pour se poser une fausse jambe de bois… bon, l’idée ajoutait du panache c’est sûr, du charisme même, mais ça endolorissait les muscles et faisait durcir la peau comme jaja. A tel point qu’il passait son temps à jouer de l’arase-corne, juste pour pouvoir continuer dans la journée à faire des grand-pas… Mais alors qu’après un petit-déjeuner copieux (mais toujours trop léger pour le jeune Fronssondr, sûrement), ils prenaient la route du Lys-en-Garde, ils y croisèrent une foule dense.

Et quand on dit dense, on ne fait pas que référence au Saigneur des lieux. Mais il était bien là.

« SarouelMan » le porteur de Pagne. Reconnaissable à ses tatouages qui lui accordaient sûrement force et pouvoir, comme par exemple celui d’être aussi gros sans mourir d’infarctus du myocarde à 34 ans. Quérir l’aide de SarouelMan n’était point chose aisée mais force était de constater que sa troupe, formée de squelettes, de brigands, d’hommes de toutes espèce, tenait le Lys-en-Garde face à des forces plus destructrices encore. Car une ombre s’étend vers l’Est, apportant la Mort avec elle, et seul Lys-en-Garde et les hommes du Rohan-Dar (Goeiedag, ceux-là de l’Est qui parlent le Gouda)** se tenaient encore face à l’Ombre…



Aussi sans attendre leurs restes les aventuriers prirent-ils le chemin du Volkon (non sans avoir au préalable jouer aux osselets avec l’Ontondant Fronssay, quand même.). Ils errèrent un temps dans les souterrains de la tour, perdu dans les labyrinthes.


Faut dire, comment l’expédition était censée savoir qu’il fallait descendre un gros puit avec d’la lave au fond pour atteindre le Volkon ? On ne peut pas mettre un panneau « ici cratère » la prochaine fois ? Surtout, avant que Jax prenne le truc pour des toilettes sèches ? 





Même Carmilla Go-l’homme semblait dorénavant plus éveillée, alors que le trio approchait du Volkon…

Descendant dans les profondeurs, ils retrouvèrent enfin la Communauté.

Une partie, du moins. Des Espognols surtout, et une Bonone.

Fallait-il attendre ? Les autres étaient-ils devant ?

Et maintenant, quoi ? Parce que bon, ça paraît plutôt grand ici… sortons les cartes… Et évitons de transformer Poto Fronssondr en Poto feu. Ça parait un bon début.




De toute façon, les pieds font trop mal pour aller plus loin aujourd’hui. Prenons nos aises jusqu’à demain… Euh pourquoi elle bouge la grosse statue là ? T_T  NOTE**:
Spoiler
Goeiedag (prononcé Rowen-dar, ou Rohane-Dar) signifie bonjour en Néerlandais. Oui, vous venez d'apprendre quelque chose pour briller au dîner.
Cendre
Cendre
Connecté
Inscrit depuis le :
22/04/2019
Posté le 13/09/2019 à 21:23:53 


Haaaaaa ! I'fait si chaaaud ! Mes billes ont même carrément fondu... Celles que j'avais dans mes poches, en or !

Pis y'a des statues qui nous r'gardent 'vec leurs yeux d'partout ! Ca pourrait aller si m'sieur Banane les encourageait pas sans arrêt !

Heureus'ment, on est plein ! P't'êt' on aura plein d'histoires le soir... Miss Caitlin elle en raconte t'jours des biens ! M'dame AvriL aussi mais faut pas lui d'mander d'en raconter quand on est sur l'pont. Elle s'agite dans tous les sens pour mimer... Apres ell'va tomber du pont, ça s'rait nul.

Y'a un chat 'vec un p'tit zizi aussi.
Si on compte bien, on en est à deux tours. Hein p'tit-zizi-en-garde ?

Aussi, on ramasse de la lave dans des p'tits tubes magiques qui fondent pas dans la lave.. C'comme le pont magique qui brule pas... 'core au d'ssus d'la lave...  Des ponts balançoires. On s'balance 'vec Jax Grand Pas qui fait d'la balancelle.

C'est au tour d'qui pour l'histoire du soir ?
AvriL
AvriL
Déconnecté
Inscrit depuis le :
28/11/2012
Posté le 16/09/2019 à 09:56:59. Dernière édition le 16/09/2019 à 10:11:49 

AvriL avait passé quasiment tout l'été enfermée dans la Capitainerie à gratter la terre, à n'échanger que des bribes de mots, son visage était pâle et marqué.

Bon, elle y avait rencontré, au début de son périple, un jeune gamin anglais qui lui avait bien plu ! Elle préférait la compagnie des enfants, bien plus facile à vivre que les adultes de cette île, et celui-ci était plein d'énergie et déjà bien drôle pour son âge ! Ils avaient échangés quelques lettres durant l'été, une correspondance épistolaire d'une grande qualité, pour sûr. Alors quand il lui avait proposé de venir se réchauffer les fesses au-dessus d'un volcan souterrain elle s'était dit "Pourquoi pas ?".

L'Espagnole avait un petit nécessaire de chimiste dans son sac, quelques bandages et la perspective de raconter de nouvelles histoires.

...

Cela faisait quelques jours maintenant qu'elle était en compagnie de l'un de ses compatriotes, médecin, de Cendre évidemment, mais aussi de la Banane, étonnamment silencieuse, de Prisonnier et d'autres femmes et animaux que la jeune femme n'avait jamais fréquentés. Elle aidait comme elle pouvait ses nouveaux amis et tentait de garder son calme quand elle les regardait tourner et retourner la carte des lieux avec des yeux vides. Elle aurait bien aimé jouer et raconter des histoires avec le petit Cendre mais bon.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 16/09/2019 à 10:18:12. Dernière édition le 16/09/2019 à 10:18:30 

Il était parti dans la nuit, une fois Gemini endormi.

Très vite malgré ses habits mouillés qui l'empêchaient de courir à pleine vitesse, il avait atteint le tunnel B.

Il n'avait revu que son écuyer brièvement avant l'épreuve des carapaces... Mais pas sa femme, de laquelle on disait qu'elle était enceinte.

Il s'imaginait déjà les regards réprobateurs de la Providence, et la mine sévère et déçue du nouveau capitaine à la découverte de cette désertion. Mais peut-être qu'ils comprendraient.

Il lui avait promis et le gamin pourrait finir par perdre confiance. Acheter son fidèle chien pisteur dans les entrailles du volcan serait un souvenir qu'il garderait toute sa vie. Il devait lui apporter son soutien dans cette épreuve importante.

Et surveiller ce groupe de corsaire qui semblait très peu attiré par leurs nations respectives.
La Banane Savonnée
La Banane Savonnée
Déconnecté
Inscrit depuis le :
04/03/2019
Posté le 16/09/2019 à 11:18:34. Dernière édition le 16/09/2019 à 11:19:42 

Vous vous retrouvez devant un petit morceau de vélin aux embouts calcinés sur laquelle trône une écriture familière. Loin d'être agréable, la calligraphie laisse plutôt présumer qu'il s'agit de pensées jetées à la va-vite afin de ne pas être oubliées. Ou, en cas de malheur, pour être retrouvées.


J'ai vraiment bien fait de venir.

Non pas que je serve outre-mesure, bien au contraire. C'était peut-être un peu présomptueux de m'auto-proclamer « pompier de service » alors que nous allions nous engouffrer dans la chaleur ardente d'un volcan en activité. Et, si le choix des mots m'avait alors paru très spirituel, aujourd'hui, je me sens surtout très con d'être autant à la traîne.
Néanmoins, ce n'est pas ce qui rend ce périple aussi compliqué. Car ce n'est pas la brûlure permanente à chacun de nos souffles qui est le plus lourd, ici. Plus que cet environnement hostile - je veux dire, il y a même des statues qui prennent vie pour nous meuler la margoulette. Des STATUES, bon dieu. Et quoi, bientôt il va se mettre à nous pleuvoir sur la gueule des monuments tout entier ? - c'est bien l'atmosphère au sein de notre groupe qui est véritablement pesant.

Et pour ça, oui, j'ai bien fait de venir. Car il était temps que je me rende compte de la manière dont se déroulent les épopées sauvages de notre petit protégé et de sa clique.


Cendre est alcoolisé du matin au soir. Ou du soir au matin, je ne saurais trop dire. Je ne lui savais pas une telle inclinaison pour la bouteille, mais le galopin d'antan n'est que l'ombre de lui-même. La tornade d'énergie positive s'en est allée, et la mélancolie semble le gagner un peu plus chaque jour. Ses billes ont fondu, ses pièces en chocolat aussi. Mais c'est surtout sa joie de vivre que je vois disparaître à vue d’œil. Et je suis hypermétrope.


Carmilla, elle, n'a pas changé : elle minaude. Tout en se refusant au minou du groupe, allez comprendre. Je ne pensais pas que quelqu'un pourrait tirer avantage d'être coincée sous terre dans une ambiance étouffante, mais elle y parvient. Non, pire. Elle évolue dans ce milieu comme si c'était elle, la créature de magma. Je pourrais jurer de ne voir perler la sueur qu'au creux de son décolleté, mais c'est peut-être aussi car je ne regarde que là quand il s'agit d'elle. Bref, cette incarnation de la luxure n'est sans doute pas la meilleure compagnie pour un jeune homme en perte de repères.

Et il y a Jax. Ah, Jax ! Je ne crois pas avoir assez de vélin pour coucher ici tout ce que je pense de lui. Mais commençons. Il est vraiment formidab...

De quoi ? AvriL a trouvé un endroit qui ne serait répertorié sur aucune carte ? Oh, il semble que cela réveille même la soif de découverte de Cendre. Il arrive presque à tituber droit, le chenapan. Droit sur l'aventure !

Alberto
Alberto
Déconnecté
Inscrit depuis le :
20/03/2019
Posté le 16/09/2019 à 11:35:29. Dernière édition le 16/09/2019 à 11:53:10 

C'est complétement défoncé dans les rues hollandaises qu'Alberto avait accepté ce drôle de voyage. Jax est un bon gars après tout, pas de raison qu'il choisisse une destination trop dangereuse. Et pourtant... pourtant cette dernière eau de feu qu'il était en train d'avaler, aurait du lui mettre la puce à l'oreille !

