Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Liberty > Liberty - jungle profonde
Liberty - jungle profonde  
Auteur Message
L'Etrangère
L
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/07/2015
Posté le 06/08/2016 à 14:47:12 

https://www.pirates-caraibes.com/fr/index.php?u_i_page=5&theme=15&sujet=29859&u_i_page_theme=0&u_i_page_sujet=1#1242682


~ Liberty - nuit du 5 au 6 août 1716 ~


Une silhouette élancée entièrement vêtue de voiles noirs se déplaçait sans bruit dans la jungle de Liberty. Elle semblait plus flotter au-dessus du sol que fouler la terre tant ses pas étaient rapides et silencieux. Les branches des arbres semblaient s'incliner à son passage et les oiseaux de nuit la regardaient en penchant leur tête bigarrée.

Son nez fin se retroussa en humant un parfum singulier : du jasmin.

Ces effluves firent aussitôt remonter en elle des souvenirs dont elle aurait voulu se passer.

Elle s'avança plus lentement, ses mains posées sur son sabre à la garde italienne, puis réalisa que la fragrance provenait de sa besace de cuir dont le renflement laissait présager un contenu conséquent.

D'un geste rapide elle ouvrit et sembla découvrir ce que contenait le sac pourtant bien accroché à son épaule. Elle en sorti un nécessaire complet de médecin confirmé, des livres, des cartes... ainsi que bons nombres d'effets très personnels, dont un cachet aux initiales "AR" entrelacées qui ne lui rappelait rien.

Ce sac contenait une fortune en pièce d'or et objets divers et était un véritable trésor pour qui, comme elle, pratiquait la médecine.

Comment diable ne se rappelait-elle pas le contenu de sa propre besace ?

Son regard se planta sur un écusson représentant une éclipse solaire surmontant une sorte de devise : "Ex Tenebris Lux".

Rangeant l'ensemble de ses trouvailles, elle scruta la nuit pour tenter d'entendre ou de voir une âme quelconque, mais seul le bruit naturel de la jungle vint à elle.

Les doigts fin de la jeune femme se portèrent sur le médaillon qu'elle portait autour du cou et d'où émanait une douce chaleur et un sorte de pulsation rythmée. Elle en caressa tendrement le contour puis le fit disparaitre sous les plis de sa robe, contre sa peau.

Son instinct lui dicta de se diriger alors vers les mines du crâne, non loin de là, où peut-être trouverait-elle des réponses à ce mystère...
L'Écumeur
L
Déconnecté
Inscrit depuis le :
10/06/2014
Posté le 07/08/2016 à 14:13:42 

~ Liberty - 7 août 1716 ~

Parcourant les mines du Crânes en compagnie de Gilles de Rais, L’Écumeur repensait sans cesse à Althéa, où était t-elle donc, il l'a retrouverait ; ils étaient sur sa piste et le destin ne trompait pas, ils rencontrèrent une mystérieuse inconnue qui se fit appeler "L’Étrangère".


Elle vint vers eux car elle avait reconnu l’emblème de MoFo sur le torse de L’Écumeur, ils échangèrent  quelques mots et il apprit la terrible nouvelle qui confirmait ce qu'il avait vue.

Althéa de Rioghan disant qu'elle allait chez Jacquot voir son amour, puis elle se mit subitement à convulser, il avait essayé de calmer les spasmes en vain, la médecine n'était pas son crédo ; en allant chercher de l'aide auprès de McKain qui était non loin, à la corniche, et médecin de surcroît quel chance, elle disparue, elle avait disparue, c'était volatilisé laissant cette douce fragrance de jasmin dans l'air.

L’Étrangère lui tendit le sceau de de Rioghan, la peine l'empli au plus profond de lui lorsqu'il l'attrapa, elle était donc morte, présumé, son corps n'avait pas été retrouvé, seul ces affaires de médecins et sa sacoche, ainsi qu'une odeur de parfum de jasmin flottait dans l'atmosphère.

Paix à son âme ou que les vents te soient favorable Althéa, tu me manqueras, tu nous manqueras, pensa t-il.


Il ne perdait pas le nord, jamais, il avait acquis une volonté de fer au fil des années, il continua la discussion avec L’Étrangère et il fut agréablement surpris par le sens de l'honneur et les talents de médecin de cette énigmatique française, elle lui inspirait la confiance ; il lui proposa de rejoindre les siens au sein d'Ex Tenebris Lux.
L'Etrangère
L
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/07/2015
Posté le 07/08/2016 à 15:16:32 

Elle se remit alors en route rapidement et parti jusqu'aux mines du crâne où un homme bourru, et ayant visiblement une volonté inflexible se trouvait.

Les mains sur les hanches il l’accueillit d'un lent mouvement de la tête.
Immédiatement leurs esprits parlèrent la même langue.

Il était temps pour elle de sortir au grand jour. Il était temps pour elle de se mêler à ceux qui croisaient sa route depuis si longtemps sans la voir. Il était temps pour elle... de vivre !

En plantant son regard dans celui de l'Ecumeur, elle accorda son esprit à la volonté de cet homme et fondit sa route le long de la sienne.

Dans un pacte silencieux, elle accepta le poste de médecin de la guilde des Tenebris...

Mahasiah Hilaeïra
Mahasiah Hilaeïra
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/07/2015
Posté le 31/01/2017 à 16:17:05 

~~ Jungle de Liberty, 30 janvier 1717, fin de journée ~~


Une brume dense finissait de se dissiper autour d'une femme aux longs voiles noirs et au regard anthracite.

Sa main gauche se plaça sur le sabre à garde italienne qui se trouvait à son côté tandis que sa dextre monta jusqu'à son médaillon qu'elle flatta longuement avant de prononcer quelques mots.

- Nar ugarï, nytye kida sornae ny ! My olaë io ti por voro.

Replaçant le médaillon contre sa peau, elle se mit en route et sorti du
village Chiika au moment même où un ara aux couleur chatoyantes s'envolait en poussant un cri strident.





https://www.pirates-caraibes.com/fr/index.php?u_i_page=5&theme=15&sujet=29859&u_i_page_theme=0&u_i_page_sujet=1#1261999
 

Le forum > Liberty > Liberty - jungle profonde


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
Marquer tout le forum comme lu
© 2004 - 2023 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés