Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Taverne > Angoisse et Fureur
Angoisse et Fureur  
Auteur Message
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 16/10/2020 à 14:34:40. Dernière édition le 16/10/2020 à 14:38:03 

Nous étions le vendredi 16, et Sita venait de se réveiller. Depuis quelques jours elle dormait très mal, alternant entre cauchemars et insomnies. Un observateur non loin d'elle aurait pu voir ses traits fatigués, mais surtout au delà de cela elle était renfermée sur elle même, le regard terne et sombre, le visage dur. D'une nature gentille et douce,  elle n'avait pas esquissé le moindre sourire depuis des jours, et ce malgré les tentatives du petit Cole toujours enclin à vouloir la réconforter.

Elle n'était donc pas dans les dispositions rêvées pour se marier deux jours plus tard. Loin de là. La Sita radieuse et épanouie qu'on avait pu voir à Port Louis avait laissé la place à une jeune femme au visage identique mais qui oscillait dangereusement entre l'Angoisse et la Fureur.

Laissant la brume s'échapper de son esprit, elle mit plusieurs minutes à devenir alerte. Il était temps à présent d'informer les invités. Mais pour leur dire quoi exactement ? Chaque mot pouvait trahir les événements qui évoluaient en dehors de son contrôle. Soupirant tout en prenant sa plume elle écrivit à sa femme de chambre, restait en sécurité à New Kingston :

" Ma chère Anna,
Pouvez vous retranscrire ces quelques mots et les faire envoyer à chaque invités je vous prie ? Je vous écris bientôt. Prenez soin de vous

Chers invités,
Le mariage doit être malheureusement reporté à une date ultérieure non connue pour le moment. Je vous donnerais des nouvelles lorsque j'en saurais plus. Toutes mes excuses pour ce désagrément.

Sita LeRoy. "

Songeuse, relisant son courrier et surtout les missives reçues dernièrement elle ajouta

" Pour la générale anglaise, merci de rajouter : Je vais bien. "

Grimaçant, elle expédia Sidh à la recherche d'Anna, puis retourna dans ses pensées. Non elle n'avait pas mentit. Actuellement sa santé physique en dehors du manque de sommeil était excellente. Autant passer sa santé mentale sous silence.

En attendant le retour de son rapace, elle écrivit une plus longue lettre à sa demoiselle d'honneur, Aénor. Elle lui relata les dernières nouvelles et tenta de la rassurer comme elle le pouvait. Sidh revenu, elle le chargea de transmettre prestement la missive et l'attendit avec des sentiments mêlés pour se mettre en route vers le lieu de sa destination.

En attendant, Sita regarda petit Cole dormir près d'elle et lui grattouilla la tête légèrement, pour ne pas le réveiller.
Elle était tenté de le prendre avec elle. Après tout il était facilement possible de le cacher dans sa poche. Et un rat "volant" pouvait surprendre ses "adversaires". Mais elle avait suffisamment de retard sur l'heure du rendez vous et la jeune femme espérait de tout coeur que cela n'avait pas été fatale pour sa soeur....

Se levant, ramassant ses affaires et vérifiant ses armes, elle partit sur la pointe des pieds, abandonnant Cole derrière elle.... son rapace dans les airs veillerait sur elle, comme toujours.
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 17/10/2020 à 11:58:50 

Quelques jours plus tôt


Sa soirée de fin de célibataire avait eu lieu à Port Louis, et elle avait été de son point de vu un grand succès. Sita c'était beaucoup amusée et c'est radieuse qu'elle avait prit le lendemain la route du repaire en compagnie d'Aénor, Lisbeth et Cole pour y rejoindre Hernanone et Slaughter. Le mariage se profilait à l'horizon, et il était maintenant temps d'aller organiser les choses sur place. Leur petit groupe arriva en fin de journée et se regroupa sur la terre battue, proche de la soeur basanée.

Le lendemain une mauvaise surprise les attendaient. Leur bourse avait été détachée.  Lisbeth leur apprit qu'un moine c'était rapproché d'eux pendant la nuit. La journée commença en pestant sur le manque d'éducation des gens. La bonne humeur revient heureusement assez vite tandis que Sita discutait avec les uns et les autres.

Plus tard dans la journée, elle jeta un oeil à l'entrée du repaire et elle tomba nez à nez avec un spectre. Sita ne se formalisa pas outre mesure. Elle avait apprit avec les semaines à ne plus être surprise pour si peu. La magie semblait être monnaie courante sur cette île. Ce dernier s'adressa à elle :

- Quel heureux hasard ! Je ne pensais pas vous trouver si vite. J'ai reçu une demande d'un étrange messager, je ne connaissais pas cette homme qui sentait le boucanier, mais il m'avait l'air fort pressé que je vous trouve. Je peux vous amener a lui c'est non loin de Port Louis, je me doute que cela trahisse vos plans, mais l'affaire me paraissait de toute importance.

- Je ne comprend pas du tout ce que ce monsieur veut bien me vouloir mais en tant que future mariée vous comprendrez que je n ai guère le temps de courir après des inconnus. Si ce dernier tient à me voir pour une affaire dont j ignore tout , il se trouvera dans l'obligation de venir jusqu’à moi.

L'homme sorti, et fit la même demande à Lili. Sita les rejoignit intriguée. Le spectre leur apprit alors qu'un homme du nom de "Springle" blessé d'une flèche dans l'abdomen demandait leur service,non pas pour des soins mais plus pour qu'une écoute attentive lui soit donné. Après une période d'angoisse ou Sita se demanda s'il ne s'agissait pas de son futur mari ( mais lui ne sentait pas le boucanier ) elle demanda une description de l'homme et elle fut rassurée quand monsieur Branlouz lui apprit qu'il ne s'agissait pas d'Andras.

La jeune femme fronça alors les sourcils. Elle échangea un regard avec ses amies. Aénor semblait comme elle assez mitigée, et trouvait la demande étrange de la part d'un inconnu. Lisbeth semblait plus réceptive. Ces compétences de détective journalistique était mise à contributions.

- Que veux-tu faire Sita ? Vas-tu le suivre ? demanda Aénor
- Cette affaire semble assez floue. Je n ai pas confiance...
- Sois prudente Sita, ne fais rien qui puisse gâcher le plus beau jour de ta vie à venir.

La française sourit à son amie et Lisbeth, prit alors la parole :

- Sita toi tu restes avec tes amis, tu ne prends aucun risque à quelques jours de ton mariage. S’il faut j’y vais et je vous tiens au courant.
- Je doute que Sita soit plus heureuse s'il vous arrivait quelque chose Lisbeth
- En effet je suis d'accord Lili. Tu ne devrais certainement pas y aller seule. Je trouve cette affaire trop louche  renchérie Sita en observant monsieur Branlouz.

Lisbeth s'adressa à Don Branlouz :

- Et si j’y vais sans Sita, il sera satisfait vous pensez ? Toute façon elle reste là. C’est moi ou rien du tout.
- Je serais demain matin près du puit de la chtouille, je vous indiquerais ou se trouve l'homme, en espérant qu'il soit encore vivant pour vous dire ce qu'il a vous dire lui répondit il.

Aénor intervient alors pour tenter de dissuadée Lisbeth :

 - Je ne prétend pas avoir la raison absolue et c'est votre liberté de choisir la voie qui vous semble être la meilleure et bien qu'il est tout à fait possible que je me trompe, je vous conseille tout de même d'y réfléchir un instant, vous pourriez vous mettre très en danger, et Sita également.
- Vous êtes raisonnable Aénor tout comme Sita, je suis l’inverse de vous deux mais ne vous inquiétez pas outre mesure, je suis confiante
- Lili, Aénor dit vrai. Je te rappelle tout de même que le Corbeau nous a toutes deux menacé. Nous sommes en couple avec des pirates qui attaquent sans cesse les anglais à l'heure ou je te parle. La rancune est possible et fort probable. De plus plusieurs personnes savaient ou nous nous trouvions pour la soirée que tu m as organisé. Que l'endroit soit proche de Port Louis n'est pas un hasard tout comme le fait que mon mariage est proche.
- Raison de plus pour y aller, si quelqu’un cherche à empêcher ton mariage ou à te nuire je le saurai ainsi. Moi je n’ai rien à perdre, un jour ou deux de marche et on sera fixé. Tu as finit de lever mes doutes, j’irai voir ce que ce Springle veut nous dire et on avisera ensuite si tes soupçons sont vrais.

Les trois jeunes femmes discutèrent encore un moment entre elles. Entre mystère, intrigue et curiosité il n'en fallait guère plus pour que Lili décide de partir pour se rendre compte sur place de ce qui pouvait bien se passer. Sita lui fit promettre de lui donner des nouvelles trois fois par jour. C'était le minimum qu'elle demandait pour être rassurée, car il était fort à parier qu'elle ne trouverait pas le sommeil sans nouvelle régulière de son amie. Quand à monsieur Branlouz elle avait un dernier message à lui adresser :

- Quand à vous, tachez de ne pas l'emmener dans un projet néfaste ou que vous soyez un fantome ou non n'y changera rien. J’appellerais toutes les sorcières de l'île pour vous faire souffrir. J 'espère être assez claire ?

Elle fila alors, résignée, pour éviter de changer d'avis.
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 18/10/2020 à 19:09:42 

Sita s'arrêta dans le couloir jonché de débris. Aénor vint la retrouver, et l'étreignit pour tenter de l'apaiser. La jeune femme lui sourit, mais était bien loin d'être sereine. Etrangement cette histoire bien mystérieuse lui donnait la chair de poule. Beaucoup de chose ne collait pas. Sita avait donc peur que son amie marche tout droit dans un guet-apens. La jeune femme espérait qu'elle avait bien prit sa demande de missive au sérieux car si elle en loupait une, elle avait bien l'intention de prévenir son amant. Sita savait pertinemment que ce dernier ne ferait pas de quartier, fusse t'il brûler l'ensemble de l'île pour la retrouver.

Le couple d'Anglais arriva un peu plus tard et ils tentèrent ensemble de traverser le couloir. Malheureusement des éboulis leur tombaient dessus sans arrêt, à tel point que Sita faillit se faire écraser vivante si Aénor n'avait pas été la pour veiller sur elle et ses nombreuses blessures. Ils jugèrent préférable de s'arrêter pour trouver un peu de repos. Et c'est à ce moment que la première missive arriva enfin!

- Des nouvelles, Sita ?  lui demanda la française
- J'ai en effet eu des nouvelles de Lili . Elle est au niveau du lac à l'ouest de Port Louis. Elle a croisé deux autres membres des 4Lunes. Je trouve cela très angoissant. Je pense que je n'arriverais pas à trouver le sommeil temps que cette affaire ne sera pas mise au clair.
- J'ai l'impression que ces jours prochains sont promis au malheur, cela commence à m'effrayer... S'il y a bien une chose que je ne veux pas, c'est te voir souffrir.
-  Au malheur je ne sais pas mais c'est certainement le signe d'un mauvais augure oui...

En frissonnant Sita relue la lettre de Lili pour essayer de dénicher des informations utiles mais en dehors du fait qu'elle avait fouillée les affaires du spectre, rien ne l'a mettait sur la voie. Il fallait donc attendre demain pour espérer avoir de nouveau des nouvelles.

Spectre De Don Branlouz
Spectre De Don Branlouz
Connecté
Inscrit depuis le :
19/08/2006
Posté le 19/10/2020 à 10:25:02. Dernière édition le 19/10/2020 à 10:43:36 

On a reçu la deuxième moitié de la somme, Big est contant notre commanditaire a payé.

Malgré tout je reste sur une très mauvaise impression, un contrat qui se voulait facile et sans effusions de sang à fini en boucherie.

Le plan pourtant paraissait simple, basique, on entourait les demoiselles a port louis pour les embarquer dans un endroit discret, on passait notre message on terminais par l'invocation des force invisibles et le tour était joué, plus qu'à disparaître dans la nature.

Au lieu de ça, ca a finit en cavalcade j'ai retrouvé nos cibles mais trop isolé j'ai du inventer une histoire peu convaincante ma foi, mais suffisamment intrigante pour les inciter a me suivre.
helas seul lisbeth me suis.

je vois bien que les filles sont malines, je m'apercevrais même plus tard qu'elle sont malignes.

Le temps de me mettre dans la peau d'un dénommé springle pour cacher mon identité, lisbeth nous rejoins deja dans l'ecrin de verdure ou elle passera trois jour.
et des son arrivée les choses dérapaient à nouveau, fist avait oublié son déguisement, sans parler des autres qui enfilaient encore leurs vêtements laissant pendre ostansiblement leur médaillon.
on avait était un peu pris de court et ca se voyait.
______________

Deuxième jour de captivité avec lisbeth.

Elle devait nous rejoindre seul, mais c'est deja trop long, je sent que Sita nous prépart un mauvais coup,
un fois cette conclusion faite je m'empresse de terminer le contrat au moins avec lisbeth et part en plein nuit laissant un message a mes camarades pour quitter les lieux.

Un peu plus loin je croise red frag il a une patate a la place du nez, sans doute la rencontre d'hier avec les anglais je lui tint ces quelques mots.
Lisbeth est libre... il ne sera pas la peine de débarquer à grand renfort de haine, et pour preuve de ma bonne foi voyez je ne verserais pas ce qui reste de votre sang.

La suite, quelques 4 lunes qui s'attardent autour de lisbeth, sita qui les retiens et finit par debarquer avec un rat, heuu non deux rat il y avait aussi assassin puis alejo, andras, gemini, faye...
Après quelques injonctions a expliqué notre acte les coups commencent à pleuvoir et les 4 lunes sont tous conduit a l'hopital dans une marre de sang.

*fait s'assombrir le ciel et tournoyer les nuages entre eux pour finir avec son bouquet final favori un éclair déchirant l'espace accompagné d'une grimace de colère*

Ils n'auront pas mon pardon !!!!     ...bon aller je vais faire semblant d'aller boire un lait chaud chez jaco, ca vas me ressourcer.
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 23/10/2020 à 12:53:24 

Sita ne savait pas ou elle se trouvait, mais elle s'en moquait. La jeune femme regardait à droite et à gauche. Le décor qui l'entourait était froid et vaporeux, comme si elle marchait au centre de nuage. Ces nuages blancs et brumeux que l'on pouvait parfois voir au grès du ciel, semblant annoncer une journée sans soleil, sans lumière et sans joie. De la lumière, elle en avait toutefois, suffisamment pour observer un paysage de désolation, fait d'arbres secs, sans feuilles à la limite de l'extinction et de marbre blanc, vestige d'un ancien monde opulent.

Elle se baladait à travers les ruines, contemplant le spectacle sans ressentir d'émotion particulière. Un peu comme si son état d'esprit était la transposition parfaite de l'image qu'elle avait devant les yeux. Sita était là tout simplement. Ne cherchant rien, avançant à l'infini l'âme éteinte. La française n'aurait su dire depuis combien de temps elle se trouvait dans ce monde. Mais elle savait que le temps passé s'étirait en longueur, et ne se compter plus en minute ni en heure, mais plutôt en année, en siècle.

Quand soudain, une forme apparue loin d'elle, une autre vie que la sienne. Son esprit regagna un peu de conscience pour qu'une petite forme de curiosité prenne vie en elle. Sita devait savoir de qui il pouvait bien s'agir, elle voulait voir la seule personne qui vagabonda ici comme elle. La brune s'approcha doucement, ne cherchant pas à se dissimuler. ses pieds nus entraient en contact avec la fine couche de neige, mais étrangement, c'est seulement à cet instant qu'elle retrouva l'acuité nécessaire pour se rendre compte de l'absence de bruit. Même le son de sa respiration n'existait pas. Seul l'assourdissant silence se faisait entendre.

Après la curiosité, c'est la détresse qui s'insinua en elle. Sita se mit à courir, apeurée vers la forme , tentant d'arriver le plus rapidement possible à sa hauteur. Progressivement la distance qui les séparaient rétrécisser. Sita étudia l'être, se rendant compte qu'il s'agissait d'une femme, brune, vêtue d'une robe blanche longue et étrange. Il ne s'agissait pas de plume, il ne s'agissait pas de tissu. plissant les yeux pour tenter d’apercevoir quelque chose dans ce brouillard ambiant, sita aurait pu croire à des filaments de neige. Ce qui était sur en tout cas, c'est qu'elle n'avait jamais vu ce type de robe et qu'elle n'avait pas les mots pour décrire ce qu'elle avait sous les yeux. La créature continuait son périple sans se retourner. Avec une certaine appréhension Sita posa la main sur l'épaule de la jeune femme et d'une légère pression la fit se retourner.

Ce qu'elle vit la glaça littéralement des pieds à la tête, tandis que son cœur se figea. Comme dans un miroir c'est son propre reflet qui se tenait face à elle, l'observant avec un certain dédain.


Trop surprise pour prendre la parole, c'est son effigie qui s'adressa à elle :

- Ce qui arrivera à ton amie Lisbeth sera de ta faute et entièrement de ta faute. Tu l'as laissée, abandonnée à elle même et à son triste sort. Tu n'auras plus que tes yeux pour pleurer quand elle sera six pieds sous terre.

Sita recula horrifiée, lâchant l'épaule de son double, les affres de la panique s'emparèrent d'elle. La jeune femme commença à suffoquer, cherchant de l'air qu'elle ne trouvait plus. Face à elle, la robe blanche se transforma, une trace rouge s'élargit progressivement. de son point d'origine, c'est l'ensemble de la robe qui devient rouge sang. A travers le voile qui lui obscurcissait les yeux, Sita pouvait voir des gouttes coulait une à une sur le lit de neige formé sur le sol. Avant que ses yeux ne se ferment, elle en était persuadé, c'était bien du sang qui se répandait sur la terre et glissait inexorablement vers elle.
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 23/10/2020 à 18:47:59 

Sita sursauta, relevant son buste d'un bond en inspirant avec violence pour faire rentrer l'air dans ses poumons. Sa main se posa sur sa gorge et elle resta là plusieurs minutes pour tenter de calmer la peur qui lui enserrait le cœur. Essuyant la sueur présente sur son front, elle remit ses cheveux en arrière, dégageant son visage pour poser un regard sur ce qui l'entourait.

Point de mauvaise surprise. Le couple d'Anglais dormait à poing fermé quelques mètres plus loin et son amie d'enfance avait également l'apparence d'une personne endormie. Sita se rallongea auprès d'elle et ferma les yeux, tentant de se rassurer elle même.

- Ce n'était qu'un mauvais rêve voyons, pas un rêve prémonitoire. Je suis sur que Lili va très bien, n'envoyons pas Sidh vers elle maintenant, il l'a réveillerait probablement. Elle a promit d'écrire. Elle le fera demain matin, attend son courrier, il ne saurait tarder.... pas vrai ?

Sita eu une nuit assez agitée. Se réveillant sans cesse entrecoupé de petites périodes de sommeil, qui fut d'ailleurs assez sporadique. Le lendemain c'est avec les traits tirés qu'elle regarda Aénor, son phare en pleine tempête qui la guidait tout en veillant sur elle. Tandis que Lili était pétillante et pleine de vie, l’incitant à prendre son essor dans ce monde et à se révéler à elle même, Aénor avait une nature beaucoup plus calme, plus posée. Sita pouvait être entrainé par le tourbillon de la vie qu'un seul regard posé sur elle l'apaisait immédiatement et efficacement. Elle commença la journée par se réprimander elle même.

- Allons Sita, jeune fille, cela suffit. Tu ne vas tout de même pas appeler la confrérie, ou en tout cas Andras, Monsieur Assashin et dame Faye tout comme l'ensemble de l'armée anglaise pour si peu ! Calme toi enfin ! je suis sur que Lili a dormi paisiblement et que demain elle serra revenue vers toi en te souriant amusée de te savoir si inquiète à son sujet.

Sita prit sur elle, mais son discours intérieur sonnait faux. Elle découvrit comme de coutume la lettre que son amoureux lui envoyait chaque nuit lorsqu'il était absent et qu'elle ouvrait avec empressement dès son réveil. Mais son entrain n'était pas le même ce matin. Elle apprit son envoi à l'hôpital, et chose étrange qu'il avait lui même aperçu quelques jours plus tôt lorsqu'ils s'étaient séparés tous deux près d'Ulüngen, un spectre qui l'avait menacé. Elle le morigéna intérieurement, le blâmant un tantinet de lui avoir cacher cela. Si elle avait été au courant de l'affaire il est clair qu'elle aurait freiné des quatre fers le départ de Lili, dusse t'elle la ligoter contre un arbre. Elle lui en voulait un peu de lui cacher ce genre de "détail". La jeune femme savait que sa vie était quotidiennement en danger et que cela rimait pour lui à de la pacotille habituelle mais qu'importe ! Elle voulait savoir qui pouvait lui vouloir du mal afin de se méfier des uns et des autres. Sita était même sur que s'il était face à elle il lui dirait quelque chose comme " Ma douce, les 3/4 des habitants de l'île veulent ma mort, si je vous dressais la liste vous n'en auriez pas finit."

C'est levant les yeux au ciel face à ses propres pensées qu'elle entendit Aénor se redresser. La pauvre faisait peine à voir. Tout comme Sita, elle n'avait pas du fermer l'oeil de la nuit. La brune enjoignit son amie à se recoucher et à trouver le sommeil. de toute façon, parfaitement alerte, Sita malgré l'heure matinale ne comptait pas faire de même. Autant que son amie française essaye de combler le manque de repos pendant qu'elle veillerait sur elle.

C'est à ce moment précis que Sita reçue la première lettre de Lili, suivit d'une réponse quand la brune lui demanda des précisions. Elle lui écrivait qu'un homme était arrivé pendant la nuit pour veiller sur elle, et lui en fit la description physique à la demande de Sita. Torse nu, pas très attrayant, et un médaillon des 4 lunes autour du cou. Voici les seules informations dont elle disposait.

La jeune femme rassura son amie d'un sourire et la força à fermer les yeux, restant près d'elle pour la veiller au mieux tandis qu'une multitude de courrier arrivait. Le petit Cole d'abord, tombait sur le coup la veille, suite à un éboulement trop violent, puis Monsieur Assashin avertit de l'implosion du groupe par le rat et qui venait aux nouvelles. Il lui apprit également dans la même missive quelque chose d'inquiétant. Madame Faye manquait à l'appel depuis hier. Il pensait qu'elle avait peut-être été capturé pendant sa fuite. La confrérie devait être sur le qui vive, en attendant des informations complémentaires permettant de localiser la courtisane absente.

Mais que pouvait il se préparer dans l'ombre ? Une rencontre étrange, une disparition... Sita serra les dents, une boule d'angoisse venant lui enserrer la poitrine.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 25/10/2020 à 15:29:54 

Sita regardait Aénor dormir quand la lettre de midi arriva. L'ouvrant avec avidité, Sita en prit connaissance :

C'est étrange,
je ne suis pas seule mais avec plusieurs corsaires portant tous le même médaillon, 4 en tout pour le moment. Le monsieur torse nu veut pas que je bouge et dixit " j'te conseille de rester ici bien souple sur tes ptites pattes arrières"
C'est pas un accueil très agréable ...
Lili

Elle eu à peine le temps de comprendre, qu'elle reçue une nouvelle missive d'un Assashin particulièrement énervé. Lisant rapidement sans y prêter vraiment attention, elle était accaparé à plusieurs lieux de cela, vers l'endroit ou lili se trouvait. Sita se sentit mal, respirant difficilement. Dans quel pétrin son amie c'était elle effectivement fourré ? Elle se releva marchant de long en large, à la fois angoissée et furieuse , se parlant à elle même à voix basse. cherchant la meilleure conduite à tenir face à cette situation. Aller la chercher des maintenant ? Attendre encore un peu ? La française en était à ces réflexions quand l'aigle noir de l'amant de son amie se posa à plusieurs reprise près d'elle. Son propriétaire venait aux nouvelles en écrivant toute sa colère. Ses mots effrayaient d'autant plus la jeune femme qui n'attendait qu'une chose, des nouvelles de son amie. Une heure de doute plus tard, c'est avec les mains tremblantes que Sita ouvrit avec inquiétude une nouvelle lettre. Elle découvrit une écriture maladroite, bien loin de l'écriture fluide et agréable de Lili :

Sita ... vient et surtout seule avant demain matin. Si tu respectes cette condition nous serons libres dans la matinée. Ils ont un message à nous délivrer, uniquement un message. S’il te plaît ne vient pas accompagnée, je t’en supplie.
Lili

Le coeur lourd, Sita lu, et relu le bout de papier. D'une part parce qu'elle n'arrivait pas à concevoir ce qui y était écrit, d'autre part parce qu'elle souhaitait de toute ses forces qu'il s'agisse d'un mirage, d'un cauchemar et qu'en se concentrant le corps du message changerait pour quelque chose de plus optimiste. Mais évidemment ce n'était que chimère. Lili était maintenant officiellement en danger et le visage de Sita se rempli alors de larme. C'est ce moment que choisit Aénor pour se tourner vers elle, et lui demander :

- Peux tu m'en dire un peu plus sur ce qu'il se passe s'il te plaît ?

Lui tournant le dos elle essuya son visage et lui fit face, les yeux dans le vague, ne pouvant soutenir son regard pour lui répondre :

- Oui pardon. tout avait l air d'aller jusqu'à la dernière lettre. Évidemment elle n'a pas trouvé le mourant dont il était question à l'origine. Mais à la place il y avait un certain nombre de 4lunes. Dans la dernière lettre , on peut remarquer qu'elle est contrainte. Elle me dit de venir avant demain matin. Seule.
- Elle te dit de venir seule, sans t'en dire plus ? * demanda t'elle en fronçant les sourcils *

Sita lui tendit la lettre qu'elle tenait toujours en main

- Regarde. Je vais renvoyer une lettre et donner mes propres termes. A savoir que je viendrais demain dans la soirée. Ça laissera le temps aux pirates de me retrouver. J'entrerais seule mais je les aurais en soutien. Je ne suis pas totalement suicidaire. Et j'ai l impression que ça a été dicté sous la contrainte.

Aénor, les larmes aux yeux, se leva pour venir serrer entre ses bras son amie d'enfance.

- Sois prudente je t'en supplie * lui dit elle dans un souffle *
- Oh je suis désolée Aénor. Ne t'inquiètes pas . Je m'en sortirais. J'ai un rat, deux pirates avec moi. Peut être que d autres viendront. * lui répondit Sita, en l'embrassant sur le front. Un geste tendre pour tenter de la rassurer au mieux face au danger qui s'annoncer pour les jours à venir *
- Je suis heureuse de savoir que l'on veillera sur toi, puisqu'il ne m'est pas permit de le faire... Je serais de retour à port louis dans quelques jours, afin d'être à l'abri
- Oui je comprend aisément ton envie de te mettre à l abris. Je risque de blesser des gens. J espère que ton opinion sur moi n en sera pas altéré. Mais je ne peux pas laisser le kidnapping de mon amie et l annulation de mon mariage impunis * lui dit elle, le regard dur *
- Ne t'en fais pas pour ça, mon pacifiste ne me pousse pas au jugement. Tout ce que je souhaite c'est qu'il ne t'arrive rien... Cependant je ne comprends pas ce que ces 4 Lunes ont contre toi.
- En effet j aimerais bien le savoir également. Je sais qui ils sont mais je n ai jamais parlé avec eux. Ou très peu.
- Ce sont des mercenaires, sans doute ont ils été payé, mais par qui et pour quoi ?... Penses à m'écrire, d'accord ?
- Oui bien sûr. Je te tiendrais au courant. Les hollandais ne sont pas ennemis des pirates. Les espagnols sont bien trop occupés avec ses derniers pour leur guerre . Reste les Anglais, la France n'est pas vraiment en position de payer quelqu'un.
- Les Anglais ? Ta propre nation s'attaquerait à toi ?
- Je ne vois personne d autre. Et au vu de leur activité récente cela pourrait éventuellement se comprendre. Pas qu'ils m attaquent mais qu'ils se révoltent face aux pirates.

Songeuse, Sita attendit que le couple d'Anglais soit disponible et écrivit en attendant à monsieur Assashin et à Andras pour convenir d'un rendez vous pour le soir même. Entre chien et loup, elle rangea ses affaires, revêtit sa tenue de combat, affuta sa lame, vérifia le mécanisme de son arbalète ainsi que son nombre de carreaux et annonça d'une voix monocorde et le visage fermé

- Je dois vous quitter. Je ne peux pas laisser mon amie dans cette situation. Je suis navrée dame Hernanone, monsieur Slaughter. mais vous comprenez bien qu'il s'agit d'une question de vie ou de mort.

Elle les salua, prit son amie Française dans ses bras, puis partie seule pour faire ce qu'elle devait désormais se résoudre à faire. Attaquer, des inconnus pour la survie de son groupe.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 25/10/2020 à 16:27:53 

Le chemin fut assez rapide, il était convenu qu'ils se retrouvent près du repaire mais Andras lui fit la surprise de l'attendre à la sortie. Étonnée, Sita lui sauta littéralement dans les bras. Les retrouvailles avec son fiancé l'avait toujours mis en joie. Mais ce jour était différent. Elle le regardait, l'embrassait mais c'était comme si une autre avait prit son contrôle. Une personne froide et distante. Son visage restait profondément fermé. La seule chose qui pouvait le rassurer fut la lueur, fugace mais réelle de son amour pour lui.

Sans tarder davantage, et prenant sa main elle le suivit. Andras l'amena au campement prévu. Monsieur Assashin s'y trouvait déjà. Renfermé sur lui même, son visage était transformé par la colère et l’inquiétude. Lui qui de nature si narquoise, ayant toujours un mot pour narguer les gens restait hermétiquement clos ce soir.

La jeune femme échangea un regard avec son amoureux et ils s'installèrent un peu à l'écart, Sita dans ses bras. Tandis qu'il tentait de lui faire plaisir et d'alléger l'atmosphère, elle laissa libre cours à sa colère. Le prévenant à brûle pourpoint et sans prendre de gant que leur mariage ne pourrait avoir lieu. Qu'il fallait se concentrer sur le sauvetage et surtout punir ces gens qui avaient osé sans prendre à eux. Il l'écoutait, la serrant contre lui, caressant ses cheveux. Quand la flamme de sa colère, et son flot de parole diminua il lui répondit calmement.

Avant de s'endormir, elle écrivit à Cendre pour prendre de ses nouvelles et lui expliquer les déboires qu'elle rencontrait actuellement. Puis, surtout, elle répondit à Lili, (et au spectre) sachant que sa lettre serait lu par les hommes qui l'a retenait captive. Sita leur donna un autre rendez vous, prétextant que la distance qui les séparaient été bien trop grande pour être faite en une seule journée. La réponse ne tarda pas à venir et c'est tendue et en colère que la jeune femme ferma les yeux pour tenter de se reposer. La chose chose qui l'apaisait était la présence de son fiancé contre elle. Au moins, ils étaient unis face à l'adversité.
Cole l'exploRATeur
Cole l
Connecté
Inscrit depuis le :
04/05/2020
Posté le 25/10/2020 à 16:44:58 

Mademoiselle Sita etait partie alors que le rat dormait, et quand il se reveilla elle n'etait plus là, tout de suite la panique le prit.