Le lieu de rendez vous annoncé était : le volcan. Alberto s'imaginait déjà ramassant des échantillons le long de la montagne, profitant de la chaleur pour faire cuire du chorizo. C'était sans compter sur la manière de s'y rendre. Une corde, une simple corde partant de la Madone !

Et en plus ? trop courte.
Après une chute totalement foireuse maitrisée, il retrouva sa compatriote Avril.
Au moins la vue était au rendez-vous.




Un par un, les membres de la compagnie arrivaient. Il ne fallut pas plus d'une demi journée pour qu'ils soient au complet.

  • La troupe Ok.
  • L'objectif : collecter de la lave, trouver un chien pour Cendre. Ok.
  • Le matos : après répartition du poids et des vivres. Ok.
  • La tenue : un masque pour mieux respirer, et du matériel de médecine : Ok.




La suite n'était qu'une formalité. Avancer, collecter et bavarder. Était ce l'odeur de la banane savonnée, du chat Aegis, ou notre vacarme croissant ? Toujours est il, que nous avions réveillé quelque chose !

La surprise fut totale et le choc des plus violent. S'en suivit une série presque interminable de coups divers et variés. Pour enfin arriver à bout de la chose !




Le voyage prenait une tournure tout autre désormais...
Jax le Pommé
Jax le Pommé
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 16/09/2019 à 17:54:12. Dernière édition le 16/09/2019 à 18:34:35 

Etape 3 : Prévoir des cartes… et jeux de cartes.

« Celui qui s’oriente sur l’étoile ne se retourne pas. […] C’est dommage on est dans un souterrain, et j’ai pas mon compas. » Léonard, 2.26.  

« Alors voyons le côté positif : on ne manque pas de lumière et il fait chaud. Maintenant le négatif… je le fais dans l’ordre chronologique ou alphabétique ? » Songeait Jax, suspendu au-dessus du vide bouillonnant retenu par un mince pont de bois qui ondulait à chaque pas et dont les cordes s’effilochaient.

Il faut dire que la veille, il y avait eu un petit loupé;
Fronssondr avait soudain décidé de partir devant, sûrement attiré par la perspective de se faire casser la margoulette par des gnomes aux jambes arqués (alors que ce n’était même pas le solstice), et la Compagnie, désorganisée, s’était étendue un peu partout.



Heureusement, après avoir pris le temps de recopier la carte pour tous, les gens avaient-ils enfin cessé de ressembler à des poulets devant une attaque de renards et les statues de lave avaient elle cessé de faire les malignes. Faut dire, elles avaient l’air étonnamment sales et sans doute la vue de Banane Savonnée, tout parfumé de son Fard-à-Myrre, se jetant dans la mêlée pour sauver Fronssondr, avait elle fait son effet sur elles. Et pourtant il y en avait des monstres. A croire que le seigneur du Volkon n’avait pas bien envie de voir l’aventurier poto et sa communauté de l’anneau du nique réussir sa mission…

Enfin, toujours était-il qu’on avançait à la vitesse moyenne d’un char à roue carrés par vent contraire ; mais l’ambiance était bonne. Les gens apprenaient à se connaître, Alberto, toujours épuisé, mangeait des pommes en prenant patience, et en cherchant le plus court chemin. Un vrai ranger, cet homme un peu gourmand et coquet qu’il était. Un peu stylé façon Le-Beau-Las.
Peu d’avancée donc, mais un groupe en formation. On avait même vu débarquer un bandeau rouge, Grisonnante et surnaturelle… et grande raconteuse d’histoires ! De quoi occuper la communauté qui ce jour-là, n’allait pas aller beaucoup plus loin. …

                                            ________

Ah, pensa Jax en écrivant son rapport journalier, faudrait que je pense à relater ce que je glisse dans mon carnet le jour même. La situation n’a pas beaucoup changé néanmoins. Reprenons…
                                           _________


Guide du petit aventurier, Etape 4 : Essayez de survivre jusqu’au jour d’après, par tous les moyens. (Au besoin, inscrivez-vous à l’association : je commence mon décès demain, et renouvelez l’adhésion chaque jour.)

« La troisième priorité, c’est de donner la première priorité à ne pas mourir. » Georges Bouche, fin gourmet en bretzels et poisons de tous types.

Les journées se faisaient longues, et les différents talents de la communauté étaient mis à rude épreuve. La vie étant une succession de choix, il fallait désormais jongler entre le désir d’avancer et l’épuisement des troupes.

En effet tout le monde ne pouvait suivre la cadence et notamment le ranger médecin Alberto Le Beau Las, dont les astucieux choix cartographiques avaient été recorrigés suite à de nouvelles découvertes; tout comme l’autre médecin Grands Pas D’bourré, avaient tendance à traînasser à l’arrière. Il faut dire, ils passaient les trois quarts de leur journée à rafistoler les membres de leurs compagnons ; ce qui n’est pas sale, même si l’expertise de Mademoiselle Go-l’homme était aussi très appréciée des aventuriers de tout poils (sauf le poil félin, avec lequel Carmilla refusait obstinément tout contact).

Et ainsi une forme d’équilibre devait se former entre les soigneurs, qui marchaient lentement à force de défaire leur paquetage à la recherche d’un énième remède de mère-grand ou de refaire leur coiffure après des petits bisous fougueux, et fines lames, qui gambadaient et protégeaient le groupe des agressions pendant qu’ils cherchaient le lieu adéquat pour …remplir leur mission. Il fallait trouver l’endroit où la lave était la plus chaude, la plus dense, la plus dure, bref là où la texture et la température sauraient faire fondre tout insert…
(Hum, sachant qu’il existe un risque que Carmilla tombe sur ce carnet et qu’elle est de plus en plus entreprenante et minaude avec le groupe, peut-être vais-je arrêter là cette description).

Mais alors que pointait l’aube du quatrième jour, les regards se portèrent soudain vers l’Est.
Car il est écrit : c’est en maçonnant des annexes en terre dans un donjon qu’on devient seigneur du volkon, ou quelque chose comme ça à n’en pas douter.

Bref, la carte, qui jusqu’ici semblait à jour malgré qu’elle soit poussiéreuse et décrépie, ne pointait pas l’existence d’un nouvel embranchement. Une petite alcôve, nouvelle, était à la portée de la Compagnie, et tous cherchèrent à s’y engouff….eh ! Pourquoi c’est bloqué ?  Pourquoi le portier roux à l'entrée il bouge pas? 

*refermant son carnet et se dirigeant vers la porte pour y retrouver ses compagnons, tous purent lire au-dessus du cadran* :

« Parlez rammi, et entrez. » 
…  




« C’est un cercle de jeu clandestin ? On a que des cartes nous, personne à un rammi ou un mahjong j’imagine ? On peut tambouriner à la porte vous pensez ? Et il est où Alberto ? Quelqu’un a des nouvelles du ranger ? Vous pensez que y’a un clerc à l’entrée ?"
MONSIEUR LE PORTIEEEEER ! MONSIEUR LE CLEEEEERC ! J'annonce 5 tuiles 5 et je veux jouer aux dés, laissez nous passer!»

*BAMBAMBAM*

Oui décidément, on arrivait à un moment où le futur se craquelait un peu, et ce n'était pas dû qu'à la chaleur. 
Et Puis encore une fois, il était où Alberto? On le voyait plus depuis ce matin...
Ah et peut-être que l'idée de construire une alcove de jeu clandestin dans un volkon en risque perpétuel d'éruption demande des précautions, quand même...
J'espère que l'intérieur est ignifugé. 
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 17/09/2019 à 22:32:32 

Sur le chemin, Red Frag croisa un homme de Dieu, qui lui aussi venait s'enfoncer dans les entraille de la terre...

-Bonjour mon fils, Que le pet du Christ t'accompagne, je veille sur ton âme....du moins ce qui peut en être sauvé...même pour le purgatoire je ne te garantis rien.

-si tu me trouves une jouvencelle peu farouche je peux éventuellement te négocier une indulgence partielle auprès du patron...

-Mon père, c'est vrai, j'ai commis des erreurs, et je sers le malin. Mais... pourquoi pas pour la jouvencelle... suivez-moi...

Oui... Cette Avril devrait bien faire l'affaire? Il ne faut pas trop jouer avec la colère des Dieux, remonter ma côte pourrait toujours être utile...


Sur ce, il poursuivit son chemin avant d'emprunter le passage secret vers le volcan souterrain.

Selon les premières estimations, il croiserait la chemin de la communauté bientôt.

Jax le Pommé
Jax le Pommé
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 18/09/2019 à 20:12:01. Dernière édition le 18/09/2019 à 20:14:15 

Etape 5: Ne pas s'enflammer trop vite. 

"On ne tisonne pas le feu avec un couteau.
" Quelqu'un qui n'a jamais mis les pieds dans le Volkon. 


De grosses créatures de lave comme celles-ci, agressives... Et qui laissaient des traces derrière elles. Voilà ce qu'on trouvait ici, partout.
A t'elle point que même les derniers passages devenaient si dangereux qu'on allait finir par devoir mettre des panneaux de sécurité pour éviter les incidents malencontreux et qu'on se mettait à jouer à un petit jeu pour passer le temps: "le sol c'est de la lave!".
Mais il fallait encore attendre un peu l'arrivée du Tuteur. Ce dernier avait promis à M'Sieur Fronssondre de l'accompagner pour choisir son chien de lave qui chasse le dragon et n'était-ce pas là l'un des buts de l'expédition? 


En revanche Fard-à-Myrre continuait d'évacuer la tension bananière qui l'habitait envers AvriL en remettant en cause son physique de fine lame athlétique. Le fait qu'elle risque d'attraper un bébé en étant infectée par Go-l'homme est déjà sûrement stressant pour une femme. Ce n'était sûrement pas là le meilleur moyen de garder une saine ambiance entre ces deux compères. 

Cendre quant à lui trépignait d'impatience de retrouver son tuteur, mais aussi de recevoir... une surprise. Par ailleurs AvriL avait raconté une bien belle histoire la veille ce qui avait contribué à ce que tout le monde dorme bien, malgré que Jax ronflait si fort à cause de l'alcool, qu'on en aurait surement voulu à personne de le laisser glisser le long de la pile du pont. D'ailleurs ce matin les maréchaussons avaient tenté de le cueillir lui et ses pommes par deux fois au petit matin, sûrement pour punir son tapage nocturne. Voilà qui servait de leçon... même si le tromblon les tenait un peu loin, les brûlures laissaient bobo...

Partons à l'aventure qu'ils disaient... J'espère qu'ils ont de la graisse contre les coups de chaud. Parce qu'en plus, pour atteindre le but, il allait falloir déployer toute son agilité... voyons... 




Cendre
Cendre
Connecté
Inscrit depuis le :
22/04/2019
Posté le 18/09/2019 à 23:02:48 

Le jour se lève mais d'là d'où qu'on est on voit rien. D'ailleurs on peut même pas êt'sur qu'on soit bien parti y'a par exemp' deux jours. On s'arrête quand on est tout trop fatigués ou trop grillés.

Pour ça, voyager dans un volcan c'pas pratique.
En r'vanche, y'a un truc super pratique c'est pour griller la brioche du matin !

Quand j'me suis réveillé, j'étais un peu d'mauvaise humeur. D'jà 'cause que j'm'étais endormi tout bien contr'Carmilla pendant l'histoire d'AvriL et qu'Carmilla elle m'a laissé par terre comme un vieux tapis pour s'asseoir loin. Comment ça s'fait grave pas ! Pisque c'est ça j'y dirai pas qu'mon Tuteur il arrive bientôt !
Hanlalaaaa ! P't'êt' que carrément j'le vois aujourd'hui !! A condition qu'au d'ssus du volcan on soit l'même jour.

En vrai, pour pas m'perd' et avoir un rythme sans l'soleil j'ai une astuce : Les r'pas ! Chaque r'pas c'est une heure que j'ai décidé d'la journée ! Genre !
8h30 du matin, j'me lev'pas trop tôt !
C'est l'heure des tartine d'brioches grillées..
Alors j'me réveille, j'prend mon premier p'tit déj'ner quand SOUDAINE ! Soudain'ment même ! J'entends m'sieur Jax Garnd-Pas d'Bourré 'faire drol'ment embêté par un tas d'lave d'Maréchausson ! C'trouduku i'voulait carrément lui piquer ses pommes ! J'l'y ai fait la bagarre, j'l'ai massacré pis après vite vite ! Comm'j'étais tout grillé j'ai d'mandé à m'sieur Jax de m'soigner mon g'nou qui brule.

10h12 du matin comm'ça m'avait dro'ment fatigué, c'tait l'heure d'prend'mon p'tit jus d'orange du deuxième p'tit déj'ner ! Pour s'assurer que j'perds pas mes dents aussi, c'est m'sieur Jax qui l'a dit, faut boire des oranges.

Puis c'était déjà l'heure d'reprendr' l’expédition !
On s'est bagarré un peu, faut faire attention quand on marche dans un volcan, y'a d'la lave qu'est vivante par endroit... Y'a des statues qui nous r'gardent.. Y'a des gnomes... Mais c'chouette, en plus j'avance en t'nant la main d'Carmilla parfois. Aujourd'hui elle était d'bonne humeur, elle d'vait sentir qu'mon Tuteur va v'nir... 'cause que pour s'faire pardonner d'm'avoir laissé dormir tout seul j'ai eu PLEIN de calin ! C'qu'est chouette c'est qu'y'a pas d'nigaud 'vec nous 'lors personne dit gnagnagna Cendre il est collé à Carmilla.

A un moment, vu qu'c'était 12h27, on s'est installé pour manger un peu ! 'vec cette chaleur on mange léger ! Une 'tite salade au fromage... Hop hop.. Y'a un truc qui m'manque bien quand même c'est la baignoire d'Monsieur Montalvès..

Deux trois p'tits ponts en bois enchantés au d'ssus d'la lave plus tard, on r'trouvait Banane et AvriL qui s'taient disputé. M'sieur Jax était soulagé d'savoir qu'AvriL allait bien 'cause qu'ils s'entendent bien ! Là Banane nous a raconté un peu d'autres histoires de prisonniers et tout l'monde de l'histoire était pas d'accord. Miss Caitlin elle s'reposait un peu aujourd'hui. Quand elle veut pas parler on a pas d'histoire... C'est comm'ça.  I's'ont pas mal discuté des ch'mins à prend'... ça m'a donné faim, pis ça tombait bien, c'tait 15h50 quand même ! On avait faillit manquer l'goûter !!

En vrai on s’ennuie vit' quand on sait plus trop c'est quand la journée. Pour pas m'ennuyer moi j'écoute vach'ment les gens parler ! Y'a des gens intéressants 'vec nous ! Y'en a juste deux que j'connais pas trop. M'sieur Alberto, il est t'jours hyper loin d'vant nous, ou hyper loin apres nous... I'dit non non, allez y, m'attendez pas ! Et il repart. La nuit quand j'dors ça m'réveille un peu quand il m'soigne mon bras brulé ou ma jambe blessée. Il a l'air gentil, c'juste dommage qu'on l'voit jamais trop souvent.

Y'a le p'tit chaton aussi. Il s'endort n'importe où...
Lui c'est un chat d'sal'té d'Sorcière ! 'cause que carrément i'parle. Il aime bien les papouilles mais il va vach'ment embêter les statues pour filer en douce et nous les laisser. C'est un chat quoi.
Des fois il s'colle en ronronnant. Mais c'est surtout vers 19h07 quand j'mange mon diner.

Pis c'est vers la fin du diner que enfiiiiin !! Mon Tuteur d'Outre-Tombe Reeeed Fraaaag  est arrivé !!!
Il était bien 20h passé ! Il est arrivé par un p'tit pont ! J'étais trop trop TROP content ! il m'a même rattrapé quand j'y ai sauté d'ssus dans les bras ! Comme à la crique des pirates ! C'était trop chouette !!!
Il a même genre pwe pwe ! Tué un gnome SBLARF en plein dans sa tronche 'vec son pistolet ! Bim trou d'balle au milieu du front ! Tu vas faire quoiiii !?

Bon, une collation, et on va chercher mon CHIEN ET MA SURPRIIIIIIIISE de Jax maint'nant !!


Cendre
Cendre
Connecté
Inscrit depuis le :
22/04/2019
Posté le 22/09/2019 à 12:10:55 

Avancer prudemment, sans s’faire griller les mollets par les Maréchaussons ! Eux j’les detest’ ! Ils nous attrap’ ‘vec leurs mains brulantes comme ça sans prév’nir ! Des fois on a l’temps d’les taper aux bras avant qu’i' nous touchent mais la plupart du temps i’font vach’ment mal… Mais maint’nant y’a mon Tuteur d’Outre Tombe Red Frag ! Et ça, c’est vach’ment bien ! AvriL elle m’aide beaucoup aussi… Elle est vach’ment forte pour jouer à la bagarre ! Elle a même massacré la Banane en jouant à touche touche ‘vec des épées. Sur c’t’ile y’a vach’ment d’Aventurières.
Ça change d’la France d’l’aut’côté d’l’océan. Hé d’ailleurs d’dans l’volcan, m’sieur Jax Grand Pas il a r’marqué sans s’tromper qu’dans not’expédition les plus fortes c’tait Miss Caitlin et AvriL. En plus Miss Caitlin elle sait aussi soigner les brulures des Maréchaussons. Alors ‘vec Red Frag en plus… On a p’us arriver juuuusqu’à une p’tite grotte. Mon Tuteur a dit que c’tait le cœur du volcan. Ça ressemblait pas à un cœur mais plutôt à un endroit encore plus chaud qu’partout ailleurs dans l’volcan, avec encore d’la lave, encore des p’tits ponts magique en bois qui brulent pas et encore des maréchaussons et des statues et des gnomes sur le ch’min pour nous attaquer. Mais d’dans le cœur du volcan y’avait.. oh lala.. un m’sieur avec PLEIN d’animaux ! Et même des p’tits chiens !! Tuteur a dit d’aller voir si y’en a un qui m’plait. On est v’nu pour ça, c’est des chiens d’lave qui savent pister des dragons !
Mais mon copain Jax Grand Poto d’Bourré i’m’a dit « tu t’souviens qu’j’avais dit qu’t’aurais une surprise ? Ben… Tadaaaam ! » et là il a ouvert ses mains et y’avait un p'tit poussin d’Cacatoes rien qu’pour moi !! Il ‘ma montré comment i’srait quand i’srait grand… c’marrant, on dirait qu’il a une perruque… J’l’ai app’lé Monty. C'est Miss Caitlin qui m'a donné l'idée ! Pendant c’temps aussi j’me suis fait copain ‘vec un p’tit chien ! J’l’adore déjà ! On s’ra les meilleurs copains du monde tous les quat’ ! Moi, Trilili, Monty et Tambouille !!


Ensuite on a dormi dans l’cœur du Volcan parc’qu’on était tous fatigué et que d’dans au moins y’avait pas d’maréchaussons. M’sieur Alberto et m’sieur Jax i’nous ont bien soigné aussi. On était tous fatigué… en plus maint’nant qu’on avait Tambouille et Monty ça voudrait dire que y’a plus qu’à r’ssortir. Jax il a r’gardé la carte ‘vec Tuteur et ils ont dessiné l’dernier chemin à faire. C’dur quand la balade elle est fatiguante d’savoir que faut repartir sur nos pas. Mais c’est trop chouette de courir partout avec Tambouille ! Bon par cont’faut bien avoir les animaux dans le sac sinon on s’fait deux fois plus attraper par les statues d’lave, les gnomes et les maréchaussons a cause qu’quand ils essayent de les bruler et d’les taper moi j’les ai protégé à chaque fois !

J’ai que un peu pleurer.
Ça va, j’suis toujours un aventurier alors. C’est sur le ch’min du r’tour que Banane a perdu à la bagarre contre AvriL. En même temps ça f’sait genre deux cents jours au moins qu’il l’embetait en la traitant d’fille. AvriL j’l’aime bien, elle raconte bien les histoires et j’ai l’droit de lui t’nir la main quand j’suis un aventurier beaucoup trop fatigué. En plus elle a un p’tit lapin. Et elle est forte au janga. Oh bah on a pas eu l’temps d’en faire une partie !
Faut dire qu'là, tout aurait fondu...

On est arrivé d'vant une échelle ensuite ! Mais elle d'vait pas êt'bien ensorcelée comme les planches des ponts 'cause qu'elle avait genre cramé à certain endroit. Miss Caitlin elle a dit qu'fallait mieux utiliser l'grappin qu'on d'vait avoir dans nos sac ! Elle a montré c'comment qu'on l'lance et qu'on grimpe.
J'me suis cogné que deux fois la tête avec avant qu'ça fonctionne, pis on est tout monté et on a fini par arriver dans un endroit génial !!

Y'avait d'l'herbe et on voyait l'ciel mais surtout ! Y'avait un peu d'vent et ça sentait l'fraaaais !! On a couru partout 'vec Tambouille !!! Et on a roulééééé dans l'herbe ! Après Tuteur nous a r'trouvé et j'suis allé un peu m'asseoir avec lui... j'y ai dit que j'voudrais bien qu'il reste... C'est mad'moiselle Mad'moiselle avec qui j'écris des lettres qui m'a dit d'lui dire à mon Tuteur que ça m'serre l'coeur si i's'en va. Il a dit qu'il savait et VITE il est parti ! J'ai essayé d'le suivre mais il a disparu.. Alors j'suis rentré fâché ! J'ai crié que j'le déteste mais en vrai j'le déteste pas...

Pis j'suis allé trouver un graaand lac avec d'la verdure et des cascades et j'en ai profité que y'avait personne pour m'laver et enl'ver toute la crasse d'mes ch'veux et d'mes habits.
Miss Caitlin m'a raconté une histoire qui fiche la frousse et qui rend fou... Et j'crois qu'aujourd'hui faut aller vers m'sieur Von Foufou rapport aux échantillons d'lave qu'on lui a prit.. Ensuite ça s'ra terminé j'crois bien.

Jax le Pommé
Jax le Pommé
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 24/09/2019 à 19:15:12. Dernière édition le 24/09/2019 à 19:17:42 

Etape 6: sachez quand vous arrêter. 

Si haut qu'on monte, on finit toujours pas des cendres.
Roche-Forte, terminant un barbecue en altitude. 


Les derniers jours du voyage avaient été plus qu'éprouvant. A croire que le seigneur des lieux ne voulaient pas voir M'sieur Fronssondre et la Communauté de l'Anneau du Nique finir leur quête. A-t-elle point que des brigades entières de peaux-lisses et de maréechaussons avaient déferlé durant les trois derniers jours, sans s'arrêter. Ils en bloquaient même tout accès, tant ils étaient nombreux. De vraies Compagnies Rotissantes et Stoppantes. 
                        


CRS ou soldats du FEU? La caisse des donjons finançait                                                             visiblement beaucoup d'employés. 

Il avait même fini par accepter de tolérer la présence de Red Frag, car qui de mieux qu'un voyou pileux pour frapper la peau-lisse, pour ouvrir la voie. Malheureusement le volkon n'étant pas encore adapté aux dernières normes handicapés et Maximilien ne semblant pas encore disposer d'un chariot à piolet, ce dernier n'avait pas accompagné RF. Banane en avait été fort déçu. 
Fronssondre en revanche avait eu l'air très heureux. Il avait enfin trouvé son chien pour pister le dragon, même si on y voyait surtout pour l'accompagner un chiot qui pète. Et puis...une surprise. Un tout petit oisillon de cacatoès. 

Bref tout le monde avait fini de compter ses échantillons, sauf Aegis qui avait joué avec et l'avait laissé retomber dans le volcan, puis était remonté en surface. Guère trop d'embrassades au moment de la séparation, beaucoup continuant dans leurs coins par la suite, mais un moment de joie partagé; 

Il ne restait qu'un ou deux arrêts mais..
Mais..

Mademoiselle Phyllis avait-elle toujours son anneau? Qui y faisait donc attention? 
Peut-être Cendre s'était-il ravisé. Toujours est-il qu'il n'avait pas trahi son Tuteur apparemment. 
Bien dommage diront certains. Belle chose diront d'autres. "On s'en fout, il reste du poulet ?" Diront la plupart. 
Jax le Pommé
Jax le Pommé
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 25/09/2019 à 20:33:59 

Etape 7 : Soyez proches de vos amis, et dans le dos de vos ennemis.

« On ne dit pas une poule sur un mur, mais Djezous est sous la protection de Punto Tutor. » Althéa dépeignant le profil droit et gauche de ses envahisseurs avec son pinceau pendant qu’ils viennent saccager sa ville.

« C’est au pied du mur, qu’on voit le mieux le robuste de 120 kilos. », Un myope perspicace.

« … », Punto Tutor, faisant profiter la population hollondaise de son appétit pour les nuanciers de peinture rouge pendant qu'Eddy dépouille tout ses compatriotes.
 
Parfois entre la vie et la survie il y a tout un gouffre, que ne sépare au fond que la mince bordure entre la paix et la guerre.

M’sieur Fronssondre et Grand-Pas profitaient encore de la fraîcheur du soir naissant, adossé au comptoir de la taverne dont la porte ouverte laissait entrer les embruns proches. Les bruits de la houle à l’extérieur, le craquement des coques de bateaux, les cris ponctuels des citoyens arpentant la ville pour diverses raisons les mettaient de bonne humeur, car ils rappelaient qu’on était vivant et en bonne compagnie. L’odeur de la fumée imprégnait encore les vêtements, les bruits de pas à l’étage cognaient aux oreilles, le goût doux-amer de la bière fraîche coulait dans les gosiers et le fumet du rôti parvenait depuis l’arrière cuisine. Et on était bien. Mais ça risquait de ne pas durer ; cela faisait 4 jours que le volcan avait laissé place à une cache, une ménagerie, des bains relaxants, une ville accueillante malgré son parfum de gouda…

A l’aube du 5 ème jour, regardez vers l’Ouest… Misère.

La veille, les fronssays, attendant Carmilla qui cheminait paisiblement à l’arrière, des suites d’une malencontreuse altercation avec une ressortissante du pays des fantômes, avaient veillé en ville avec leur camarade à la nuit tombée et la menace n’était pas venue. Mais aujourd’hui… plusieurs rapports indiquaient des incursions, des loups solitaires avaient envoyés les gardiens du Rohan-dar à l’hôpital… on s’attendait visiblement à une incursion des orques Espognols (un surnom qu’ils devaient à leur joie de tuer pour le plaisir, un peu comme le célèbre animal marin).
Et quand le Rohan-dar appelle à l’aide, ses alliés se portent à son secours…

Alors ce soir il allait falloir se défendre avec les armées du Rohan-dar contre les orques. Tenir l’abyssal gouffre qui séparait la vie de la mort, la mince bordure entre victoire et défaite. En s’entraidant. Une vraie bataille du gouffre de help, en somme.

Lorsque le soleil pointa bas vers l’horizon, Jax observa que Cendre piquait du nez dans son assiette. Mais ce dernier se releva et assura qu’il défendrait fièrement le bar et ses réserves, un des biens les plus précieux pour qui connaît un tant soit peu la réputation de Liet et ses hommes. Fronssondre disposait de toute façon d’une lame du lys-en-Garde, et celles-ci brillaient de l’éclat bleuté de la Fronsse en présence des orques. Devant un tel objet et le panache du jeune homme qui portait toujours un chapeau digne des plus grands mousquetaires à plume, l’ennemi s’enfuirait sûrement !

Jax lui fut envoyé en soutien d’un lieutenant, afin de bloquer l’avancée d’un troupe ennemie furtive et déjà dans les murs.  Tenant le point, ils filèrent ensuite dans Ulungen pour y trouver la place à moitié occupée, et donnant lieu à de furieux combats. Et on put y voir l’efficacité du Rohan-dar ! Ses hommes, peu nombreux mais toujours aussi efficaces, déboutèrent les orques, subtilisant au passage leurs possessions. Il fallait avouer qu’on les croyait sortir littéralement de chaque pierre, de derrière chaque mur, taillant, sifflant, volant et égorgeant les vagues d’ennemis comme on fend des bûchettes sèches.

Rien de tout cela pour le médecin néanmoins. Non lui ne cherchait qu’à fatiguer ses adversaires, dans un jeu de chat et de souris qui eût été presque bravache s’il n’avait pas eu une telle peur au ventre qu’il en aurait mouillé ses chausses. « je suis làààà…non ici ! Tu es moche ok, mais tu pourrais au moins etre rapide ! »  criait-il, mi-haletant mi-terrorisé devant la violence orque.

Quand enfin ses forces l’abandonnèrent tout à fait, au moins eût-il le plaisir d’entendre les cris victorieux et le cor triomphant chanter. Le panache avait tenu! Alors, s’abandonnant au répit, il entreprit de s’ouvrir à la délivrance qui devait de toute façon l’attendre, non sans provoquer ses adversaires.

 A l’aube du 5ème jour, le regard sera bien porté à l’Est… pensa-t-il, toisant le squelette gigantesque qui s’approchait de lui. J’espère que Cendre a bien défendu l’établissement, car il y a de la bouteille à vider pour fêter cette repoussée et Carmilla aura sûrement soif après sa randonnée… « Eh toi, tu sais pas courir, prouve moi que tu sais tap…Arghhhh. »

Et tout devint noir.
 

Le forum > Liberty > La Communauté de l'Anneau Du-Nique


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
© 2004 - 2019 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés