Faux Rhum Le Faux Rhum Faux Rhum  

Le forum > Bar de la plage > La croisade des enfants
La croisade des enfants  
Auteur Message
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 20/10/2019 à 17:12:52 

Depuis des jours, Madre Anna triturait un morceau de papier. Il était toujours à portée de mains, dans sa poche, dans son sac, sous son oreiller. Elle ne pouvait y croire. Malgré l'usure, le message était encore lisible, et de toute façon, elle le connaissait par coeur.

Ma chère Madre,
Je l'ai vu.
Il est là, devant moi.
Sa touffe orange n'a pas changé. Ses dents non plus d'ailleurs... Et il est toujours aussi petit.
Troun est vivant !!!
Il est avez moi dans les souterrains de la tour Maya...
Par contre, il a un bandeau anglais...
Tendrement

Peu importe qui lui avait donné l'information. Au début, elle n'avait pas voulu y croire. Et puis la rumeur s'était confirmée. Et puis les élections avait eu lieu. Son petit Troune était gouverneur de New Kingston, et elle n'allait pas laisser passer cela!
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 20/10/2019 à 21:51:40 

En ayant lorgné de manière officieuse le petit papier, information étayée par les rumeurs qu'on s'échangeait entre confrères autour d'un petit godet chez Jacquot... J'avais découvert ce qui préoccupait Madre. D'ailleurs Les Nonnes étaient souvent préoccupées...

Sauver Troun? Mais pourquoi faire?
Enfin bon, je dois potentiellement une petite faveur à Madre. Je pourrai toujours l'escorter si ça peut lui faire plaisir.
Cendre
Cendre
Déconnecté
Inscrit depuis le :
22/04/2019
Posté le 20/10/2019 à 22:04:15 

Cendre, enroulé dans sa toile de voile, près à s'endormir, reçoit un drole de petit courrier. Voilà qu'on lui demandait de 'laide. A lui. pour un vilain garnement.
Son piiire enn'mi. Au moins.

"Cheeere Madame Madre,

comment va Petit Pirate ?
C'est quoi cette histoire comm'quoi Troun est en danger ?
J'le detest'lui, il fait rien qu'à m'énerver j'aim'rai l'taper fort et qu’après il pleure et il a d'la morve au nez ! En p'us t'façon i'fait rien qu'à m'insulter d'sale nouille ou à m'ignorer.

'rquoi j'devrais l'aider ?
On peut pas juste bruler Dulcina la Sorcière ? ça enlev'rai l'mauvais sort !

En p'us j'dois trouver un oeuf d'dragon ! Rien qu'ça !

Cendre"
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 20/10/2019 à 22:11:38 

Des perroquets furent envoyés aux quatre coins de Liberty, pour préparer l'expédition.
Les enfants de choeur eux, étaient chargés de surveiller les faits et gestes de celui qui était désormais l'intendant Anglais. Pour l'heure, il était toujours à New Kingston.
Très bien, celui lui donnerait le temps de faire le tour de l'île, pour lever son armée.
Dès demain, elle prendrait la direction de Port Louis.
Violette et sa Savonnette
Violette et sa Savonnette
Déconnecté
Inscrit depuis le :
12/08/2007
Posté le 20/10/2019 à 23:42:41 

Si Madre comptait recruter les enfants de Port Louis, elle allait vite faire le tour de la ville. Elle allait sûrement se retrouver avec le fils de la veuve, toujours mal habillé et souffreteux, ou les enfants cachés de Clarisse, si si elle les avait vu dans la cave, et peut être le petit marchand de journaux. En tout cas, elle n'aurait pas la chance de compter sur Violette dans son armée. Dommage, Violette aimait tellement faire la chorale avec les enfants de choeur.

Mais voilà, Violette, elle, elle cherchait un oeuf de dragon, et jusqu'à preuve du contraire, un dragon ça pondait dans une grotte, pas dans une ville. En plus, ça  l'arrangeait bien que l'amoureuse de Cendre, Troun pour ceux qui ont oublié le sujet principal, disparaisse avec une sorcière. 

Déjà qu'elle avait quitté la grotte du dragon, alors qu'il semblait évident qu'elle aurait du y creuser à la recherche de son oeuf de dragon, il manquerait plus qu'elle aille ailleurs que la où on l'attendait, à savoir la où un dragon a pondu son oeuf. 

Violette n'avait pas tant l'habitude de réfléchir, ça la turlupinait un peu et elle en oublia de répondre à la lettre de la pirate. 
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 21/10/2019 à 21:46:55 

Peu importe l'absence de réponse, Madre Anna croyait à sa cause, et, sur la place de Port-Louis, elle haranguait qui voulait l'entendre pour le rallier à sa cause.
C'est ainsi que P'tit Paul sut tout de l'enfance de Troune, sur les bêtises de Troune, sur les bains de Troune...

Espérant avoir la paix, il modifia ainsi la Une de la prochaine édition de son journal: " Exclusif! L'intendant Anglais est un pirate! Les rosbeefs bernés protestent: "Mais pourtant il était roux! Comme un véritable natif de Birmingham..."
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 21/10/2019 à 21:59:21 

Les enfants de choeur continuaient à suivre Trounuzoide à la trace.
Pendant ce temps, Madre Anna, entre deux discours enflammés, écrivait des missives non moins persuasives à ses différents correspondants.
Cendre elle-même semblait réticente. Madre Anna lui écrivit une belle lettre, pleine d'arguments pertinents et de rhétorique persuasive.
Mais comme elle observait son perroquet partir, elle en envoya un 2e, porteur de ces simples mots: "Et puis, aussi, il s'agit de botter les fesses des Anglais."
"Chiryacht" Jack-O'Lantern
"Chiryacht" Jack-O
Connecté
Inscrit depuis le :
03/03/2019
Posté le 21/10/2019 à 22:42:28 

Entends la harangue et glisse en douce :

Madame Anne
Au vu de nos effectifs actuels et même si j'aimerais fortement voir ce gamin accroché sous la coque de votre vaisseau,

Je ne suis pas tant sûr que ce soit si possible.
Maintenant si vous avez de réelles envies de mettre ce gamin aux arrêts à l'abri chez vous, et un plan à l'avenant vous savez où me trouver.

*S'esquive d'un pas de côté*
Mad Max, furrieuse route
Mad Max, furrieuse route
Déconnecté
Inscrit depuis le :
29/06/2012
Posté le 21/10/2019 à 23:51:24. Dernière édition le 22/10/2019 à 00:09:51 


Sombre le soir, sombres les rues, dans le silence de Port-Louis, le grincement sinistre des roues du joueur de flûte hante la ville. A son passage, volets clos, l'âtre s'éteint, aux creux des salons, la parole meurt, le souffle se retient. Sinistre, sinistre semble crier le lancinent grincement du fauteuil, lorsque invoquant le souvenir des maudits de Hamelin, Mad Max joue de la flûte pour Port-Louis...


- "Les enfants... écoutez ma musique, écoutez mon chant, et au son de ma flute, abandonnez la lutte, venez comme des rats tous marcher derrière moi..."

Alors de la pénombre, voila qu'un deuxième spectre le rejoint. Tout aussi contrefait : c'est la nonne. Le voile battant les brumes victoriennes des quais de la cité française au rythme du balancement d'un chapelet noirâtre, triste comme un christ en croix, lourd comme une corde de pendue.

- "Ma soeur, faut-il croire que le diable nous ait abandonné ? Mes charmes sont volatiles et absent, comme la cyprine des anges. Point d'enfant ici, c'est à peine si ma musique a ensorcelé une araignée et trois chauve-souris ..."

Ils se fixent, complices d'atrocités, complices de complot et le con plissé de la vieille toisant le jeune con, lui offre un soupire abyssale, long et lugubre comme un glas.

- "Mon pauvre Max, commencez par cesser de souffler dans votre pipe à opium, vous obtiendrez sans doutes de meilleur résultats."
L'Ogre
L
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
18/02/2016
Posté le 23/10/2019 à 20:22:11. Dernière édition le 23/10/2019 à 20:24:06 

Au coin d'une rue sombre,
je surveille Mad Max qui semble chercher les enfants de la ville.

Don Valakas avait dis vrais juste avant de m’envoyer rejoindre les infirmières de Port Louis,
Madre et Mad  étaient bien en quête de capturer les enfants de Liberty !!

  «  Il peut toujours chercher et composer sa musique  soit disant ensorcelée, il n’en trouvera point !!!! »

     Le monstre enlève un filet de bave dégoulinant de sa bouche, suivie d’une flatulence qui manque  de trahir sa position puis ricane doucement.

    Beaucoup de villageois se sont bien posé des questions  jadis sur les disparitions étranges des enfants de Port Louis, mais le mystère ne fut jamais résolu, après tout la ville et bien entourée de féroces bestioles …..


                         Pourtant la vérité est tout AUTRE………………

                             
 
Je  décide de faire profil bas et de suivre Mad qui me mènera sans doute avec sa compère  a trouver ce petit anglais   prénommé Troum

Rien que de prononcer son prénom mon estomac se met a gargouiller de faim et je trouverais surement quelques orphelins a me mettre sous la dent sur la route.
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 24/10/2019 à 16:08:42 

Le recrutement n'était pas si facile que Madre l'aurait pensé. Les enfants sur Liberty se faisaient rares, à croire que la fertilité avait chuté après l'arrivée du Wendigo, ou que les rares à naître ne survivaient pas, victimes d'une malédiction. Quant aux rares à répondre, ils préféraient chasser le dragon loin de là.

La nonne conféra donc avec Max, qui s'était joint à elle dans sa première étape de la croisade. Il s'agissait d'élargir le recrutement. S'il n'y avait pas grand-monde pour sauver Trounuzoide, la proposition d'incendier New Kingston rencontrait plus d'adeptes. Après tout, nous étions tous des enfants du Bon Dieu, même les Français (sauf les Anglais, mais il leur fallait bien assumer le choix de l'anglicanisme, et puis, pour libérer Troune de son illusion, Madre n'était pas à deux ou trois contradictions près).
Max s'occupa de la question du contrat avec leur nouvelle recrue, et les pirates fêtèrent cela à l'auberge. Malheureusement, Linciel, cet allié du diable, gâcha cette ambiance festive de départ pour la Guerre Sainte.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 26/10/2019 à 09:30:12. Dernière édition le 26/10/2019 à 09:30:57 

Bonjour Madre,

Vous allez être fière de moi. Comme prévu pour la croisade, je suis parti en direction de Port-Louis afin de progresser dans l’enrôlement de fidèles. Figurez-vous que mon Cuyer s'est tordu la jambe en marchant dans un buisson, mais rien de grave, aussitôt sorti de l’hôpital, on a été se prendre un petit pichet de rouge à la taverne...

Et il m'a montré son oeuf de dragon. C'est à ce moment que Jax a débarqué avec sa morosité et ses idées noires. Tout a commencé à tourner dans ma tête, après la quatrième bouteille, et pour le consoler du vide dans son armée, je me suis décidé à m'engager... Pour me faire pardonner vous voyez. Parce qu'il y a toujours des problèmes quand je vais là-bas d'habitude.

Pour une durée déterminée, rassurez-vous!

Red Frag
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 26/10/2019 à 15:20:20 

Le recrutement à Ulugen se passait plutôt bien. Comme d'habitude avec les Hollandais, il avait suffi de sortir le rhum, une petite promesse de fontaine à boisson ici et dans l'au-delà, et leur général avait signé sans même lire les petites lignes.
Avec ou sans papier, les autres suivraient bien!

Max était malencontreusement parti à l'hôpital avec la liste d'enrôlement, si bien que Madre Anna ne savait plus trop bien le nombre exact de ses troupes, mais l'affaire progressait, cela était certain.

Une nuit reposante, et elle serait prête à partir recruter en terre lointaine, à Esperanza. Seulement....
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 28/10/2019 à 12:25:18 

La nonne, malgré son innébranlable optimisme, n'espérait pas beaucoup de son étape à Esperanza. Elle ne fut pas déçue.
Red Frag
Red Frag
Déconnecté
Inscrit depuis le :
21/04/2014
Posté le 28/10/2019 à 21:21:06 

J'arrivai trop tard pour sauver la Nonne. Quelle idée d'aller trainer dans cette taverne mal famée. Ensuite je regardai Ruben droit comme i dans son tour de garde. Hahah quelle posture ridicule.
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 28/10/2019 à 22:19:10 

Le caractère obstiné de Madre Anna était peut-être une raison de sa longévité sur Liberty (son caractère, ainsi que ses dons pour la médecine, certainement. Mais elle-même préférait croire en sa force d'âme).

C'est ainsi qu'elle se rendit pour le deuxième soir à Esperanza. La ville était toujours vide.
Elle s'installa au bord de la pièce d'eau, s'éclaircit la voix, se mira un instant pour replacer une mèche rebelle sous sa coiffe, puis elle commença enfin son discours:

"Peuple d'Esperanza... Du sang et des larmes! du sang, du feu et de l'or! Voilà ce que je vous promets, si vous vous joignez à ma croisade."

C'est du moins ce que le peuple d'Esperanza aurait entendu, s'il avait été là.
Don Djezous de las Galinas
Don Djezous de las Galinas
Connecté
Inscrit depuis le :
17/05/2019
Posté le 29/10/2019 à 15:05:54 

Le Ministre espagnol, accaparé par les affaires débordantes du ministère n'avait plus réellement suivi la situation géopolitique de l'île. L'avait-il vraiment suivie un jour ?
Affalé contre un muret du jardin des amoureux, il se prenait la tête entre les mains, son barda empiétant sur plus de la moitié du passage.
 
- "Comment vais je réussir à me débarraser de tout ce foutoir?" se lamantait-il en plaquant ses deux mains sur son visage.
 
Dépité, il laissa choir sa tête en arrière et se prit le rebord du muret.
Un grommelement agacé se fit entendre, rapidement couvert par les gloussements d'une de ses galines indics qui voletait en sa direction.
Cette dernière enchaina des gesticulations des ailes, tourna sur elle même et fit différentes figures de style accompagnées de caquêtments.
 
L'espagnol fronça les sourcils essayant de décrypter l'ensemble et s'exclama:
 
- "Quoi ? Les pirates ont annoncé qu'Anne Providence attend un enfant ???"
 
La crête de sa galline se fana, elle secoua la tête de dépit, comprenant que son éleveur comprenait de travers son information. Elle se mit à coclorer et effectua à nouveau la même danse, cette fois ci, un peu plus agacée, en marquant plus nettement ses gestes.
L'homme compris son erreur et, rassuré, annonça:
 
- "Qu'est ce que ça peut me faire que Madre Anna cherche à enroler des gamins ???"
 
L'ensemble de ses volailles l'accompagnant se mirent à brailler rendant l'atmosphère assourdissante poussant l'éleveur à se couvrir les esgourdes afin de ne pas finir comme les jeunes adultes atteint d'onanisme aigue.
C'est en les regardant s'agiter et en réfléchissant aux enfants présents dans la cité d'Esperanza qu'il comprit l'importance et l'urgence de la situation.
 
- "Bordel... Et si elle venait enrôler le petit Seth..."
 
Le regard entendu de ses protégées trahissait un mélange de sentiment de peur et d'agacement. "Il comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps" se disaient elles régulièrement lors de leurs discussions dans le poulailler.
 
Il connaissait cette torture de ne plus pouvoir voir ses filles. Il ne pouvait se résoudre à laisser la hollandaise vivre cette situation à son tour.
Il donna quelques consignes claires et précises à 3 des pitchounes dont celle de suivre à la trace la pirate avec laquelle il avait eu jadis l'occasion d'aiguiser son sens de la diplomatie.
 
Ten delasTallarines, Caperuza Roja Feroz
Ten delasTallarines, Caperuza Roja Feroz
Déconnecté
Inscrit depuis le :
07/12/2010
Posté le 29/10/2019 à 17:08:02. Dernière édition le 29/10/2019 à 19:40:50 

De retour dans sa ville après les quelques jours de promenade familiale avec son cher parrain et un léger détour par Louison le Grandiose, l'Intendante s'affaire dans son bureau en prenant connaissances des dernières nouvelles de la cité.

Perché sur un coin de l'imposant secrétaire, Sirius la regarde faire tandis que ses pieds nus se balancent dans le vide. Les deux conversent en japonais.

L'enfant lui raconte ce qu'il s'est passé en son absence, affichant l'air important de ceux qui se sentent investis d'une charge. Le petit garçon a surveillé la ville pendant que sa mère n'était pas là, et il vient à présent faire son rapport, avec la satisfaction du devoir accompli.

Ten l'écoute diligemment, et ne manque pas de se répandre en louanges, un sourire amusé au coin des lèvres devant l'enthousiasme de son fils.

Elle dévie un instant le regard, sur la porte ouverte donnant sur la chaussée qui laisse voir Seiun et Timmy en train de jouer sur la place, puis regarde de nouveau Sirius à la mention d'un détail singulier dans le récit de l'enfant.

"Une petite minute Gaki, t'as dit quoi ?"

L'enfant s'interrompt et la fixe un instant.

"- J'ai dit qu'après avec Mimi on a joué à chat autour de la fontaine et qu'on a failli tomb-
- Non, avant. Tu as parlé de Madre Anna.
- Ah oui ! Les pirates ils sont venus. Et la vieille madame elle a fait un discours sur la place ! Mais y avait pas grand monde...
- C'était quoi ce discours Gaki, tu t'en souviens ?
- Elle a parlé de crozets... Non ! D'une croisade ! Oui c'est ça ! C'est quoi une croisade maman ?
- Une expédition. Avec une récompense, souvent gloire et honneur, à la clé. Une croisade, d'accord, pour quoi faire ?"

Ici, le petit garçon marque une pause, et regarde pensivement vers la porte tandis qu'il tente de se remémorer les paroles de la pirate.

"Elle a dit qu'il fallait délivrer Troun... Oui c'est ça ! Y a des vilains qu'ont piqué un troun et elle a demandé aux enfants de l'île d'aller le chercher ! Maman c'est quoi un troun ?"

Ten reste interdite plusieurs longues secondes. L'histoire du garçon ne fait aucun sens mais cette île est tellement invraisemblable que tout est possible.

"- Pas un troun," finit-elle par dire, "Troun. Trounuzoïde. C'est un enfant comme toi. Un peu plus vieux ceci dit. Il est chez les Anglais maintenant mais avant il était pirate.
- Y a des enfants chez les pirates ?
- Y en a eu."

Sirius regarde de nouveau au loin et recommence à balancer ses jambes.

"Ça doit être cool d'être pirate."

Ten hausse un sourcil et pose un index ceux de Sirius puis presse doucement pour lui faire pencher la tête en arrière*

"C'est mieux d'être Espagnol." Assène-t-elle avec malice tandis que Sirius chasse son doigt d'un revers de la main. "On fait plus peur."

Puis elle fond sur l'enfant qui éclate de rire, et passe la minute suivante à le chatouiller pour lui faire ravaler ses paroles.

"- Et les enfants dans tout ça ?" finit-elle par demander après avoir pris place à ses côtés sur le bureau.
"- Bah elle a dit qu'il fallait que les enfants participent. Peut-être parce que le Troun c'est aussi un enfant !
- Troun Gaki, pas le Troun...
- Je peux y aller dis maman, hein dis je peux y aller ? On pourrait y aller avec Seth ! Et Mimi ! Et Timmy ! Hein dis, pour une fois que c'est pas que les grands qui ont le droit de s'amuser, on a le droit hein maman ?"

Ten soupire, et observe le visage exalté de son môme. Comme à chaque fois avec les pirates, sa réaction initiale tend vers la défiance, bien qu'elle puisse admettre que toute cette histoire l'intrigue. Mais trop de variables, trop d'inconnues. Elle a beau ne pas vouloir shunter les envies d'aventures de l'enfant, l'idée de l'envoyer là-dedans lui hérisse les sens.

Elle se tourne vers Sirius et lui passe la main dans les cheveux.

"Si tu crois vraiment que je vais te laisser aller te fourrer là-dedans sans surveillance, tu me connais bien mal jeune homme. Ce n'est pas un non définitif, mais laisse-moi creuser l'affaire avant de serait-ce qu'envisager de t'y envoyer."
Madre Anna
Madre Anna
Déconnecté
 
Inscrit depuis le :
09/12/2005
Posté le 02/11/2019 à 22:44:00 

Après Esperanza, Madre Anna était rentrée quelques jours au repaire pour parfaire ses plans.
Mais les enfants de choeur suivaient Trounuzoide, tous les jours, sans répit.

(Je réponds demain avec retard aux AP et messages, promis!)
 

Le forum > Bar de la plage > La croisade des enfants


Si vous souhaitez répondre à ce sujet, merci de vous connecter.
© 2004 - 2019 pirates-caraibes.com - Tous droits réservés