"Ou qu'elle est ?! Ou est Mademoiselle Sita"

mais il comprit très vite alors qu'elle etait partie, seule, vers son amie Lili. Il se mit à tourner en rond car lui aussi voulait la sauver, mais il attendit le signal. 
Lisbeth
Lisbeth
Connecté
Inscrit depuis le :
08/05/2020
Posté le 25/10/2020 à 16:51:59 

Je voyais bien dans son regard l'inquiétude mais j'étais vraiment persuadée que je serais de nouveau à ses côtés une fois le vieux soigné. Un appel à l'aide, je ne pouvais pas rester insensible et avoir un mort sur la conscience

*un regard autour d'elle dans cette clairière*

Bon .. en effet ... elle avait eu raison de s'inquiéter. Ils n'avaient pas l'air sympathiques du tout surtout quand ce Springle m'attrape le poignet avec virulence et m'ordonne de dire à Sita de venir seule en me soufflant son haleine nauséabonde en plein visage.

"et qu'elle vienne seule si elle ne veut pas que son mariage finisse en bain de sang a vous faire penser a une marrée d'équinoxes."

A la limite de tomber dans les pommes, je tente de gagner du temps avec ce que je savais faire de mieux hormis soigner, c'est à dire parler et les saouler jusqu'à épuisement.

L'effet attendu n'avait pas eu lieu, à la place, une fine lame s'enfonçait dans mon bras et une tomate pourrie s'écrasait sur mon visage m'ordonnant de me taire.

"Mon compagnon est pirate, à l'heure qu'il est, il est déjà en route, je dis ça je dis rien mais vous êtes prévenus !"

Une fois de plus j'aurai du me taire, je reçois deux méga coup de tête qui me projettent dans un coin et quand je reprends conscience ils sont là tous autour de moi à me dévisager

"oh le beau visage, un vrai petit ange !  venez donc mes amis, rapprochez vous de ce joli minois pour le contempler de plus près...venez oui venez... on va bien veiller sur toi joli minois ! *tousse et manque de s'étouffer* Oh bordel Michto file moi un peu de vinasse j'ai une arrête coincer dans le gosier!! Oups!!! *met sa main sur sa bouche"

Repliée sur moi même, mes pensées vont vers Sita, navrée de l'embarquer vers des soucis que j'aurai pu lui éviter en écoutant sa sagesse, je suis tout son contraire et pourtant qu'est ce que je l'aimais ! je pense au mariage qui n'aura certainement pas lieu, à l'inquiétude d'Assashin, lui aussi je l'aimais, enfin je pense mais promis je vais faire des efforts, il n'y aura peut être pas de prochaine fois enfin c'est pas sûr mais je vais y travailler ...
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 25/10/2020 à 17:42:04 

Sita était heureuse. Au comble de la félicité. Ses demoiselles d'honneur Aénor et Lili étaient présentent face à elles. Les deux femmes l'admiraient dans sa robe de mariée. Face à son propre reflet la jeune femme se souriait à elle même. Ses cheveux d'un noir de jais était relevés en un chignon savamment orchestré des mains de maitre d'Aénor. Son visage, adroitement mais modérément fardé par les talents de Lisbeth. L'ensemble harmonieux, était rehaussé par l'emploi de boucles d'oreilles en diamant et légèrement tombantes, afin de parer son long cou gracile.

Sa robe, du blanc le plus pure ce qu'elle n'avait jamais aperçu jusque là, ni osé espérait dans ses rêves les plus fou cachait les formes de sa silhouette. Elle ressemblait un peu à une religieuse, car la forme de l'habit ne cherchait pas à la mettre en valeur, et pourtant, pourtant, la brune savait en s'étudiant dans la glace qu'elle n'avait jamais été autant à son avantage. Tout était dans la discrétion, les allusions cachés. La française tourna sur elle même, vérifiant les pans de sa robe qui tombait avec grâce et élégance sur le sol. Sita était certaine de plaire à son fiancé, et en ce jour monsieur Assashin devrait bien reconnaitre que le surnom d'ange lui revenait de droit. Car,

Aujourd'hui c'était le grand jour, aujourd'hui elle allait s'unir à l'homme qu'elle aimait d'un amour sincère et pur. Le véritable amour. celui qui n'impose rien, qui prenait la personne telle qu'elle était, sans la transformer. Faisant fi des obstacles se dressant sur leur route pour marcher et lutter ensemble pour réussir à trouver une paix tranquille.Et c'est ce qu'ils avaient. Vraiment.

Tournant les talons après un regard vers ses chères amies, elle sortit de la pièce ou elle c'était préparée, les filles sur ses talons. Marchant à travers décor somptueux, d'un monument imposant, et vide, Sita franchit le seuil d'une arcade et posa ses talons sur le sol de gravier. Elle poursuivit son chemin vers le lieu de la cérémonie tout en regardant avec bonheur les flocons de neige se mouvoir face à elle.


 

Le sourire aux lèvres, le cœur battant la chamade, ses émotions se lisaient instantanément sur le visage. Contournant une fontaine, elle arriva bientôt, devant une prairie qui s'étendait à perte de vu. Devant elle, Sita pouvait observer des chaises , et des gens qui discutaient gaiement entre eux.Elle sentit une pression sur son bras. En se retournant elle regarda Lili qui lui souriait gentiment. Rougissante, hâtive d'arriver, elle se remit en route.

Mais la vision qu'elle avait sous les yeux avaient changé. Elle se trouvait toujours dans une prairie, mais à la place des chaises il y avait quelque chose d'autre. A la place de la foule, le vide. Inquiète, elle pressa l'allure. N'entendant plus ses demoiselles d'honneur marcher derrière elle. Au fait et place de la cérémonie, elle s'arrêta devant une première croix, planté dans le sol. Dessus était gravée un nom " Lisbeth ". Pour se rassurer Sita se retourna une nouvelle fois, pour s'assurer que Lili se trouvait bien avec elle. Et effectivement, elle était là, avec elle, lui souriant de ses lèvres sans vie, de son regard vide, tandis que de son cuir chevelu coulait une large trainée de sang. Le liquide s'intensifia, lui recouvrant le visage. Le cadavre de son amie tendit le bras vers elle. C'est affolée, se mettant hors de porté par un bond en arrière que le premier son sortit de sa bouche. Un cri, long, angoissant et strident. Ne laissant aucun doute sur la peur et le désespoir que son auteur pouvait éprouver en cette instant. En reculant, la brune avait à présent son autre demoiselle d'honneur dans son champ de vision. Aénor. Et à l'heure actuelle la copie conforme de Lili quant à son état de santé. Hurlant une nouvelle fois, la jeune femme se retourna pour prendre la fuite. Se faisant, remontant l'aller centrale qui aurait du être la remontée vers son futur mari, elle observait à droite et à gauche d'autres croix. Le nom d'Aénor en premier, puis celui de tout ses invités. Horrifiée, effrayée, gémissant pour tenter d'appeler au secours elle s'arrêta impuissante face aux deux dernières croix. Celle de droite, avait le nom de son aimé. Les larmes qui coulait depuis son premier hurlement, inondé son visage, laissant les traces noires de son maquillage se répandre sur ses joues. Sur celle de gauche, aucun nom n'avait été noté, mais dans un éclat de lucidité Sita eu le sentiment que c'était sa propre tombe qu'elle voyait sous les yeux. Et de fait, une tombe avait était fraichement creusé, laissant le tombeau vide ouvert à ses pieds

Un mouvement lui fit tourner l'oeil, mais trop tard. Quelqu'un l'avait poussé. La future mariée ne pu échapper, ni même ralentir sa chute. Sita atterri dans la terre et se recroquevilla sur elle. Hurlant de toutes les fibres de son corps son épouvante.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 30/10/2020 à 12:04:25. Dernière édition le 30/10/2020 à 15:48:52 

Nouveau cauchemar, nouveau réveil en sursaut. Le regard de Sita se posa sur Andras. En d'autres circonstances elle aurait été calmé instantanément par la présence de son fiancé. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui elle était prise de tremblement incontrôlable. Aujourd'hui l'angoisse qu'elle avait ressentit dans ses rêves étaient transposés sur le sort de Lili.

Son amie était seule face à tout un groupe de mercenaire. Etaient-ils violent ? Physiquement ? Dans leur propos ? Pire, l'avaient ils violés ? Ou encore abattu froidement ?

La détresse que ressentait la jeune femme était indescriptible. La peur qu'elle ressentait été principalement du aux pensées qui la tenaillaient sans cesse. Fébrile, elle hésitait encore sur la marche à suivre. Son coeur contrairement à sa raison lui disait de partir maintenant sans attendre les hommes. Elle serait elle même prise au piège et en danger mais au moins elle pourrait la voir et connaitre son état.
C'était l'absence de nouvelle qui lui pesait énormément. Finalement elle ne savait pas ce qui était le pire. Recevoir des lettres et imaginer la suite des événements, stressée, en attente d'un nouveau courrier. Ou au contraire ne rien recevoir et à partir de là laisser son cerveau réfléchir à divers scénarios, tous plus glauque les uns que les autres.

Que ne donnerait elle pas en cet instant pour être auprès d'elle et la serrer dans ses bras, en sécurité dans un endroit paisible et calme. Mais le sort qu'on leur réservait ne l'avait pas permis. Etait-ce le choix des hommes ? Ou le destin qu'IL lui réservait ? Le seigneur était il courroucé de sa décision ? De leur décision à toutes deux d'aimer des pirates, en marge de la bonne société ?

Elle chassa ses pensées en secouant la tête. Dieu était bon et miséricordieux. Dieu était amour et bienfait. Cela ne pouvait être de son fait. Cela n'était que la main d'Homme. Ces mercenaires qui ne comprenaient rien à l'amour, à la tendresse qu'un homme et une femme pouvait ressentir l'un pour l'autre. Lili et elle n'avait pas choisis. C'était ainsi.

Et à présent Lili payait, au prix de sa captivité, le chemin qu'elle avait emprunté. Car évidemment c'était bien cela qu'on leur reprochait n'est-ce pas ? Leur relation. Sita en était presque certaine. l'enlèvement de Faye le même jour que la rencontre avec le Spectre. Et le fait que ce dernier n'avait pas voulu d'Aénor. Les deux enlèvements étaient liés obligatoirement !  Et qu'avait elles en commun toutes deux Lili et elle ? Elles étaient Anglaises, jeunes arrivantes et on les savaient proche de la confrérie. Enfin, la confrérie... les gens avaient des jugements hâtifs bien sur. Elles aimaient et étaient aimés d'un pirate. Si les 4 lunes étaient proche de la générale Anglaise, ils n'auraient pas tenté de capturer  deux ressortissantes Anglaises. Mais deux femmes amoureuses des "mauvaises" personnes ? C'était le plus plausible.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 30/10/2020 à 15:48:33 

Elle en était à ses réflexions quand Cole surgit dans la nuit. Il était heureux de les revoir et ça se voyait. Il sautillait de l'un à l'autre en réclamant des grattouilles. Sita l'observa et une fois calmé elle le prit sur son épaule. L'informant des dernières nouvelles reçues.

Monsieur Assashin tirait de ses songes, (ou plutôt de la joie qu'il m'était à imaginer les choses qu'ils feraient subir à leur adversaire) tendit la main pour récupérer la lettre que Sita avait reçu juste avant de s'endormir. Il eu du mal à se contenir, il avait la rage est cela se voyait. Comme Sita un peu plus tôt , on voyait dans ses yeux qu'un infime déclic pourrait le faire accourir à sa bien aimé. Le suivant du regard alors qu'il faisait les 100 pas, elle compatissait de toute la fibre de son être, car ce qu'il ressentait, elle le ressentait également. La jeune femme arrivait juste mieux à le cacher que lui.

- pourquoi on va pas les surprendre dans leur sommeil pour leur apprendre à toucher ce qui est à moi? Tuer dans leur sommeil, recommencer à leur éveil. Encore et encore et encore....

Elle le regarda en fronçant les sourcils. Cet andouille allait il passer à l'acte ? Allez secourir sa demoiselle en détresse et se laisser prendre prisonnier ? Certainement pas ! Sita allait le surveiller et de près.

Le gardant dans la périphérie de sa vision, elle écrivit à mademoiselle Faye pour prendre de ses nouvelles. Cette dernière ne tarda pas à lui répondre et à lui fournir les informations dont la jeune femme avait besoin sur la capture de cette dernière. Cela lui donnait beaucoup à réfléchir.

Plus tard dans la journée, c'est Faye elle même qui arriva en compagnie de Madre Anna. Les discussions allaient bon train, cherchant à élucidé le commanditaire de ses enlèvements. Mais la religieuse était toujours suspicieuse à l'égard de la Française, surtout quand celle ci reçue une lettre de sa Générale lui demandant des nouvelles. Madre Anna la prenant à partie devant le groupe, et les regards dardaient sur elle, Sita répondit très courroucé face aux reproches voilés que la nonne se permettait de lui faire. hargneuse, elle lui lança la lettre qui lui valait tant de reproche. Ce n'était clairement pas le moment de lui chercher noise, une seule phrase malencontreuse et c'était sa dague que la jeune femme sortirait. Le regard noir, elle était bien décidée à se faire respecter, avec perte et fracas s'il le fallait.

Sur la réserve, la brune observa l'assemblée. Gémini et son acolyte Effie était arrivé peu après, et un cailloux parlant également. Méfiante, car du même bandeau qu'elle, c'était une nouvelle personne à surveiller du coin de l'oeil, mais les pirates et particulièrement Faye semblait lui faire confiance. Les propos qui sortaient de sa bouche, semblaient rassurantes.

L'heure approchait, bientôt Sita devrait se mettre en route. Seule.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 31/10/2020 à 13:14:23 

Le vendredi 16 était arrivé, et elle n'avait déjà que trop tarder. Après l'annulation de son mariage, elle n'abandonnait pas que Cole, mais également une partie de la confrérie. Ces derniers l'a regarda partir en éclaireur. Sita leur jeta un dernier regard à tous. Terminant par monsieur Assashin, dont elle voyait de plus en plus la nervosité à fleur de peau, et enfin, son futur mari, devant elle, qui n'avait pas l'air d'apprécier du tout son plan.

- Je vais me mettre en route. J'ai besoin de savoir si Lili va bien, et ce qu'ils nous veulent. Ne pas le savoir me rempli d'angoisse
- Alors, des nouvelles? Quelqu'un est-il allé espionner? * demanda Madre Anna *
-  Je vais y aller en éclaireur.
- Sois prudente. Ce n'est pas la peine de leur offrir une victime de plus. * lui répondit la Nonne *
- ouais et tu éclaire vite.

Sita leva les yeux au ciel en entendant Assashin grogner sa réplique, et se tourna vers Andras, pour échanger avec lui dans une intimité toute relative :

- Je vous accompagne.
- Non mon amour. Je dois y aller seule comme demandé. Mais rassurez vous car je le suis moi même en vous sachant derrière moi, près à intervenir.
- Vous voulez que j'attende sagement pendant que vous vous jetez dans la gueule du loup ? Vous voulez ma mort, a deux jours de nos noces, mon amour. Je ne vais pas vous mentir, je n'aime pas ca. * lui dit il en détournant le visage *
- Mon coeur, mon amour, ma joie, ma raison de vivre. Nos noces sont annulés. Nous ne sommes pas en état de nous réjouir. Mais je vous promet que ce n'est que partie remise.
- Soit. Je désapprouve, mais je comprends. J’espère que vous ne m'en voudrez pas pour les morts que je ferai en représailles. Je ne laisserai pas un seul d'entre eux en réchapper. Au moindre mouvement suspect, vous nous faites signe.

Andras avait du mal à se contenir, sa fureur se lisait sur son visage. Mais, Sita réussit à le convaincre que c'était pour le mieux. Elle récupéra ses armes et après l'avoir enlacé et embrassé une dernière fois, sortie rapidement.

Sa décision était prise. Elle irait seule et tenterait de gagner du temps en apprenant le plus d'information possible.

Mais, avant cela elle s'interrompit. Une dernière lettre à envoyer, une dernière carte à jouer.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 31/10/2020 à 13:25:00 

Sita marchait seule, perdue dans ses pensées. Le mélange d'émotion qu'elle ressentait en son coeur était sur le point d'exploser. Dans peu de temps maintenant elle saurait. La jeune femme pourrait revoir Lili et alors le voile du mystère se leverait. serait elle en bonne santé ? battue ? Toutes ses questions allaient enfin trouver ses réponses. En tout cas elle l'espérait. Car elle avait bien l'intention de les faire parler. Apprendre ce qu'ils savaient et surtout connaitre le fond de leur penser. Un message à transmettre disaient ils ? Non, cela ne pouvait pas être que cela. Ils lui voulaient du mal, elle en était certaine.

Sita plus tôt dans la journée avait envoyé son courrier à Anna. Son mariage était annulé, et en comprenant toute l'ampleur que cela prenait, elle eu un choc : dans deux jours elle ne deviendrait pas la femme d'Andras. On lui avait volé son mariage.

S'arrêtant contre un arbre, elle ferma les yeux et respira, cherchant à se calmer avant que la tempête ne débute. Mais, l'ouragan était en elle, tourbillonnent dans son coeur, emportant tout sur son passage pour ne laisser que la fureur des abimes. Un bouillonnement de rage s'empara de tout son être : On avait enlevé Lili, on avait choisit sciemment de leur faire du mal.

Ouvrant les yeux, les prunelles noirs qu'ils dévoilèrent, montrèrent toute la haine que la jeune femme pouvait ressentir en cette instant.

Ces hommes, elle allait leur faire payer leur audace.

Résolue, elle reprit son chemin avec énergie, sifflant Sidh pour que ce dernier face le guet au dessus de la cime des arbres. Non seulement elle allait leur rendre la monnaie de leur pièce, mais elle le ferait avec efficacité et acharnement .

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 01/11/2020 à 16:57:46 

Sita savait ou trouver Lili. Cette dernière lui avait parler d'une forêt dense quelques jours plus tôt, celle qui se trouvait à la lisière de la corniche. Quand la jeune femme arriva sur le lieu de sa destination elle se tapit dans les ombres. Marchant d'arbre en arbre pour ne pas se faire repérer. La française poussa aussi loin qu'elle le pouvait pour ne pas se faire détecter. De cet endroit Sita découvrit 3 hommes, tous déguisés et porteur de faux. Elle s'arrêta et siffla à la manière d'un aigle pour appeler Sidh à elle. Elle fit porter un premier message aux pirates attendant impatiemment plus loin.

Elle attendit, à l'abris son retour puis s'avança plus près encore, le dos plié pour se rapprocher un peu plus encore. Elle compta comme elle le pu les ravisseurs et envoya un dernier message informant son fiancé du nombre. 6 personnes entourés Lili. ils l'avaient acculé dans un coin reculé, et s'étaient réfugiés non loin d'un feu. Le but de sa mission était de réussir à connaitre le plus de détails possible avant d'aller se placer sciemment dans la gueule du loup. Mais le second message était à peine parti qu'un faucheur la découvrit. Effrayée par son apparence, mais consciente de tout ce qui l'entourait, Sita fit le vide dans sa tête et avant qu'il ne fasse un mouvement elle se releva, et fièrement s'avança vers les ravisseurs.

Le visage rouge de colère elle s'arrêta face à eux, cherchant une ouverture pour se rapprocher le plus possible de Lili qu'elle ne faisait qu'entre apercevoir entre leur corps.

- Je suis là. Vous aviez un message à mon attention, je vous écoute.

Les ravisseurs se tournèrent en un même mouvement vers elle, ce qui lui permit de voir le visage de son amie. Sita grimaça en observant le visage tuméfié qui semblait heureuse de la voir.

- oh Sita ! quelle plaisir de te voir ! pourquoi tu fais cette tête ?

La jeune femme fronça les sourcils. D'accord, Lili avait toujours était optimiste, mais là ça frisait le ridicule. Elle n'était pas venu prendre le thé !

Tandis que les hommes cherchaient à l'entourer, elle se rapprocha de la captive, tout en gardant un oeil vers l'entrée ou elle était apparue. Sita savait que les pirates prendraient le même chemin qu'elle. Il fallait donc surveiller du coin de l'oeil, pour percevoir les mouvements qui seront les prémices du combat à venir. En attendant, elle se concentra sur sa mission, savoir pourquoi elle était là.

Elle observa à loisir les hommes présents. Ils faisaient peur dans leur costume. La faux que chacun tenait, semblait bien tranchante et prête à découper des têtes. On les pensait venu d'un autre temps, d'un autre monde. Sita serra les poings à la limite de faire couler son sang. Elle ne se ferait pas avoir, non, il fallait rester concentré sur l'objectif. Sauver Lili. Ce n'était que des masques, et en dessous, il n'y avait que des hommes, vils certes, mais des hommes. Sa colère grandit, relevant fièrement la tête, Sita décida de leur faire face. farouchement et avec détermination.

- Comment ça cette tête ?! Mais tu as vu leur physique; Ils se prennent pour l'ange de la mort ? Et puis pourquoi dis tu "plaisir" . Tu appelles cette rencontre un plaisir toi ?
- oh ça va, ils m'ont un peu tapé, soigné et faire boire des trucs étranges mais l'important c'est que my darling a toujours été là, regarde comme il est beau avec sa capuche !
- My darling ? * demande Sita en prenant un air choquée * Toujours la ? Capuche ? Mais de qui parles tu monsieur Assashin n'est pas ici !

Consternée, Sita n'était pas encore au bout de ses peines. Qu'avaient ils bien pu faire à Lili ? Son amie n'était clairement pas dans son état normale. Et si la suspicion était grande, la remarque suivante de Lili finit par lever le peu de doute qui restait encore à Sita

-  Assashin ? c'est qui lui ?

Tournant la tête, surprise et horrifiée par ce qu'elle entendait, le fameux homme à la capuche ( tout au moins celui qui était au plus près de Lili) en profita pour se rapprocher et coller sa faux sous le nez de la française en disant aux autres

- Celle la faut lui faire boire la potion d'Bra... de Mr Springles.

L'espèce de vieille chose décrépite la menaçant, elle se recula pour se maintenir à distance. Balayant sa peur d'un revers de main , elle fit face

- Ah tient, donc le fameux mourant n'en est pas un ! et en plus vous pensez que je vais me laisser faire et boire un breuvage abject?! Dites moi, vous lui avez fait boire aussi ?

Se tournant vers Lili elle tenta de lui expliquer qui était Assashin pour elle

- Monsieur Assashin est ton pirate, ton amoureux. Tu as même décidée de rester fidèle parce qu'au fond de toi tu l'aimes. Qu'est-ce qu'ils t'ont donné pour que tu l'oublies ?

Mais elle semblait sourde à toute discussion sur le sujet. Elle n'avait d'yeux que pour l'homme à la faux qui tenait en respect Sita

- Honey, laisse la tranquille, elle n'a pas soif, on va aller faire un tour dehors je vais lui parler
- Honey ? Mais tu parles de lui là ? cette chose affreuse ?
- Oui et son ami a même amener son carrosse pour notre mariage. C'est un déguisement ! c'est les 4lunes en fait ! il est pas moche du tout !

Ces échanges ne duraient que quelques minutes, minutes pendant lesquels les faucheurs se plaçaient de manière à couper la route aux deux femmes. Ce qu'elle s'attendait à trouver en arrivant ici ? Sita ne le savait pas. Mais, voir Lili qui n'était plus elle même, c'était un nouveau coup de poignard dans le coeur. On avait osé la changer, lui imputer une partie de sa raison, de son âme et de son coeur. c'était plus que la jeune femme ne pouvait supporter. Sita était furibonde, et c'est à ce moment que son signal retentit dans les airs, un cri de rage.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 20/11/2020 à 12:49:06. Dernière édition le 20/11/2020 à 14:55:09 

Il n'en fallait pas plus à un amoureux en colère pour surgir de la jungle à son appel.

- Lili !!!!!

Si Sita n'avait pas était aussi préoccupée elle en aurait rit. Assashin arrivait en trombe, regardant de droite à gauche pour retrouver le visage de sa compagne tout en tenant à distance les hommes. Des propos pas très catholique sortaient de sa bouche, et la situation avait quelque chose d'un peu comique. Mais, malheureusement elle le devenait beaucoup moins quand le pirate et Sita se rendirent compte que l'espoir était vint. Lili ne reconnaissait pas son amant. Cela mit l'homme dans une colère noire :

- C'EST MOI !! Qu'à tu fais sale vermine! * rugit-il en sortant sa lame pour pointer l'un des agresseurs*
-  Oui oui c'est toi ! * répondit une Lili effrayé par la fureur de cet inconnu. Elle se réfugia dans les bras de Sita, semblant y chercher la sécurité et le réconfort de la seule personne qu'elle connaissait vraiment *
- Ce n'est rien il n'est pas toujours comme ça.... avec toi * lui souffla Sita, en la serrant contre elle.

La poudre était installée, il ne restait plus qu'à allumer la mèche. Et lorsque le compagnon de Sita arriva à son tour, Assashin perdit patience face au mutisme des hommes qui voulaient à tout prix garder leur secret. Un premier coup partit, puis un suivant, et encore un autre. Andras, évaluant rapidement la situation, se joignit à lui. Cole arriva sur ces entrefaites et du coin de l'oeil la jeune femme découvrit également l'ami qu'elle avait appeler en renfort un peu plus tôt dans la journée. Le tireur restait dans l'ombre de la jungle, son pistolet au poing, observant la scène prêt à intervenir au besoin.

Un premier tomba, mais c'est alors que Cole décida d'aller houspiller les faucheurs. Mal lui en prit, il s'envola littéralement pour aller s'écraser sur un arbre. Assommé sur le coup. Le sang de Sita, bouillonnant déjà dans ses veines ne fit qu'un tour. La colère, qu'elle éprouvait déjà se changea en fureur. Une fureur sourde et froide. Lâchant Lili, elle fit face au rustre et interpela les hommes pirates qui étaient déjà entrain de le tenir en respect

- Messieurs voyons. Pourriez vous me laisser cet homme ? Je n'ai pas trouvé son comparse qui a amené Lili ici, mais lui, qui me montrait sa faux d'un peu trop près va payer ! On ne ruine pas mon mariage sans s'en mordre les doigts ! Et surtout on ne touche pas à MON rat !

Sita s'avança et sortit sa dague qu'elle tenait caché face au faucheur en question. L'homme déjà malmené n'opposa aucune résistance et sombra en un coup dans l’inconscience. Mais, la jeune femme n'en avait pas finit. Cela ne lui suffisait pas. Elle voulait voir ces hommes saigner les uns après les autres. Elle avait soif de sang, soif de vengeance. Regardant Assashin, puis s'attardant ensuite sur son fiancé elle brandit sa dague et continua son office. Elle prit des coups, c'est sûr, et même un joli nombre.

Tandis qu'Assashin, donnait des baffes à qui mieux mieux pour tenter d'avoir des informations, Sita faisait équipe avec Andras. Ils se protégeaient l'un l'autre, affrontant leur ennemi ensemble. Shi Anku, leur donna du fils à retordre. Mais avec patience et détermination ils en virent à bout.

C'est à peine si Sita entendit Lili faire une remarque quand son prétendu fiancé partit retrouver les infirmières

- C'est triste, on devait se marier ... enfin je crois

Et d'ailleurs cela valait mieux. Se tournant vers le prochain elle lui adressa quelques mots, tandis que son homme le ceinturait

- On ne vient pas enlever impunément ma Lili. Je ne suis pas une jeune écervelé qui vient sans renfort.

Sortant l'arbalète qu'elle venait juste de s'offrir elle la pointa en direction de l'ennemi. Sita n'avait toujours pas prit de cours, Alejo lui avait proposé toutefois. Le premier carreau partit, frôlant l'homme. La jeune femme entendit très distinctement

- Une arbalète ! Elle l'a vraiment fait... Carne y Sangre de Madre de Dios !

Amusée, elle tourna son regard vers l'homme de l'ombre, le dénommé Don Alejo et lui adressa un sourire sarcastique. Avant de se rapprocher pour finir le captif d'un coup de poing. Assommant par la même occasion l'avant dernier agresseur. Il n'en restait qu'un. Andras, prenant un bout de chignon, nettoya sa lame en disant :

- Bien, alors, maintenant qu'on a réduit le troupeau, et si on posait des questions maintenant.

Tous se tournèrent d'un même mouvement vers le dernier faucheur, qu'Assashin tenait en respect, avant de le ligoter.  Sita s'avança vers eux:

- Bien à nous maintenant. Je veux des noms ! Qui a perpétré tout ceci ? Parle !

Lili se laissa tomber au sol.

- tout ce sang ...c'est ... c'est affreux
- Affreux mais nécessaire ma sœur

Chacun se relaya pour tenter de découvrir les secrets que ce 4 lunes renfermait dans son âme. Mais rien ne sortit, ses lèvres restèrent irrémédiablement close. Au grand dam de leur groupe.

Puis, ils s'installèrent en cercle, les combattants s'occupant de leurs blessures. Sita s'installa à son tour. Son regardant se posant sur chacun d'eux, et termina sa course vers Lili, réfléchissant aux propos que cette dernière avait tenue plus tôt.

Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 20/11/2020 à 15:16:37. Dernière édition le 20/11/2020 à 16:17:34 

La menace des faux faucheurs envolé, (ou du moins provisoirement) le petit groupe se pencha sur la question de l'envoutement de Lili.  Non seulement Lili n'était plus vraiment elle même, mais elle avait oublié un pan de sa vie. Sa mémoire avait parfaitement occulté son histoire avec Assashin, et elle se croyait amoureuse d'un des 4 lunes.

Sita n'était pas au fait de la magie. Et tandis qu'elle cherchait dans sa mémoire ce que son amie lui avait dit plus tôt, Don Alejo commença à parler. Essayant de trouver un remède ou un début de résolution

- Je suppose que vous avez compris que ce sont les 4 Lunes ? C'est Don Branlouz qui a lancé un sort à Lili. Enfin, ce qu'il en reste, il est mort depuis longtemps. Je suppose qu'en tant que Spectre, il a été la source du pouvoir qui a donné corps à la magie. Les potions et les filtres, c'est pas vraiment mon domaine. Mais il ne semble pas avoir la connaissance nécessaire à la création de cette décantation. Ce serait Rak-Li qui a fourni la formule. Ce n'est pas sûr. Visiblement, la décoction, décantation, le philtre, qu'importe le nom, semble avoir eu deux effets. Amnésie et Filtre d'amour sur l'un d'entre eux, que Lili appelait Pouet. Ou Pet. Ca me semble pas être des effets très compatibles, le résultat doit être instable. Ce qui signifie que l'un ou l'autre des effets finira par prendre le dessus. Mais quand... difficile à dire

Sita se leva pour aller ramasser quelque chose qu'elle avait aperçue bien plus tôt dans la soirée, avant que les combats n'éclatent. Elle s'approcha d'Alejo et lui tendit une poupée vaudou, avec de ce qui lui semblait être des mèches de cheveux. Ce dernier la prit et la détailla attentivement

- Tyler... C'est du vaudou. Ca n'arrange pas les choses... Dommage qu'Esther ne soit pas là. Je ne suis pas un spécialiste mais je peux vous proposer quelques pistes... Sauf si vous voulez attendre de voir si ça se dissipe. Ce serait moins dangereux, mais il y a un faible risque que ça devienne permanent. L'un des effets, pas les deux.
- Donnez nous vos pistes Monsieur Alejo.
- Leur but, c'est de l'éloigner d'Assasshin. L'amnésie ne semble pas une bonne solution : il pourrait la reconquérir. Et sans doute plus facilement que quiconque. Ca doit être un effet secondaire. Ou le choc. Le filtre d'amour, c'est plus compliqué. Puisque sa source est vaudou, ce n'est pas rationnel, on ne pourra pas la "soigner", il faut la désenvouter. Et là, c'est déjà moins mon domaine. Détruire un amour, c'est compliqué, ça peut être une force puissante. Il vaut mieux l'écraser par un autre, plus fort encore, qu'essayer de le dissiper. Je crois que Caitlin s'y connait en Vaudou. elle possède le grimoire de Tyler. C'est moi qui lui en ai donné les morceaux qu'elle a réactivé. Peut-être qu'elle peut y trouver quelque chose. Si vous le lui demandez, elle me laissera accès au livre et j'y trouverai peut-être quelque chose. Je connais également quelqu'un qui s'y connait en herboristerie. Ca peut aider. Mais je ne suis pas certain qu'il veuille que je vous cite son nom. Je lui en parlerai en privé, si vous voulez bien.

Alejo était  plongé dans ses pensées. Sita prise d'un fort sentiment d'inutilité sursauta en entendant du bruit. Madre Anna, Faye et Gémini les devançant de quelques mètres arrivèrent sur le lieu du combat.

- Monsieur Gemini. Si vous pouviez avoir la bonté de ne pas me surprendre
- Comptez pas trop là-dessus...

Ils firent un rapide résumé de la situation aux nouveaux arrivants. Et chacun y alla de son propre conseil. Sita fronça les sourcils en entendant Madre Anna proposait un coup sur la tête de Lili. Elle le pensait salvateur dans bien des cas. Option qui fut rapidement écarté par la jeune femme.

La nuit était déjà bien avancée, Sita vérifia l'état de Lilou avant de se déplacer pour parler en privé avec Don Alejo. Ils échangèrent un moment tandis que les personnes s'endormaient les unes après les autres. Il lui donna matière à réfléchir, et c'est songeuse qu'elle revint vers son fiancé. Lisbeth était sauve, la journée n'était pas si noir que cela. L'île regorgeait de personne côtoyant la magie. Dès demain il faudrait tenter de résoudre l'envoutement. En attendant Sita s'installa dans les bras de son compagnon et profita de sa soirée avec lui avant de s'endormir.
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 20/11/2020 à 18:50:40 

Dès le levé les suppositions allait bon train. Sita se demandait à voix haute qui pouvait bien être le responsable de tout ceci. Soudainement, Lili avait annoncé de but en blanc que les 4 lunes avaient mentionné Madre Anna et Anne providence comme commanditaires de leur agissement. Stupeur dans l'assistance. Le regard de la jeune femme se tourna vers Madre Anna. L'observant, avant de se tourner vers son fiancé pour discuter en privé sur ces potentiels suspect.

- Pensez vous que cela soit possible ? Me déteste t'elles au point d'annuler le mariage et me donner comme Lili une potion pour oublier mon amour pour vous ?

- Alors, j'en doute fortement. Anne ne délègue pas ses rancœurs, si elle a un problème avec quelqu'un, elle ira l'affronter elle même. Elle a des principes. Quant a Anna, certes elle n'ira pas affronter la personne, mais je ne la vois pas pour autant engager les 4L. En général, quelqu'un de la Confrérie fait le boulot pour elle avec son soutien. Et je doute fortement qu'elles en seraient arrivées directement au kidnapping avant même d'avoir tente de m'en dissuader. Je n'y crois pas un seul instant. Mais je n'ai aucun moyen de le savoir. Cela étant, c'est la parole d'un 4L venant d'enlever une amie, contre la parole d'une soeur que je sais sournoise, dangereuse avec les corsaires, mais protectrice envers sa famille.

- L'ont elles fait ? Vous dissuader ? Protectrice avec sa famille, et justement. Lili et moi n'en faisons pas partie. peut-être que la protection pour elle se résume à ce que vous nous quittiez ?

- Elles ont bien tenté de mettre en doute vos sentiments pour moi, oui. Mais n'importe quelle amie ou sœur tenterait de protéger un être cher. Elle sait le mal que ça me ferait, elle ne vous aurez pas enlevé.

- Bien soit ! Je vous fais confiance. A vous. Et ayant vu la providence cet été je suis du même avis. Elle viendrait régler ses comptes par elle même. Si j apprend un jour que c étaient elles, l ange de la vengeance s abattra sur elles grâce à ma main. J espère que vous comprenez bien la chose. Je n aurais aucune pitié envers la ou les personnes qui ont ruiné notre mariage. Ce jour là et quel qu'ils soient j espère qu'ils n auront pas votre protection.
- Je ne serai certainement pas de leur cote s'ils devaient vous attaquer. Je ne comprends même pas pourquoi ça en arriverait la.

Les fiancés continuaient leur discussion quand Alejo les interrompit. Ils tournèrent la tête vers lui

- Malheureusement, je ne sais rien sur cette affaire. J'étais trop occupé ces derniers temps. Mais je sais que les pirates ne feraient pas appel aux 4 Lunes et Madre encore moins que les autres.

et cette dernière enchaina

- Sita, si j’ai un problème avec toi, je le règle directement. Je ne fais pas appel aux 4 Lunes. Et ce n’est pas le genre d’Anne non plus de prendre des intermédiaires.

Sita échangea un regard avec Andras avant de répondre

-  C'est ce que votre frère me dit oui. Il fait de très bon plaidoyer . On va émettre l hypothèse que vous n'avez rien à voir avec tout ceci. Reste Le Corbeau, suite à ses paroles avant le contre pillage. Il m'a clairement montré ses intentions belliqueuses à mon égard. Cela m'a surprit, mais je crois qu'il veut détourner l'attention de lui même. Le boucanier, puisqu'il a mal prit mes prétentions à vos possessions maritimes. Mais lui n'a rien contre Lisbeth.

Alejo intervint alors

- Ce n'était peut-être pas vous qui étiez visées, mais Andras et Assasshin, indirectement.

Puis Madre Anna

- Je pense que ça vient des Anglais. Trop de coïncidence avec l’enlèvement de Faye.

Sita regarda Madre et songea. Laissant parler les autres de leur suggestion tandis qu'elle se rappeler les paroles ou plutôt les écrits fréquents de Dulcina Fagney. La générale n'était clairement pas dans l'approbation de son mariage prochain. Chacune de ses lettres visées à dénigrer son futur époux. Elle connaissait la relation tendue que Sita entretenait avec Madre Anna et la providence. Madame Fagney lui avait dit qu'un jour Andras devrait choisir entre son amour pour elle et la confrérie. Tout dans le ton indiquait que ce dernier ferait comme dès années avant le même  choix que celui que Don Alejo avait fait lors de son propre mariage avec Dulcina. Et étrangement tandis que des 4lunes tentaient d'enlever les deux anglaises, groupe de mercenaire dont elle était proche, elle même par pur coïncidence faisait de même avec Faye. A quelques jours à peine du mariage prévu. Voilà de quoi créer une situation qui pousserait certainement Andras à choisir entre sa soeur Faye et sa fiancée Sita. Si ce n'est qu'Assashin et Andras avaient fait le choix de voler au secours de leur compagne pendant que le reste de la confrérie allait secourir la sorcière. Et Sita s'en réjouissait. Cela montrait à bien des égards que leur amour était suffisamment fort pour affronter tous les obstacles.

La seule chose qui l'a faisait encore douter était les propos d'Alejo à son sujet. Il avait suffisamment confiance en son ancienne femme pour estimait qu'envouter les jeunes filles l'aurait répugné. Dulcina d'après lui n'aurait jamais prit part à cette farce. Mais, les mercenaires avaient peut-être décidés par eux même d'agir de la sorte ? Voulant trouver une solution plus radicale qu'un enlèvement ?
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 20/11/2020 à 19:16:56 

L'esprit ailleurs, Sita revient vers la réalité quand Faye s'approcha de Lili, parchemin en main

- Auriez-vous noté les ingrédients utilisés, my sweet Lisbeth ? Je peux essayer de fabriquer un antidote sans, mais si j'ai la liste des ingrédients de la potion d'origine, ce sera plus facile.

Pour mieux se remémorer Lisbeth ferma les yeux, et répondit, en prenant son temps comme pour mieux remettre ses souvenirs en place

- Il a invoqué le Roi Talkus pour sa puissance et que son venin pénètre mon esprit et tue l’amour indécent entre moi et votre frère. des bouts de poupée vaudou de Tyler, de l’alcool d’algue verte, une mèche de mes cheveux et ...du Kartofel ? Ça existe ça
- Oui, le Kartoffel est un alcool

Faye prit en note les propos de Lili et une voix se fit entendre. Proposant un antidote....
Effie
Effie
Déconnecté
Inscrit depuis le :
27/08/2020
Posté le 20/11/2020 à 23:20:51. Dernière édition le 20/11/2020 à 23:49:17 

Effie commençait à savoir humer les bonnes affaires, et les bonnes poires.

A les fleurer comme un fromage trop fait. Du moins, c'est ce qu'elle croyait.

Et là, elle en humait une très bonne…

"Moi j'ai un antidote, dit-elle en prenant soin de ne pas laisser percer l'excitation de la chasse dans sa voix. Un truc qui marche du tonnerre, que t'en prends une goutte t'es soigné.

- Et on ne l'achètera pas, merdeuse !" rétorqua Assashin qui lui sentait l'arnaque.

Le grand couillon allait tout faire foirer ! Pour une fois que Gem dormait et qu'elle pouvait s'éclater… Elle lui tira la langue pour toute réponse. Bleh !

"Bon alors ? T'achètes ou pas ? dit-elle en se grattant les chicots, avant de se rappeler qu'elle n'avait pas encore fait d'offre. Le pirate qu'elle avait fermement décidé d'appeler "Grand-Couillon" à partir de maintenant l'avait cassée dans son élan. "Heu, ouais, j'en ai pas beaucoup… Assez pour te guérir. Pour un prix modique… Cent pièces le pitit flacon. Prix d'ami."

Les deux filles s'extasièrent. Cent pièces seulement ? Et ça guérissait tout ?!

"Non, pas cent. Cent cinquante. Prix d'ami."

Effie se sentait comme un requin nageant entre les jambes des baigneurs. La blonde se méfiait quand même un peu, elle voulut savoir ce qu'il y avait dedans. Et Grand-Couillon s'en mêla encore :

"Lili.... Cette petite vendrait de la pisse d'âne avec le sourire en te jurant que c'est un remède miracle. Elle boit la première gorgée, on achète la suivante !

- Recette secrète. Remède mystérieux. Hm-hm. Efficace comme pas permis, juré, craché, on se sent mieux après, dit-elle avant d'exhiber une fiole remplie d'un liquide très clair. Elle pointa du doigt Madre qui vaquait à ses occupations un peu plus loin. C'est fait avec des fleurs et c'est béni par elle là-bas.

- D’accord ! Tu en bois d’abord et je te l’achète ensuite, je t’en donnerai même 200 !
dit la blonde qui craquait enfin (un observateur plus fin qu'Euphemia aurait probablement compris à ce moment qu'elle jouait le jeu plutôt que d'être dupe).

- Pas d'problème." Et Effie s'envoya le contenu de la fiole d'un coup, puis balança le récipient vide par-dessus son épaule avant de sortir une seconde fiole de sous sa veste. La blonde sourit largement.

"Bon allez vas y lance ton flacon, on verra bien si j’ai des poils qui poussent aux oreilles après l’avoir bu !"
 
 
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté le 21/11/2020 à 12:39:59. Dernière édition le 21/11/2020 à 12:42:13 

La journée prenait des tournures plus légères, les uns discutaient avec les autres. Tout le monde semblait bien plus détendu que la veille. Lili acheta la fiole à la gamine et promis de la boire avant son coucher. Sita n'avait aucun espoir mais avait suivit la scène amusée. Effie ne semblait pas timide et deviendrais bientôt une commerçante ( charlatant ? ) hors pair.

Dans la matinée Sita délaissa les bras de son fiancé quelques temps pour discuter avec Lisbeth. Tentant de savoir si elle avait retrouvé la mémoire, ou tout au moins des bribes de souvenir auquel se raccrocher avec espoir. Mais malheureusement il n'y avait aucune évolution sur le sujet.

Dans la journée Alejo prit congé, pour aller retrouver son adversaire, un dénommé Badclown. Et Madre leur apprit également qu'une autre personne avait été enlevé. En entendant qu'il s'agissait d'une française et qui plus est soigneuse le sang de Sita ne fit qu'un tour. Elle se sentit mal, et resta le souffle cours quelques secondes. Frénétiquement elle fouilla dans ses affaires pour trouver plume et papier afin d'envoyer Sidh de toute urgence vers Port Louis. Le cauchemar allait il continuer ? Etait-ce maintenant le tour de son amie d'enfance ? De son autre demoiselle d'honneur de se faire enlever ? Mon dieu et si pendant que Sita était tranquillement assise ici à discuter, il était arrivé malheur à son autre soeur de coeur ? Les mauvaises nouvelles allaient-elles finirent un jour par cesser ? Elle ne prit pas la peine de détailler ces derniers jours dans sa lettre, elle fut au contraire bien assez courte. L'essentiel était de savoir si Aénor allait bien. Lui raconter la journée d'hier attendrait, le temps que Sita soit sur qu'elle était bien en sécurité.

En attendant un retour de sa part, Sita se rongeait les sangs, impatiente. Quand Sidh revint vers elle, et que Sita découvrit l'écriture élégante de la française, son coeur tambourina dans sa poitrine. Sans perdre un instant de plus, elle parcouru la réponse et poussa un profond soupir de soulagement.... avant de s'interrompre honteuse. Aénor allait bien, et était en sécurité. Cela rassura instantanément Sita. Mais, une jeune femme avait été kidnappé, et devait se sentir seule et effrayée en cet instant. Sita prit son chapelet qui ne l'a quittait jamais, et pria. Pria pour cette inconnue, pour Lili afin que celle ci retrouve la mémoire, et pria pour elle même et son amour.

Entre chien et loup, le captif 4 lunes n'avait toujours pas décroché un mot. Il était temps de penser à la suite, et c'est en préparant leur départ qu'Assashin se rapprocha de l'individu. L'attaque fut rapide. A peine Sita tournait elle la tête dans leur direction qu'elle voyait le "vampire" arracher une partie de la gorge de sa victime. La jeune femme fronça les sourcils

- Est-ce nécessaire ?
- non, mais sa soulage. * répondit il en se léchant les lèvres. Avant de poursuivre * Ils ont quand même frappés lili. C'est un grave pêché. Tenter de nous séparer ce qui est pas mieux. Je me trouve même raisonnable, je ne l'ai pas torturer.

Sita n'objecta pas. Quelques minutes plus tard le quatuor était prêt à partir. Ils saluèrent Effie, Gémini, Madre Anna et Faye. Cette dernière suivrait son propre chemin, pour tenter de trouver de son côté un remède. Quant à leur petit groupe, Sita avait des projets pour eux. Dans la journée elle avait contacté une personne. On l'a disait sorcière, et justement la jeune femme avait du la quitter un peu trop tôt la dernière fois. Pendant que les deux couples l'aideraient dans sa tache, cette dernière utiliserait son temps libre et ses connaissances pour tenter elle aussi de trouver une solution....
Red Echidna
Red Echidna
Déconnecté
Inscrit depuis le :
11/09/2017
Posté le 21/11/2020 à 21:21:55 

Quitter son propre enlèvement (ou prise d'otage ?) pour aller à la rescousse d'une autre demoiselle enlevée, c'était quand même sacrément osé. Bon, c'était peut-être pas exactement pour aller secourir Lisbeth, que Faye avait fui, mais tant qu'à être libre, ce serait un usage bien rentabilisé de son temps. Non seulement l'anglaise semblait être un centre d'intérêt (et d'affection) primaire pour Assashin, mais Faye l'aimait bien aussi, cette jolie jeune femme n'ayant pas froid aux yeux et se montrant tout à fait charmante.

Pour la partie attaque puis sauvetage, elle n'avait pas été très utile, ceci dit. Mais après, dès lors que le mot  envoûtement fut utilisé, ça devenait un peu plus son rayon. Après avoir pris en note les ingrédients mentionnés par Lisbeth, et écouté Alejo parler du type de magie utilisée, la galloise avait pris la route pour la belle ville d'Ulüngen. Direction, le coffee shop, tout en faisant plus ample connaissance avec Gemini. Elle discuta un instant avec Teuf-Teuf, choisissant avec soin les herbes dont elle avait besoin, et Renat, puis Frag, les rejoignirent pour la soirée.

Seulement, impossible d'être tranquille. Un bandeau jaune vint les ennuyer dans la soirée. Damn it. Il fallût ainsi prendre un peu de temps pour guérir ses blessures, avant d'entreprendre son périple pour le Jardin des Amoureux.

Une fois là-bas, elle se mit à la recherche de quelques plantes qui lui conviendraient, traversant les lieux paisibles d'un air affairé, scrutateur.  Elle récolta soigneusement tout ce dont elle aurait besoin, et s'arrêta aussi acheté un exemplaire de quelques poisons pour tester leurs réactions.

Après le Jardin, c'était le Temple Maya que visait la sorcière. Là, elle y parla un moment avec la guérisseuse, lui posant quelques questions, récoltant quelques avis, et surtout, un philtre d'amour. Avec ceci, elle était parée. Mais, quand même, sur le trajet pour rejoindre la belle amnésique et ceux qui l'accompagnaient, Faye ne cessa de se plonger dans certains grimoires qu'elle gardait en tout temps avec elle, prenant des notes sur ce qu'elle trouvait pertinent.
Sita LeRoy
Sita LeRoy
Déconnecté
Inscrit depuis le :
15/07/2006
Posté aujourd'hui à 14:25:15 

Le trajet fut relativement cours. Il ramena le petit groupe au repaire. Sita regardait Assashin. Ses prunelles pétillaient d'amusement à chaque fois que celui ci devenait nerveux. Il suffisait que Lisbeth prenne un peu trop de distance et s'aventure en avant pour que son compagnon craigne de la voir une nouvelle fois disparaitre. La jeune femme le rassurait comme elle le pouvait, mais sans remède à son envoutement Sita supposa qu'il aurait quelques nuits blanches.

En tout cas, Lili serait parfaitement entouré. Des gens veilleront constamment sur elle, et pourront ainsi l'observer pour tenter de trouver quelques formes de progrès concernant sa mémoire.
Sita mena le groupe qui s'arrêta finalement devant un couple Anglais. Elle salua Dame Hernanone et son époux Slaughter avant de s'excuser une nouvelle fois de les avoir laissé il y a quelques jours de cela. Ils s'installèrent pour la soirée, et, devant rester au même endroit un moment, décidèrent de monter des tentes. Cela ne les protégeraient pas des éboulis, mais, le soir venu, ils auraient toujours la possibilité de s'éclipser.

La semaine s'organisa progressivement. Hernanone tentait d'aider Lisbeth en réfléchissant aux différents moyens possible pour contrecarrer l'envoutement. Tandis que le petit groupe l'aidait à venir à bout de tous ses débris sur le chemin. Sita gardait un oeil quasi constant sur Lili. Vérifiant son état de santé et surtout l'interrogeant sur ses pertes de mémoire. Tout comme monsieur Assashin qui restait constamment près d'elle, ne l'a quittant que très sommairement. Il veillait tel un loup sur sa louve. En l'observant, Sita se prit d'un  sentiment nouveau pour le frère de son fiancé. Certes il était taquin, et adoré la pousser dans ses derniers retranchements. Ce qui parfois l'agacée au plus haut point. Mais, le voyant ainsi, au petit soin, Sita se mit à le respecter et à l'apprécier à sa juste valeur. A la fois comme le compagnon de son amie, mais également comme son futur beau frère. Pour la première fois, elle se dit que Lisbeth avait beaucoup de chance de l'avoir dans sa vie.

Pendant que le pirate essayait de rallumer la flamme, Sita en profita pour passer son temps libre avec son fiancé. Les derniers événements les avaient encore un peu plus rapproché. Et c'est confiante qu'elle envisageait l'avenir à ses côtés. Tant qu'ils seraient soudés face à l'adversité, rien de mauvais ne pourrait en réchapper. Ensemble, ils discutèrent de leur projet qui avait été remit à plus tard. Dès que Lili serait de nouveau elle même, une date serait posée.

Le dernier jour arriva, Dame Hernanone perché sur son rocher, s'étira. Il était l'heure à présent de prendre congé et de plier bagage. Le rendez vous était prit. Chacun d'eux avait quartier libre en attendant l'arrivé des autres. Don Alejo et Faye étaient tous deux attendus au bar de la plage.
 

Le forum > Taverne > Angoisse et Fureur


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
Marquer tout le forum comme lu
© 2004 - 2020 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés